No Border Bruxelles : Tous les uniformes ne sont pas bleus

Publié le par la Rédaction

Manifestation du 29 septembre à Bruxelles
contre les politiques d’austérité :
Violence policière, indifférence syndicale
Tous les uniformes ne sont pas bleus

«Ce ne sont pas les “excès” révolutionnaires du prolétariat, c’est au contraire la carence de ses mauvais bergers qui a contribué à la victoire du fascisme.» 
Daniel Guérin, La peste brune (1954).
Les actions menées dans le cadre du camp No Border de Bruxelles se sont toutes heurtées à l’heure qu’il est à des effectifs policiers nombreux et agressifs. Rien de surprenant au pays qui refusa l’asile à Semira Adamu dont la manifestation de dimanche devant le centre fermé du 127 bis commémorait l’assassinat. La police belge n’a pas la réputation d’être outrancièrement humaniste quoi que clame la propagande de l’actuelle présidence de l’Union. Elle le prouve encore une fois. L’humiliation du citoyen qui la paye ne lui fait pas peur. Mais si chacun sait que le petit pays «aux valeurs progressistes» est peu à peu livré à des tribuns d’extrême-droite qui camouflent en menace de scission la même réforme ultra-libérale que partout ailleurs, on avait négligé de souligner la veulerie particulière qu’occupe le monde syndical dans ce brillant tableau.
Ne soyons pas trop sévères avec nos apparatchiks. Ils sont parfois un peu dépassés par la xénophobie téléguidée de leurs affiliés et l’alcool des grandes marches défrayées fait parfois dire des bêtises. D’ailleurs, la grande manifestation contre les politiques d’austérité en marge du sommet ECOFIN de ce mercredi avait commencé dans un louable effort de convergence. La direction du gros syndicat belge avait accordé à un groupe anticapitaliste du nom de Precarious United de pouvoir défiler avec les autres. Elle a même confirmé cet accord au départ du cortège lorsque les anticapitalistes non encartés étaient d’emblée bloqués par la police. Mais on murmure que cet accord n’avait pas résisté quelques heures avant, lors de la réunion de préparation avec les autres syndicats européens. Pauvre Belgique, seule à vouloir l’humanisme ! On se demande s’il n’était pas un peu contradictoire de maintenir cet accord tout en laissant courir dans les cordons de sécurité entourant le cortège la consigne de ne laisser s’approcher aucune brigade de clowns de la très sérieuse procession. Et si cette consigne est tout à fait étrangère à l’arrestation préventive de 30 clowns à leur sortie du camp No Border.
Que de questions que n’ont su résoudre devant nos caméras ces chevaliers de la solidarité, très occupés à disperser le bétail autour de cinquante personnes agressées et arrêtées par la police sans aucune raison apparente. La raison administrative qui leur a été donnée lors de leur libération le soir-même, avec quelques bleus en souvenir, est bien entendu «le trouble à l’ordre public». On en arriverait presque à le détester cet ordre, à force de nous le voir resservi à chaque mouvement suspect. Mais il comprend donc la liberté pour les syndicats de contester entre soi. Le dernier spectateur du JT de 20 heures nous dira : et les cagoules noires ? Les vitres cassées ? Les débordements ? et l’on répondra que, tout No Border que fut en partie le bloc Precarious United agressé ici, le noir y faisait bon ménage avec le rose des joueurs de samba qui, en première ligne se sont bêtement exposés à recevoir les premiers coups de matraque. Que de vitre cassée, pas une, pas même par la police déguisée, qui n’a même pas pris la peine cette fois-ci de justifier a posteriori la répression. Quant au débordement, oui, on voit bien que tout déborde de plus en plus dans cette société de vieillards stupides, à commencer par le fait d’être un peu trop jeune, un peu trop vivant, dans une société prise en otage par la finance et le profit, où plus rien n’a le droit de respirer. Ce n’est pas les quelques affiliés du syndicat français Sud arrêtés dans la mêlée qui diront le contraire, ni les quelques métallos de la CGT qui n’avaient peut-être pas totalement oublié Émile Pouget en passant par là. Ceux-là au moins n’usurpaient pas les beaux slogans de solidarité que se sont contenté de porter les autres. Ils étaient une dizaine. Sur 100'000 ?

Indymedia Bruxelles, 2 octobre 2010.

Commenter cet article

miettou 02/10/2010 23:53



Les bureaucrates ont semblé avoir quelques difficultés à faire obéir leur troupeau sur le moment. L'émotion sûrement.


Triste consolation.