Occupation en cours d'une plate-forme 39 49 de Pôle Emploi (Noisy)

Publié le par la Rédaction

 

Depuis 11h50, la plate-forme 39 49 de Pôle Emploi, 480 Clos de la Courtine à Noisy-le-Grand est occupée par la grève des chômeurs.
[Occupation levée à 14h50.]

 

Les occupants ont commencé à débattre avec les salariés embauchés en CDD pour faire fonctionner la machine kafkaïenne du Pôle. Ici au nombre de 120, ils sont principalement chargés du traitement de masse (les inscriptions et non l’ouverture de droits, qui ne concerne que la moitié des chômeurs).

 

Nous interpellons actuellement la direction régionale de Pôle Emploi afin d’obtenir des réponses à quelques questions essentielles (voir plus bas).

 

Pour prolonger la grève des chômeurs, rendez-vous est donné lundi 17 mai à 10h30, Place du Châtelet.

 

— Flicage des usagers et du personnel avec le suivi mensuel obligatoire ;


— Harcèlement du chômeur avec l’offre raisonnable d’emploi ;


— Gestion comptable des êtres pour atteindre des objectifs, mais lesquels ?

 

— Paillasson pour des boites d’intérim gourmandes ;

 

— Collaboration à la nauséabonde chasse aux sans-papiers ;

 

Cette logique insupportable s’affiche clairement dès l’entrée à Pôle Emploi. Notre premier contact ne se faisant plus qu’avec un téléphone et une machine vocale à qui l’on parle, et que l’on finit par confondre avec les conseillers humains, tant l’écoute et la compréhension semblent absentes de cette plateforme. Nous voulons être conseillés et non baladés ! Nous voulons un véritable accompagnement adapté à chacun et non un accès standardisé ! Nous refusons la substitution d’un véritable accueil physique par un ersatz coûteux, peu pratique et discriminatoire. Nous refusons d’être des victimes !

 

Nous agissons ici comme dans une vingtaine de villes de France, où des actions similaires sont menées depuis le début de la grève le 3 mai (voir http://www.cip-idf.org/).

 

Nous appelons les chômeurs, intermittents et précaires à rejoindre les initiatives et collectifs existants dans l’action ce lundi 17 mai et à créer partout où c’est possible de nouveaux collectifs pour renforcer la grève des chômeurs.

 

Le suivi mensuel imposé avec convocation sous peine de radiation va être supprimé fin mai, nous voulons que cette mesure soit immédiatement appliquée, que l’information sur les droits devienne une priorité de Pôle Emploi, un accompagnement librement choisi à un rythme déterminé par les usagers et selon la disponibilité des conseillers.

 

Nous voulons également :

1. Savoir quel est le nombre de radiations, et quels sont leurs motifs, sur l’Île-de-France ? 
2. Être informé du nombre de chômeurs franciliens dirigés vers la sous-traitance et du nom des entreprises de coaching qui les suivent ; 
3. L’obtention de panneaux d’affichages aux associations et collectifs de chômeurs, intermittents et précaires ; 
4. La liberté d’information et de parole dans les Pôles Emploi (arrêt des expulsions par la direction ou la police). La possibilité de tenir des permanences ouvertes dans les Pôles Emplois pour les collectifs qui le souhaitent quand bon leur semble ; 
5. L’organisation d’une «journée blanche» dans Pôle Emploi sous dix jours pour rencontrer les agents collectivement, sans la présence de leurs directions, sans perte de salaires pour les conseillers ; 
6. Arrêt des sanctions et radiations, aussi bien humaines qu’informatisées et l’abrogation de l’Offre Raisonnable d’emploi, pour la liberté de choix de son emploi ;
7. La suppression des lampes bleues (contrôlant l’authenticité des papiers) servant à traquer les personnes sans papiers ; 
8. Le démantèlement du DUDE (logiciel de caractérologie) utilisé par Pôle Emploi et les boîtes de coaching ; 
9. La suppression du 39 49 et la mise en place d’un nouveau numéro gratuit vers un conseiller local ; 
10. Inconditionnalité du RSA, à partir de 16 ans, RSA socle au SMIC/jour, pas de RSA «chapeau» au dessous du SMIC, augmentation générale des bas salaires, rétablissement et extension des droits connexes (allocations logement, CMU, transports gratuits…) ; 
11. Mise à disposition par le gouvernement et Pôle Emploi d’une information fiable, claire et indépendante sur les droits des allocataires, les politiques de l’emploi, les lois et décrets en vigueur et en projet ; 
12. L’arrêt de la sous-traitance et de l’externalisation des services du Pôle Emploi à des opérateurs privés.

 

Des chômeurs, intermittents et précaires en grève 
Indymedia Paris, 12 mai 2010.

 


Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article