Notes sur l'orientation de l'I.S.

Publié le par la Rédaction

Notes sur l’orientation de l’I.S.

(mars 1970)

1. Pendant dix ans, notre force de conscience a tenu essentiellement à ce que l’histoire nous donnait raison. Or, il a suffit que nous commencions, en mai 1968, à imposer nos raisons à lhistoire pour que le situationnisme soit partout et les situationnistes nulle part. Pour reprendre place dans le mouvement réel, il faut en revenir à notre tradition tactique du scandale positif, cest-à-dire à laffirmation pratique immédiate de ce nous sommes et de ce nous voulons être, non pas nimporte quels révolutionnaires mais des situationnistes. Je souhaite, au contraire de la tendance implicite qui se manifeste parmi nous (être conseillistes purs, par exemple), un renforcement de notre spécificité.

2. Vers la fin des années 50, l
I.S. a donné aux premières constatations des dadaïstes un prolongement «marxiste» que les conditions économiques et sociales permettaient de faire apparaître plus clairement. En défendant dès le début de son existence le projet de la réalisation de lart, lI.S. montrait que le malaise dans la culture avait des causes économico-sociales, était un malaise de la culture. Ceux qui ne le comprirent pas — principalement les artistes ne concevant la critique de lart que dans les limites de leur survie possible comme artistes — furent chassés et pratiquement refusés comme lecteurs. Depuis longtemps les artistes ont donc cessé de lire la revue et peut-être même de la collectionner.

3. En étendant ensuite la critique de la culture à la critique des idéologies, nous avons suscité l
intérêt des intellectuels critiques, tout disposés à se mettre en question pour survivre comme purs critiques de lidéologie. Les étudiants vinrent ainsi les premiers approuver notre mépris des étudiants. À lexception dune poignée, déjà résolus à cracher sur luniversité et sur le système en général, la plupart de ces beaux lecteurs nont rien de mieux à faire que détudier la fin de létudiant ou de jouer le rôle détudiant fini.

4. Nous pouvons aujourd
hui saluer de loin, dans leurs derniers remous ces artistes et intellectuels tourmentés, détritus conscients de leur décomposition avancée, que nous avons traînés dans notre sillage. Leur effervescence na pas été étrangère aux premières fissures de la société spectaculaire marchande en mai 1968. Mais il nous faut, dans le même temps, répéter et prouver que nous navons rien de commun avec ceux qui se plaisent dans les poubelles du non-dépassement.

5. Jusqu
à présent, le bilan de nos lecteurs est celui de nos refus : dabord des farfelus vite conscients du prix des idées neuves sur le marché de la vieille nouveauté ; puis, dans le même esprit, des penseurs spécialisés et des intellectuels honteux. Avoir en majorité des lecteurs auxquels nous tournions le dos en expliquant les raisons de notre mépris alors que notre projet positif était communiqué seulement à un petit nombre soit directement, soit plus souvent par la médiation dimbéciles dautant plus séduits que nous les rejetions, cest maintenant la gangue dont nous devons nous débarrasser très vite. À voir ce que sont les idées situationnistes sans leur pratique, nous pouvons affirmer que nous avons eu jusquà présent des lecteurs malgré nous. Nous allons maintenant pousser plus loin la cohérence et chasser les lecteurs qui ne nous intéressent pas — tous ceux, par exemple, qui se contentent de réaliser un de nos objectifs partiels de 1967, la fin de luniversité. Nous voulons désormais nous adresser à des gens qui soient plus que des lecteurs. Que ceux qui sadressent à nous prouvent dabord pratiquement que nous avons raison, ou quils disparaissent.

6. Depuis le début, l
I.S. na jamais cessé de préciser, en dénonçant ce qui léloignait de la lutte réelle, le projet de la société sans classe, la fin de la marchandise et du spectacle, la liquidation du prolétariat par les prolétaires eux-mêmes. Dans le même temps, nous expérimentions un langage qui portait en lui sa propre critique. Dans la période où nous entrons, il faut que notre langage porte sa critique en acte. Nous ne sommes pas des ouvriers mais nous devons maintenant devenir les égaux des meilleurs dentre eux, de ceux qui se préparent à se nier comme ouvriers en faisant fonctionner les machines hors de laliénation et contre elle. Ce qui signifie aussi quils seront devenus nos égaux en conscience.

7. Un intellectuel n
est pas a priori plus con quun autre con ouvrier de son état. Mais pour cesser dêtre débile, cest-à-dire pour cesser dêtre un intellectuel, le premier doit parcourir un chemin difficile et hasardeux. Le chemin du second est direct : il lui suffit de prendre conscience de son pouvoir — car il tient entre ses mains le sort de la marchandise — pour sortir de labrutissement et nêtre plus un ouvrier. Sa positivité est immédiate. Lintellectuel est au mieux du négatif ; son chemin est labyrinthique et le goût du labyrinthe, cest précisément le vieux Minotaure qui lattend au tournant. Nous en avons la preuve dans lincapacité où ces traumatisés de lusine à penser se sont toujours trouvés quand il sagissait de former des groupes autonomes révolutionnaires. Pour nous, il est assez clair que nous sommes entrés et sortis du labyrinthe en trouant les murs. Ceux qui continuent à sy perdre nont pas la moindre excuse — et surtout pas lI.S. Notre critique doit maintenant porter essentiellement sur le milieu ouvrier qui est le moteur du prolétariat. Il faut maintenant négliger la fraction gélatineuse de la révolution — celle qui pénètre mollement partout en se décomposant et en décomposant tout ce quelle touche — pour frapper sur la fraction dure en préparant une sorte de coup de Strasbourg des usines. Il est honteux que ceux qui disposent des moyens réels de la révolution ne sen servent pas ou sen servent si mal ; cest ce quil va falloir répéter preuve à lappui, jusquà ce que la critique situationniste du prolétariat pénètre dans les masses. Mais à la différence de la critique des milieux intellectuels, la critique du milieu ouvrier ne peut se faire quen lassociant à la diffusion de techniques dagitation directement liées à des significations théoriques.

Vaneigem


Document 5 du Débat d’orientation de l’ex-I.S. (Source.)


Publié dans Debordiana

Commenter cet article