Où l'on accuse ceux qui ont agi de manière violente de ne pas penser

Publié le par la Rédaction


Depuis ce week-end, on n’en finit pas de gloser sur la folie des hordes barbares qui ont déferlées sur Poitiers samedi. Des bandes de jeunes gens déterminés à affirmer leur refus de voir les prisons «modernisées» ont «envahi» les rues de Poitiers, détruisant au passage les vitrines des banques et des boutiques de luxe. Partout, on lit des réactions dincompréhension face à des actes qualifiés dirresponsables et dirréfléchis. Pourtant certains ont létrange sensation que ces jeunes sont les seuls à prendre acte de la situation actuelle de la démocratie.

Les prisons françaises, outre quelles accueillent essentiellement des auteurs de petits délits (un chômeur ou un SDF en comparution immédiate a 90% de chances daller au trou) sont progressivement en train dêtre privatisées. Leur logique propre se calque sur celle de notre société (et inversement dailleurs), les prisons raffinent leurs modes de gestion mais certainement pas leur fonction sociale. Il leur revient encore, comme de toute éternité, de briser ceux à qui lon avait déjà soustrait le droit de participer au monde commun.


Certains ont la mémoire courte mais dans les années 70, ceux de nos intellectuels les plus reconnus ont pris parti contre les logiques disciplinaires de la prison et plus loin de celles de la société de contrôle qui commençait à émerger. Michel Foucault, Jean-Paul Sartre, Gilles Deleuze pour ne citer que les plus emblématiques. Surveiller et Punir, sans doute un des ouvrages de sciences sociales les plus importants du XXe siècle, a fait le point sur la généalogie des techniques disciplinaires qui ont produit dans ses soubassements les plus sombres l
’histoire de la souveraineté moderne.


Qui aujourd
hui, parmi les intellectuels de plateau ou les penseurs aux ordres, a encore le courage de dénoncer lhorreur de la prison ? Combien dimages, de récits nous viennent de lintérieur ? Encore un angle mort de la démocratie. À ceux qui détiennent les titres pour participer au monde commun, le droit, à ceux à qui nest reconnu que le titre de délinquant, la prison.


On dit que l
on a affaire à des bandes organisées qui agissent masqués. Là encore, cest bien larsenal répressif français que ces jeunes mettent en question. Les récentes lois interdisant les bandes organisées (sujet on ne peut plus flou) et le port de masques dans les manifestations ne sont-elles pas des mesures à peine voilées pour interdire toute mobilisation qui sortirait de la pure logique consensuelle ? On la vu récemment avec les ouvriers de Continental, on la vu dans les derniers mouvements étudiants… Quiconque ne suivra pas les voies balisées de la contestation syndicale pourra compter sur la détermination des procs à les envoyer au trou.


À grand renfort de police scientifique, l
ADN a été traqué, avec démonstration de force devant les caméras. Ce même ADN quil y a quelques années ne devait être prélevé quaux «délinquants sexuels» et qui maintenant peut être prélevé sur à peu près tout le monde (hormis bien sûr les auteurs de délits financiers…). Le fichage généralisé dont rend très bien compte le dernier dossier du Canard en passe par là, les opposants politiques sont, avec les supposés criminels, les premiers visés…


«In extrema necessitate omnia sunt communia, id est communicanda», «Dans la nécessité extrême, quiconque peut se procurer l
indispensable par les richesses dautrui» [Concile Vatican II, Constitution sur l’Église dans le monde de ce temps, «Gaudium et Spes», § 69]. Il est amusant de constater que ce tag, inscrit sur le baptistère St-Jean (dans une forme simplifiée «omnia sunt communia», est emprunté à un texte du concile Vatican II, il est plus amusant encore de constater que personne ne sest donné la peine de traduire linscription, préférant gloser sur la bêtise des méchants «casseurs».


Loin d
une interprétation grossière de ces évènements, certes violents, mais sinscrivant dans un contexte qui lest tout autant sinon plus, on peut y lire une certaine intelligence de la situation. Ces jeunes appellent à une politique pragmatique, qui soppose en acte à tous les dispositifs de contrôle de notre société : la prison, mais aussi le fichage généralisé, les prélèvements ADN, les écoutes téléphoniques, les caméras de vidéo surveillance, les nouvelles techniques de maintien de lordre, les procédures anti terroristes ; en fait, létat dexception permanent que des philosophes comme Giorgio Agamben ou Judith Butler dénoncent également depuis plus de dix ans. Laction de Poitiers fait effraction sur tous ces problèmes de manière pratique et condensée. Lénonciation produite par lévènement met à mal des processus lents et continus liés au devenir policier de la démocratie, ces processus qui visent progressivement à criminaliser les mouvements sociaux, à surveiller les potentiels «mauvais citoyens»… Le criminel et le militant rejoignent ensemble la figure de lennemi intérieur, la figure de celui qui menace le bon ordre de la domination.


Dans nos temps de crise généralisée le renversement des valeurs que proposent ces jeunes mérite réflexion. Cette action, qui par certains égards emprunte sa forme aux antiques hordes nomades et barbares, a la vertu de rappeler au bon souvenir de tous les contradictions insupportables de la démocratie actuelle. Je suis solidaire des personnes arrêtées et condamnées aussitôt, solidaire de ceux qui n
ont pas été arrêtés et solidaire par avance de tous ceux qui voudraient répéter encore ce type daction. La démocratie doit être travaillée au corps là où elle ne garantit que la violence légitime de sa police, elle doit, pour contrer la folie de ses dispositifs de contrôle, être mise à mal par ceux quelle ne reconnaît pas, ces ennemis «sauvages»  qui proposent de nouvelles communautés politiques.

Omnia sunt communia…


Indymedia Nantes, 13 octobre 2009.


Commenter cet article