Nouvelles des arrêtéEs de l'opéra Bastille samedi 16 octobre

Publié le par la Rédaction

[19 octobre 2010, 14h45] Les 5 camarades arrêtés samedi que nous avions recensés (il y aurait eu en fait 60 arrêtés et non 42, dont 7 au moins déferrés aujourd'hui) qui restaient entre les mains de la justice ont comparus devant le proc'.

 

Ils sortent, seront convoqués plus tard, sont soumis à un contrôle judiciaire plutôt strict.


 

 

 

 

[19 octobre, 12h23] Le pouvoir a réalisé samedi son opération (42 arrestations) puis revient dessus, la remodèle (une trentaine d'arrêtés sont sortis sans suite), il se confirme que c'est la tentative d'occupation de l'Opéra qui, comme tout ce qui peut s'auto-organiser actuellement, doit pour eux être, si possible, cassé dans l'œuf.

 

La charge d'«attroupement armé» utilisée pour les mises en garde à vue n'est pas retenue, restent des «violences» (à agents dépositaires de la force publique ?).

 

5 arrêtés (au moins) comparaissent à partir de 13h30 à la 23e chambre correctionnelle du palais de justice de Paris, Métro Cité.

 

Plus de mille arrestations ont eu lieu, des condamnations à de la prison ferme ont été prononcées dans plusieurs villes. Donc : Pense-bête «manif & garde à vue».

 

 

[17 octobre, 23h43] Hier, suite à la manifestation parisienne, une action était prévue à l'opéra Bastille. Il s'agissait notamment d'occuper l'Opéra, lieu qui symbolise un certain élitisme culturel et social (et la hiérarchie entre les riches et les pauvres avec des places qui vont de 140 euros pour les privilégiés à quelques-unes à 10 euros pour les très mal placés), ainsi que de bloquer la représentation et de perturber une retransmission radio en direct en y prenant la parole.

 

Lors de cette action pour laquelle des centaines de policiers en civil et en uniforme ont été mobilisés, une quarantaine de personnes ont été interpellées. Dispatchées dans plusieurs commissariats, leur garde à vue a ce soir été renouvelée pour 24 heures.

 

Cette semaine, alors que le mouvement prend de l'ampleur, notamment dans ses formes d'actions (blocages, manifestations spontanées, occupations, coupures de courant…) la répression elle aussi s'accélère et ce sont au total plus de 500 personnes qui ont été placées en garde à vue dans toute la France.

 

Plus d'infos sans doute demain, tout en se disant que tout ceci ne doit pas nous empêcher de continuer, bien au contraire !

 

 

[18 octobre, 21h15] Des nouvelles des arrêtés de samedi : 43 personnes arrêtées, dispatchées dans les commissariats du 10e, 12e et 14e, la garde à vue a été renouvelée de 24 heures pour tout le monde sauf un mineur qui est sorti, il y aura des comparutions mardi à 13h30 (évidemment). 

 

 

[19 octobre, 0h05] Sur les 43 personnes arrêtées samedi, le mineur est effectivement sorti, et à la connaissance du groupe de soutien juridique, 5 personnes ont été envoyées au dépôt , ce soir après la fin de leur garde à vue de 48 heures. Les autres sont sorties, ce soir, sans convocation pour le moment.

 

Pour les  5 personnes détenues on saura demain [mardi] matin si elles passent en comparution immédiate l'après-midi (ils vont voir le substitut du procureur le matin, et d'autres procédures sont possibles).

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article