On se bat au Caire - 26 janvier

Publié le par la Rédaction

Égypte : affrontements devant le ministère des Affaires étrangères

 

Des dizaines de manifestants ont affronté mercredi soir les forces de sécurité devant le ministère des Affaires étrangères au Caire, avant d'être dispersés par des tirs de gaz lacrymogènes, selon un correspondant de l'AFP sur place.

 

 

 

Suez

 

Les manifestants qui tentaient de s'introduire dans le bâtiment, ont forcé l'une des entrées du ministère et occupé le bureau de l'un des gardes de sécurité avant d'être contraints de se retirer par la police qui a tiré des gaz lacrymogènes.

 

Six personnes, quatre manifestants et deux policiers, ont étés tuées en deux jours de contestation sans précédent du régime du président Hosni Moubarak.

 

Leur presse (AFP), 26 janvier 2011.

 

 

 

 

 

 

 

Égypte : un policier et un manifestant tués dans des heurts au Caire

 

Un policier et un manifestant ont été tués mercredi dans des heurts au Caire, au deuxième jour de violentes manifestations contre le régime du président Hosni Moubarak, selon de sources médicales.

 

Ils ont trouvé la mort lors d'affrontements dans un quartier du centre du Caire, où les deux camps se sont lancés des pierres après des tirs de gaz lacrymogènes par la police, a-t-on ajouté sans autre précision.

 

Ces deux décès portent à six le nombre de personnes tuées en deux jours de contestation sans précédent du régime du président Hosni Moubarak.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 26 janvier.

 

 

Manif à la station de métro Nasser au Caire

 

 

Le gouvernement égyptien se raidit face aux manifestants

 

Au lendemain d'une «journée de colère» sans précédent dans les grandes villes d'Égypte contre le régime du président Hosni Moubarak, les autorités du régime se sont raidies mercredi en interdisant toute nouvelle manifestation. Sous ce couvert, elles ont interpellé au moins 500 personnes.

 

Malgré cette interdiction, des milliers de protestataires ont réussi à se masser devant le palais de justice du Caire, scandant «le peuple veut la chute du régime», selon des témoins. Des heurts ont de plus été signalés entre des centaines de manifestants et les forces de l'ordre devant le siège du syndicat des journalistes. La veille, environ 15'000 personnes avaient déjà manifesté dans plusieurs quartiers de la capitale.

 

À Suez, dans le nord-est du pays, quelque 2000 personnes se sont également réunies mercredi pour la deuxième journée consécutive. En soirée, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre y ont fait au moins 70 blessés et des protestataires ont lancé des bouteilles incendiaires contre un bâtiment gouvernemental, selon des sources médicales et des témoins.

 

Aux premières heures de la journée dans la capitale, la police avait fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour évacuer les derniers protestataires de la grande place Tahrir, dans le centre, après 24 heures de manifestations.

 

 

 

Parmi les centaines de personnes arrêtées mercredi, environ 90 l'ont été dans ce secteur, selon les services de sécurité. Cent vingt et un membres de l'organisation islamiste des Frères musulmans, officiellement interdite mais tolérée dans les faits, ont eux été interpellés à Assiout, au sud du Caire.

 

Cyber-opposants très actifs

 

Sur sa page Facebook, un groupe d'opposition, la Jeunesse du 6 avril, prône la poursuite quotidienne des manifestations de rue «jusqu'à ce que Moubarak parte». Sur ce site social, vecteur privilégié des consignes de manifestation, un activiste a également appelé à une grève générale mercredi et jeudi à travers le pays.

 

Leur presse (ats), 26 janvier.

 

 

Rue Galaa au Caire

 

 

Égypte : les locaux du PND attaqué

 

Des manifestants égyptiens ont incendié ce soir un bâtiment gouvernemental dans la ville de Suez et tenté de mettre le feu à des locaux du parti au pouvoir, rapportent des sources proches des services de sécurité et des témoins.

 

Les protestataires ont jeté des cocktails Molotov sur les locaux du Parti national démocratique (PND) du président Hosni Moubarak sans réussir à l'incendier. Les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants.

 

La municipalité a ordonné la fermeture des boutiques après que des pillages eurent été signalés. Les affrontements entre police et manifestants ont fait quelque 55 blessés, selon les correspondants de Reuters.

 

Leur presse (Reuters), 26 janvier.

 

 

Manif des journalistes

 

 

Égypte : 70 blessés à Suez

 

Au moins 70 personnes ont été blessées aujourd'hui lors d'affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants protestant contre le régime du président Hosni Moubarak dans la ville portuaire de Suez, à 100 km à l'est du Caire, selon des sources médicales.

 

Parmi les blessés, figurent 55 manifestants dont certains touchés par des balles caoutchoutées et 15 policiers atteints par des jets de pierres lancées par les protestataires, a-t-on précisé.

 

La veille, trois manifestants ont trouvé la mort lors d'affrontements entre policiers et manifestants à Suez.

 

Arrivée de la dépouille d’un manifestant tué à la morgue de Suez, mardi

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 26 janvier.

 

 

 

 

Le Caire : tirs de balles en caoutchouc

 

La police égyptienne a tiré des balles en caoutchouc ce soir pour disperser plusieurs milliers de manifestants réunis dans le centre du Caire, rapportent des témoins.

 

Des policiers en civil ont interpellé des personnes parmi la foule et les ont frappées à coups de matraques, ajoutent-ils.

 

«Le peuple veut la chute de ce régime», scandait la foule.

 

Leur presse (Reuters), 26 janvier.

 

 

 

Place Tahrir au Caire, 25 janvier

Publié dans Internationalisme

Commenter cet article