"People and Baby" : Quand bébé rime avec business et répression antisyndicale

Publié le par la Rédaction


Quand bébé rime avec business, le projet pédagogique n’est pas au cœur des préoccupations des entreprises, cest plutôt la mise en place d’une organisation rentable au détriment de la qualité du travail et des droits des salariés.

C’est ce que vivent aujourd’hui les salariés de l’entreprise «People and baby», entreprise privée spécialisée dans le conseil, la création et la gestion de crèches, qui compte aujourd’hui plus de 500 salariés à travers toute la France (www.people-and-baby.com).

La section syndicale CNT, créée en novembre 2009, annonçait, pour ces raisons notamment, une journée de grève parmi les personnels de la halte-garderie Giono, située dans le 13e arrondissement de Paris, pour le 1er mars. Six salariées de cette structure (qui en compte neuf), dont la représentante de la section syndicale CNT, ont fait l
objet dès le lendemain de la grève, mardi 2 mars, de mises à pied conservatoires, et ont toutes été convoquées à des entretiens préalables au licenciement. Elles ont été sommées de quitter la crèche sous les yeux des enfants qui ont découvert une nouvelle équipe du jour au lendemain.

Le motif invoqué est purement fallacieux puisqu’il est reproché à ces salariées une «insubordination» concernant des directives portant sur l’hygiène et la sécurité qui n’avait pourtant jusqu’à lors jamais été évoquée et n’avait jamais donné lieu à une quelconque sanction de la part de la direction. Ce qui est réellement reproché à ces salariées, c’est tout simplement de s’être syndiquées, d’avoir osé revendiquer de meilleurs conditions de travail et d’accueil pour les enfants, d’avoir défendu des pratiques professionnelles tournées vers l’éveil et de s’être mises en grève.

En outre, cette entreprise si soucieuse de son image de marque qui lui permet de conquérir de nombreux marchés en mettant en avant ses couches biodégradables et son «attention portée à la personne humaine», n’a pas forcément envie que ses méthodes de «management», particulièrement violentes et répressives, s’ébruitent et viennent ternir sa réputation.

Pour l’heure, la mairie du 13e arrondissement de Paris, qui a délégué sa mission de service public à la société «People and baby» et a déjà été interpellée au sujet de la situation à la halte-garderie Giono, ne semble pas réagir. Ce qui laisse à penser que, de fait, elle cautionne les pratiques en vigueur dans cette entreprise et accorde une confiance aveugle à son prestataire sans se préoccuper du sort des salariées et des parents de sa circonscription.

Face à la répression et malgré les tentatives d’intimidation la section syndicale CNT «People and baby» revendique :
— La réintégration des salariées sanctionnées,
— La liberté syndicale,
— Le rattachement à une convention collective choisie par les salariés,
— Le respect des projets pédagogiques tournés vers lémancipation des enfants,
— Le refus des heures supplémentaires et lembauche de personnel !
— Une augmentation conséquente des salaires,
— 8 semaines de congés pour tous et toutes !
— Un droit à la formation et à l’information pour toutes les catégories de personnel !

Pour cela, la Confédération nationale du travail, auprès de sa Fédération des travailleurs de la santé, du social et des collectivités territoriales et de son Union régionale parisienne, soutient sa section syndicale «People and baby» et condamne fermement la politique anti-syndicale de la direction. Elle prendra toutes les mesures nécessaires dans ce sens et d’ores et déjà appelle l’ensemble de ses syndiqués et des travailleurs à distribuer ce tract dans toutes les crèches «People and baby» de France et à se mobiliser :
— Mercredi 10 mars 2010 : grève dans les structures de «People and baby» et rassemblement à 15 heures devant la mairie du 13e arrondissement de Paris ;
— Jeudi 11 mars : manifestation à 10h30 du métro Glacière jusqu’à Matignon, dans le cadre de la journée de mobilisation nationale dans la petite enfance «Pas de bébé à la consigne», concernant les réformes à venir (notamment sur le nombre dadultes encadrant qui diminuerait) ;
— Jeudi 11 mars : à 16 heures rassemblement devant le siège de «People and baby», 16 avenue Hoche, Paris 8e (métro ou RER Charles de Gaulle, Étoile ou Terne).

Un coup contre d’un d’entre nous est un coup contre tous,
La lutte ne fait que commencer !



Publié dans Santé & Social

Commenter cet article