People and Baby : quand le patron refuse la discussion, les salariés répondent par l'occupation

Publié le par la Rédaction

 

 

Le 2 mars 2010, suite à une journée de grève des salariés de la halte-garderie Giono (13e arrondissement de Paris), à l’appel de la section syndicale CNT, la direction de lentreprise privée gestionnaire de ce marché public, People and Baby, décidait de mettre à pied lensemble des grévistes, puis de licencier trois dentre elles.

 

Depuis presque trois mois, les salariées, licenciées ou réintégrées, sont donc en lutte pour obtenir la réintégration de lensemble des salariées à la halte-garderie Giono.

 

Grâce au soutien des salariés de la société solidaires, de parents, de syndicalistes de la CNT, de la CGT, de SUD, des Conti ou du STC, de militants politiques et dassociations (PCF, NPA, Parti de gauche, etc.), ou de voisins.

 

Grâce aux centaines de  signataires des pétitions papier ou en ligne.

 

Grâce aux nombreuses manifestations et rassemblements organisés (mairie du 13e, hôtel de ville de Paris, siège social de lentreprise, etc.).

 

Grâce à la popularisation de cette lutte à travers le blog (http://peopleandbaby-enlutte.over-blog.com) et les articles de presse (Le Canard enchaîné, Le Parisien, Politis, LHumanité, CQFD, etc.).

 

Grâce à la solidarité manifeste lors de manifestation «Pas de bébés à la consigne», où nos collègues du privé comme du public, nous ont apporté à maintes fois leur soutien, car elles savent que ce qui arrive aujourdhui à People and Baby pourrait leur arriver si on laisse faire.

 

Grâce à toutes ces actions, la réintégration dune salariée à la halte-garderie Giono a été obtenue, et une clause sociale sera intégrée dans les contrats de sous-traitance de la mairie de Paris, suite à un vote du Conseil de Paris du 11 mai dernier. Mais ce nest pas encore assez !

 

Ce 27 mai au matin, avait lieu la conciliation aux prudhommes (le syndicat a lancé une procédure en nullité des licenciements et demande de réintégration). Encore une fois, Christophe Durieux, patron de People and Baby, a refusé tout dialogue et toute concession, ne daignant même pas venir à la conciliation. Il préfère les coups bas : mensonges aux parents, tentatives dintimidation sur le syndicat comme sur tous les salariés, non-respect du droit du travail, etc.

 

Face à ce refus clair de la direction dengager toute discussion, les salariés et leur syndicat ont décidé doccuper le siège une nouvelle fois. La lutte continue et continuera tant que la réintégration des toutes les salariées naura pas été obtenue.

 

Parce que se syndiquer et faire grève est un droit, parce quon ne peut laisser briser ainsi le service public de la petite-enfance en le confiant à des financiers sans scrupules ; nous ne lâcherons rien !

 

La section syndicale CNT People and Baby, soutenue par sa Confédération, a décidé doccuper, dès aujourdhui 13h30, le siège de lentreprise People and Baby.

 

Par ailleurs, la CNT appelle également à participer massivement aux manifestations du collectif «Pas de bébés à la consigne» du samedi 29 mai.

 

Un coup contre lun dentre nous
est un coup contre tous ! 
Ne laissons pas faire, Solidarité !

 

Contact
CNT, 27 mai 2010.

 

Dautre part vous pourrez trouver ci-après en téléchargement :

Le matériel de communication, affiches, photos, que vous pouvez reprendre en mentionnant le copyright CNT ;
Le dossier de presse en haute définition.
— Nous vous invitons également à consulter le blog de la lutte, contenant les dernières informations mises à jour, les lettres de soutien des parents, et les tracts de la section syndicale.

 


Publié dans Santé & Social

Commenter cet article