Notes pour la réunion commune des sections française et italienne, le 17 mars 1970

Publié le par la Rédaction

Guy Debord à toutes les sections de l’I.S.

Notes pour la réunion commune des sections française et italienne, le 17 mars 1970 (à transmettre aux autres sections)

1) Les difficultés des quatre derniers mois dans les sections américaine et italienne ont été particulièrement regrettables en ceci qu’elles ont ralenti le développement extensif de l
I.S. ; lequel sétait trouvé être à peu près notre seule réalisation durant lannée 1969. Il faut reprendre et poursuivre ce mouvement extensif, mais aussi reprendre tout de suite notre développement intensif pratico-théorique.

2) Dans les quatre mois précédents, pour la première fois, le côté administratif et disciplinaire interne l
a nettement emporté dans lI.S. sur sa part de créativité ou dexpérimentation (part déjà peu considérable en 1969). Il faut tout de suite renverser ce rapport des facteurs, parce que, si celui-ci se maintenait, lI.S. naurait aucune justification à se maintenir elle-même. Le camarade Verlaan a récemment très bien défini ce quil faut combattre, en remarquant que «là où la pratique révolutionnaire de lI.S. fait défaut, les relations inter-individuelles deviennent fatalement la seule pratique» ; et naturellement elles se déploient dans la vieille pratique malheureuse des rapports de la société actuelle, encore très aggravée par une prétention creuse au rôle historique supposé. Nous avons tous à choisir et à juger notre activité commune ; mais être juges comme seule activité, ceci nest pas acceptable.

3) Tout recul devant les questions concrètes (et au premier plan devant la question triviale de notre financement) doit être immédiatement dénoncé, et éliminé.

4) On a dû souvent chasser de l
I.S. ceux qui sy trouvaient défectueux. Mais ce critère est trop exclusivement défensif. Pour quil y ait une égalité réelle, il ne suffit pas que les situationnistes évitent les défauts patents. Il faut que chacun soit, de quelque manière, «admirable» pour tous les autres.

5) Tous les camarades doivent reprendre (ou commencer) un travail théorique rigoureux. On peut dire, par exemple, que nous n
avions pas vraiment besoin des «succès historiques» enregistrés depuis 1968 pour être sûrs de la vérité de nos thèses précédentes. Mais, pour notre activité ultérieure, nous avons vraiment besoin danalyser précisément deux échecs annexes, qui se complètent réciproquement :
a) Dans la formation de lorganisation révolutionnaire consciente, lextrême débilité des groupes constitués en France après ladmirable leçon de mai.
b) Dans le processus dune lutte purement spontanée qui portait le prolétariat à mettre objectivement en question le pouvoir de classe en Italie, lextrême facilité de la réussite dune provocation intelligente (la bombe de décembre) ; échantillon relativement minime dune pratique à laquelle tout État moderne nhésitera jamais à recourir devant toute menace aussi vitale.

On peut dire que les débats de la conférence de Venise  ont, en général, très bien compris, et très bien prévu, ce qui se passe actuellement en Europe (quoiqu
en ayant vraiment très peu envisagé nos moyens de faire revenir ce genre de «science» dans lactivité pratique). Mais ces débats nont pas assez profondément examiné le premier point ; et nont pas assez précisément prévu le deuxième.

6) Malgré leur très grand intérêt historique et programmatique, les Conseils ouvriers du passé sont évidemment des expériences insuffisantes, et les organisations conseillistes réelles à venir sont encore assez loin d
exister. Une vague mode conseilliste se développe, jusque chez les crétins. Nous navons daucune façon à nous y ranger ; mais à la déranger, dès à présent. Au sens du contenu total que les Conseils doivent atteindre, au sens de ce que lI.S. peut et doit faire pour que ce pouvoir existe en réalité, je résumerai ma thèse par une phrase : ce ne sont pas tant les situationnistes qui sont conseillistes, ce sont les Conseils qui auront à être situationnistes.

7) Le monde manque seulement de la connaissance d
un projet qu’il a déjà. Si lI.S. peut encore servir à la lui apprendre, nous aurons à faire surgir dautres Strasbourg et dautres Sorbonne, et dautres expressions de notre théorie (par les livres, ou autrement). Il va falloir encore étonner ce monde.

Debord

Document 4 du Débat d’orientation de l’ex-I.S.

Publié dans Debordiana

Commenter cet article