Pendant que les chômeurs et précaires trinquent, les DG de Pôle Emploi boivent du champagne

Publié le par la Rédaction

Monsieur le PDG de Pôle Emploi,

 

Nous nous sommes invités, au siège de Pôle Emploi, à votre petit pince-fesse pathétique de managers formatés en école de commerce.

Vous ne vous refusez rien mes cochons. Vous buvez du champagne pendant vos réunions, et du cher en plus, une vingtaine de bouteilles. On a vu la même marque chez monop à 35 euros la bouteille.

 

Les petits fours ont été évacués sous notre nez. Mais on a bu votre champagne. Il était bon. Il devenait tiède quand vous nous avez envoyé vos flics.


Vos boissons de luxe nous laissent pourtant un goût amer à nous, chômeurs, intermittents, précaires et travailleurs sociaux solidaires.

À quoi deviez-vous donc trinquer avec vos potes, Monsieur le PDG de Pôle Emploi ?

 — À une fusion ANPE-Assédic qui est un désastre ?
— Aux trois millions et quelques de chômeurs ou aux 10 millions de précaires ? 
— Aux 1,3 millions de chômeurs-précaires qui travaillent à temps partiel ? 
— Au million de personnes supplémentaires qui arrivent en fin de droit ? 
— Aux files actives à 250 demandeurs d’emploi que se coltine chaque conseiller emploi lambda ? (eux n’ont pas de champagne le midi.)
— Aux stages bidon qui servent à balader les chômeurs ?
— Au flicage infantilisant des chômeurs ?
— À la chasse aux sans-papiers à laquelle vous collaborez ?
— Aux offres de Pôle Emploi qui sont composées d’emplois pourris ? Dans lesquels on produit de la merde et de la servitude salariale à vos conditions (ou à celle de vos clones et autres petits soldats du management) ?


Est-ce que vous avez déjà vu un chômeur en vrai ?


Est-ce que vous savez que le prix de tout ce que vous buvez en un midi de réunion représente à peu près le salaire mensuel d’un smicard ? Plus que l’Allocation de retour à l’emploi de la plupart des chômeurs, Plus que la paye d’un chômeurs obligé de prendre un emploi aidé (smic, temps partiel) ?

À votre santé et à bientôt, Monsieur le PDG, on se retrouvera.

 

CIP-IDF, 4 mai 2010.

 


Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article