"N'autre école" no 27 est sorti

Publié le par la Rédaction

«N’Autre école» no 27 : L’école dans 10 ans… (1re partie)

 

L’école dans 10 ans ? Un numéro qui croise imagination et analyse.

 

Une livraison exceptionnelle où l’examen des évolutions de l’école se mêle à des textes de fiction inédits (cinq auteurs, Gérard Mordillat, Marc Cantin & Isabel, François Bégaudeau, Fabien Clavel et Ayerdhal, nous proposent leur vision de l’école dans 10 ans).

 

Parce que s’il est vain de chercher à prédire l’avenir, il nous semble indispensable de tenter de nous projeter dans le futur pour avoir une prise sur lui.

 

Alors, 2020 : rêve ou cauchemar ?

 

Dans tous les cas l’avenir ne se construira pas sans nous et nous avons dès aujourd’hui notre mot à dire (ou à écrire) pour que celui-ci soit un peu plus conforme à nos aspirations.

 

Cette nouvelle livraison de la revue propose des analyses — la cohérence des contre-réformes en cours, le programme CLAIR, le tout sécuritaire, le jargon technocratique et les ambitions de nos petits chefs, etc. — mais fait aussi la part belle aux résistances et aux rêves d’une autre école.

 

Le sujet était tellement porteur que nous n’avons pas pu regrouper toutes les contributions sur un seul numéro, le 28 traitera donc du même thème et proposera de nouvelles fictions.

 

Une partie historique (le centenaire de L’École émancipée) et une abondante rubrique lecture et littérature jeunesse, complètent ce numéro.

 

Le numéro est à feuilleter en ligne et à commander (4 € en version papier, 2 € en version électronique ou par abonnement : 20 € pour 5 numéros à revue N’Autre école, CNT-FTE, 33, rue des Vignoles, 75020 Paris, chèques à l’ordre de CNT-FTE).

 

Pour feuilleter le nouveau numéro en ligne, cliquez sur le lien ou sur l’animation ci-dessous…

 

 


Publié dans Éducation

Commenter cet article

Tim Aris 10/11/2010 15:30



Ce ne sont pas 7 mais 5 lycéens qui ont étés arêtés, ils venaient de lycées comme Jen Monnet, Joffres, Clemenceau et même de Sète (la ville, pas le lycée).


Cet article mériterait d'être plus étoffé: j'était sur place et plusieurs actions policières ce jour là ont étés odieuses: d'ailleur, la presse n'était pas là, et n'est pas venue alors que j'ai
personnellement contacté et donné l'information à un journal montpellierain, qui a eu toute les clefs en main afin de se saisir de l'affaire.


Nous avons besoin d'aide fin de prolonger le mouvement, ou au moins de parler de ce qu'il nous est arrivé, ce mardi 9 novembre, pendant une longue matinée de mobilisation.