Occupation en cours au Pôle emploi Vicq d'Azir, Paris 10e

Publié le par la Rédaction


Une occupation du Pôle emploi de la rue Vicq d’Azi (Paris 10e) est en cours depuis 11h ce matin.

Comme ce fut le cas à Montreuil la semaine dernière, nous voulons obtenir des résultats. En effet, depuis des mois Pôle emploi prélève des indus à au moins 500 personnes en France qui voient leur revenu amputé, parfois sans avertissement, le plus souvent sans motivation sérieuse et sans que soit respectée la «quotité insaisissable» que cette institution est supposée leur laisser. Le fait de voir supprimé ou brutalement baissé des indemnités chômage qui avaient fait l’objet d’une notification d’ouverture de droit entraîne de graves difficultés : agios et interdits bancaires, impayés de loyers, impossibilité de payer les frais de garde d’enfant et des problèmes quotidiens.

Ces intermittents du spectacle ont eu le tort d’être en congé maternité ou maladie. Pôle emploi a revu à la baisse leur allocation chômage sans se soucier des formes légales ni des conséquences pratiques de cette diminution de revenu. Depuis des semaines déjà, ces recalculé(e)s se mobilisent pour faire respecter leurs droits.

Venez nous rejoindre sur place (métro Colonel Fabien), prévenez vos amis et collègues, qu’ils viennent ! Pour tous, nous avons besoin d’imposer un rapport de force contre Policemploi.

Pôle emploi répond à celles et ceux qui se mobilisent par des promesses, tantôt d’annulation totale des dettes, tantôt d’annulation partielle, sans que pour autant ces engagements soient suivis d’effets. Le médiateur national de Pôle emploi déclare que toutes les personnes concernées vont être contactées afin de revoir la procédure mais nous savons déjà que même celles qui se sont manifestées à plusieurs reprises (recours amiables, rendez-vous, courriers, occupations) n’ont pas vu régler leur situation et sommes fondés à penser que les autres personnes touchées par ce recalcul n’ont actuellement aucune chance d’obtenir quoi que ce soit de Pôle emploi.

Les organismes payeurs (Unedic, Caf, Sécurité sociale) procèdent à la «répétition de l’indu» de manière parfaitement arbitraire, de leur propre chef, alors que dans tout autre cas, la répétition de l’indu doit faire l’objet d’une procédure qui établit la réalité de l’indu. Ce privilège exorbitant entraîne des difficultés pour des centaines de milliers d’allocataires, nous sommes décidé(e)s à ne pas nous laisser faire.

Alors que le bureau de l’Unedic qui se réunira le 14 octobre prochain doit statuer sur ces pratiques inacceptables, nous sommes ici aujourd’hui pour exiger l’annulation pure et simple de l’ensemble de ces indus pour l’ensemble des concerné(e)s.
Nous attendons sur place les responsable de Pôle emploi Île-de-France.

CIP-IDF, 9 octobre 2009 - 11h19.

Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article