Occupation du consulat de France à Patras - 9 novembre

Publié le par la Rédaction

Mardi matin, le 9 novembre, environ 30 anarchistes ont occupé le consulat de France à Patras (troisième plus grande ville de Grèce) comme acte de solidarité internationale «pour les travailleurs et les travailleuses qui luttent en France, qui depuis un certain temps sont dans les rues, occupent des usines, sabotent la production et les transports, luttant contre la nouvelle restructuration capitaliste du secteur du travail et de la sécurité sociale».

 

 

«L’État français et l’État grec, comme parties inséparables de la domination mondiale, réalisent une attaque sans précédant sur des millions de prolétaires, en cherchant la soumission totale de la société et la création d’un nouveau totalitarisme. En tant qu’anarchistes nous contribuerons grandement à renverser globalement les conceptions dominantes et en appelant à la résistance à tous leurs programmes économiques et politiques, en se basant sur l’auto-organisation et la solidarité entre toutes les personnes qui se battent.»

 

 

 

 

L’occupation du consulat a duré environ 40 minutes. Des fax ont été envoyés en grec et en français aux divers services publics en Grèce et en France (ambassades, ministères, etc.), une bannière a été déployée au balcon, des slogans ont été tagués, des flys ont été jetés, des slogans ont été chantés et des textes ont été distribués aux passants.

 

DE GRÈCE JUSQU’EN FRANCE

L’INSURRECTION EST LA SOLUTION

 

EN GRÈCE ET EN FRANCE L’ENNEMI EST COMMUN

À BAS L’ÉTAT ET LE CAPITALISME !

 

SOLIDARITÉ AVEC TOUS CEUX QUI RÉSISTENT

EN GRÈCE, EN FRANCE ET PARTOUT !

 

 

Traduit du grec (Indymedia Patras) par Rebellyon, 10 novembre 2010.

 

 

 

 

 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

Christophe 10/11/2010 13:01



Il y a eu violence contrairement à ce que dit la police. Ma fille est scolarisée à Desaignes et avait participé au blocage. Coup de bol pour elle; elle s'était absentée avant l'intervention des
keufs. Un élève qui tentait de maintenir une barrière en place a eu le doigt fracturé après une torsion de la main par un policier. Certains élèves ont filmé. Un père d'élève (assez âgé) appelé
par son fils choqué par l'action des flics a voulu s'interposer, il s'est fait violemment jeté à terre. Un autre lycéen s'est pris des coups dans les c... alors qu'il ne réagissait absolument
pas.


Je ne peux plus supporter ces mensonges des flics assermentés. Des lycéens ont filmé certaines scènes avec leurs portables.