On a muré le MEDEF du Havre !! - 29 octobre

Publié le par la Rédaction

Samedi 29 octobre

 

À 6 heures, nous, les Rouennais, partons rejoindre les amis du Havre pour une opération péage gratuit au Pont de Tancarville. La police a bloqué le pont et dévie la circulation.

 

Vers 9 heures, opération escargot jusqu'au MEDEF du Havre, où nous construisons un mur pour bloquer la sortie… Jubilatoire !!

 

 

Samedi 30 octobre 2010.

 

 

Au Havre, les grévistes murent le MEDEF

 

Qu’on ne se méprenne pas. La levée de la grève chez Total et à la CIM ne siffle pas la fin de la «récré» au Havre. Ce matin, le siège du MEDEF a été muré et d’autres actions se préparent.

 

 

Les usagers du pont de Tancarville ont connu quelques problèmes pour franchir la Seine ce matin. À partir de six heures, il valait mieux prendre le bac de Quillebeuf pour changer de rive… Les Havrais sont revenus en ville à la vitesse des escargots. Objectif : le MEDEF. Comme des pros, les syndicalistes de divers secteurs ont joué de la truelle pour bâtir un mur qui fut décoré avec des ordures et des déjections. Il faut dire qu’entre les travailleurs et les patrons, ce n’est pas franchement la lune de miel en ce moment !

 


 

Le gouvernement et les patrons n’ont pas le monopole des critiques du mouvement social. Au Havre, une motion a été votée pour interpeller les directions syndicales : «L’Assemblée Générale interprofessionnelle de l’agglomération du Havre soutenue par les instances locales CGT-CFDT-Solidaires-FSU de l’agglomération havraise, constate la permanence de la mobilisation et l’ampleur du soutien populaire. Elle demande à l’Intersyndicale nationale d’inviter lors de sa réunion du 4 novembre des délégations représentatives des AG de grévistes et de la base mobilisée dans les villes, afin de porter des propositions d’actions à mettre en place et un calendrier de mobilisation jusqu’au retrait de la loi.»

 

Si Nicolas Sarkozy semble totalement autiste, les bureaucrates syndicaux ne sont pas en meilleure santé. Habitent-ils la même planète que nous ? On peut en douter lorsque l’on écoute certaines déclarations ou que l’on découvre le calendrier des manifestations nationales. Face à un ennemi aussi borné, seule une riposte unitaire, massive et intransigeante peut être efficace. Au lieu de ça, on bavache, on tergiverse, on endort les foules lucides déterminées. C’est sans doute d’ailleurs le but recherché par ces «leaders» qui s’y connaissent en enterrements de première classe. À trop fréquenter les moquettes du pouvoir, ils ont sans doute perdu le sens de l’orientation sur les pavés rougis par notre colère.

 

Plus d’infos sur l’AG interpro du Havre.

 

En continuant à préparer la grève générale pas à pas sur le tas, retour en images sur l’action de ce matin au Havre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paco - Le Post, 29 octobre.

 

 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article