On aime le poulet grillé à Anderlecht

Publié le par la Rédaction

Des têtes de policiers mises à prix

La tension monte entre forces de lordre et jeunes émeutiers. Après les accusations de maltraitance de policiers envers des détenus à la prison de Forest et les émeutes de vendredi soir à Anderlecht, plusieurs policiers sont menacés de mort.

Des policiers de la zone Bruxelles-Midi ont été menacés de mort à la suite du rapport faisant état de maltraitance au sein de la prison de Forest et des émeutes à Anderlecht. Les menaces lancées contre un policier sont tellement graves qu
il ne peut désormais plus faire que du travail de bureau et doit garder son arme sur lui 24 heures sur 24, indique Het Laatste Nieuws.

Selon plusieurs agents de la zone, les gangsters avaient deux objectifs : incendier le commissariat de Cureghem et tuer cet inspecteur de quartier. «Ils ont réussi le premier point. Maintenant, c
est au tour du collègue. Il est lui-même dorigine étrangère et il semble que ce soit pour cela quil est prioritairement visé», disent-ils.

«Ce rapport n’est que pure idiotie»

C
est un rapport de la Commission de surveillance sur les agissements de certains policiers à la prison de Forest qui a mis le feu aux poudres. Les agents auraient notamment frappé plusieurs détenus. «Ce rapport nest que pure idiotie», affirment deux policiers de la zone suspectés de graves faits de violence.

Les agents ont, depuis ce rapport et après les émeutes à Anderlecht, reçu des menaces de mort. «Dans notre zone, c
est la guerre. On craint pour notre vie», insistent-ils.

Leur presse (RTL Info), 24 novembre 2009.

Commenter cet article