On se bat à Lorient

Publié le par la Rédaction

[15h07] Face à face très tendu entre policiers et manifestants

 

En début d’après-midi, le face à face a repris entre les forces de l’ordre et une centaine de manifestants, cette fois au niveau du rond-point de l’ancienne base de sous-marins (BSM) à l’entrée de la pénétrante. Les gendarmes mobiles ont commencé à tirer des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants qui veulent jouer les prolongations. Rappelons que, ce matin, de violents affrontements entre policiers et manifestants (certains cagoulés) ont fait quatre blessés légers. Il y a eu deux interpellations. L’enjeu était, pour les forces de l’ordre, de barrer l’avenue de la Perrière aux manifestants — en tête desquels les dockers et les fondeurs — pour qu’ils n’accèdent pas au dépôt pétrolier.

 

 

À 15h30, les manifestants, refoulés du rond-point de la BSM, ont pris la direction du quartier de Frébault, jetant des poubelles en feu sur la pénétrante. Un autre groupe a gagné le rond-point de Monistrol, bloquant la circulation vers Larmor-Plage. Tout le secteur est très perturbé.

 

La manifestation de ce matin a rassemblé environ 15'000 personnes, 8000 selon les services de police.

 

 

[13h36] Quatre blessés légers et deux interpellations

 

De violents affrontements ont opposé les gendarmes mobiles et policiers à une centaine de manifestants à la fin du défilé lorientais vers 13 heures. Quatre personnes ont été légèrement blessées et les policiers ont procédé à deux interpellations. La situation est toujours tendue aux abords du port de commerce de Lorient où 3000 manifestants patientent en attendant de nouvelles actions.

 

Leur presse (Ouest-France), 19 octobre 2010.

 

 

 

 

[13h03] Blocage du port : au moins trois blessés parmi les manifestants

 

La situation devient très tendue à Lorient. Entre 300 et 400 manifestants font face aux CRS au port de Kergroise, à proximité du dépôt pétrolier, depuis plus d'une heure. Les forces de l'ordre usent de bombes lacrymogènes pour tenter de disperser les opposants. Il y aurait au moins trois blessés dont un vieux monsieur de 77 ans qui a été pris d'un malaise. Des personnes sont couchées à terre. des traces de sang sont visibles. Les CRS n'auraient pas utiliser leurs matraques, ni leurs flashballs. Les blessures seraient dues aux seules bombes lacrymogènes qui auraient touché directement certains manifestants avant leur déclenchement. À 13 heures, le face-à-face se poursuivait dans une ambiance électrique.


 

[12h32] Une personne âgée évacuée suite aux tirs de gaz lacrymogènes

 

Le défilé — composé de nombreux jeunes et de familles avec des enfants — s'est heurté au bout des rues de Perrière et Carnel à un barrage de gendarmes mobiles qui a fait usage de gaz lacrymogènes. Un vieux monsieur de 77 ans, a été pris de malaise à la suite de ces tirs et est actuellement pris en charge par les sapeurs-pompiers. Autre conséquence : le défilé s'est scindé en deux. Le gros de la manifestation a fait demi tour tandis que les élements les plus radicaux restaient sur place, tenant tête au cordon de gendarmes mobiles.


 

[12h16] Des gaz lacrymogènes contre les manifestants

 

À midi, alors que l'imposant cortège des manifestants se dirigeait vers le dépôt pétrolier de Kergroise, les premiers échauffourées ont éclaté au niveau de l'avenue de la Perrière. Les gendarmes mobiles ont lancé des grenages lacrymogènes sur la tête de cortège, provoquant un début de panique dans les rangs des manifestants. Ce premier face à face risque de paralyser le secteur portuaire durant de longues heures.

 

 

[11h42] Les manifestants se dirigent vers la zone portuaire

 

Encore une très forte mobilisation dans les rues de Lorient. Vers 11h30, le cortège des manifestants se dirigeait vers la zone portuaire où se trouve le dépôt prétrolier. Sur place, des forces de l'ordre en nombre attendaient de pied ferme les manifestants. 

 

Leur presse (Le Télégramme), 19 octobre.

 

 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

littledada 19/10/2010 17:50



Il faut savoir que NON! les CRS n'ont pas lancer de grenade lacrymo contre les 300-400 manifestants qui tenaient têtes (composé des dockers, et syndicalistes etc.) mais sur la tete du GRAND
cortège principalement composé de familles!!!!


Une vidéo le montre bien des hommes manifestants entrain de crier de ne pas tirer car il y a des Femmes et surtout des ENFANTS!!!! ainsi qu'une femme (sans oute mère de famille) qui va sans
hésiter face à un gendarme pour bien lui dire de ne pas tirer!


Mais ils en ont rien à faire, et voilà le résultats! Après les médias vont dire que ce sont les 300 400 pauv' manifestants qui ont lancé des projectils envers les CRS! DU GRAND N'IMPORTE QUOI!
seulement de la provocation de  la part des CRS! pour que l'on puisse se "lacher" et que ça se retourne sur nous! HONTE!