MSV et No Vox (mise au point)

Publié le par la Rédaction

 

Voici ci-dessous le dernier communiqué du MSV, très instructif, écrit avant la «caravane» Bamako-Dakar mais qu’il commence seulement maintenant à diffuser sur Internet.
Quant au spectacle «FSM 2011», il a été si bien «perturbé» de tous côtés — et d’abord par les Tunisiens et les Égyptiens — qu’il  s’est complètement effondré, ne laissant plus à voir que des pitoyables «alter-dirigeants» complètement déconnectés de «toute la réalité révolutionnaire de l’époque». Game over. 
Mercredi 16 février 2011.

 

 

Réflexion sur les rapports Nord-Sud :

Le cas du MSV et du Réseau No Vox

 

Introduction

 

En 2006 après une série de discussions avec les membres du Réseau No Vox lors du Forum Social Mondial polycentrique de Bamako, le MAJAF (Mouvement Alternatif de la Jeunesse Africaine) a rejoint le Réseau No Vox pour deux raisons majeures :

1. Donner la voix aux sans-voix, organiser un mouvement de lutte de base des plus démunis contre toutes les formes de répression, et de domination ; que ces activistes s’organisent en toute autonomie des partis politiques et des syndicats ;
2. Convaincu en son temps que la solidarité entre mouvements de lutte Nord-Sud est une condition sine qua non de la libération des masses en lutte de par le monde, et peut également être un facteur dissuasif contre la répression et l’isolement, le MAJAF a décidé d’adhérer au Réseau No Vox en janvier 2006.

 

Afin d’unir nos forces collectives (Nord-Sud) contre les politiques néolibérales, nous avons décidé en son temps d’adhérer au Réseau No Vox qui se définissait comme étant l’organisation internationale des «sans».

 

En 2007, le MAJAF a été dissout pour laisser place au MSV, et dans l’espoir de rassembler plus de secteurs de luttes sociales. Cette décision a été très productive, car aujourd’hui, le MSV compte en son sein presque toutes les couches sociales.

 

À partir de 2007, le MSV a pris l’initiative d’élargir le Réseau No Vox aux associations des «sans» non seulement au Mali, mais aussi dans la sous-région. Grâce aux efforts de luttes développées sur le terrain au Mali, le MSV a fait adhérer au Réseau No Vox : le Collectif des travailleurs de Huicoma créé, et organisé par le MSV en 2007 avec les travailleurs licenciés de Huicoma de Koulikoro, l’APELD-Mali en 2008, l’Union (UACADDDD) en 2009…

 

Au niveau de la sous-région, le MSV a mis à profit ses déplacements (financés par le Réseau No Vox) lors des forums (Étrange Rencontre…) pour aider à la création du MSV Burkina avec les étudiants, le MSV Bénin, et No Vox Togo afin de tisser «un lien de lutte solidaire» entre les militants africains soutenus par des «solidarités concrètes» du Réseau No Vox. Le résultat de tout cela : un réseau naissant, et qui cherchait à se faire pied en Afrique, et à se tailler une place respectable dans le vaste mouvement complexe dit «altermondialiste», a été pour le Secrétariat du Réseau No Vox basé à Paris une surprise inattendue, et du pain bénit.

 

Dépassé par le succès, et ne cherchant que «la postérité», le Réseau No Vox qui nous qualifiait dans une de ses vidéos de propagande de «petit mouvement en Afrique, et n’ayant même pas d’Internet» pour se légitimer davantage, a commencé à jouer au trouble-fête sur le dos du MSV. Plusieurs fois, le MSV a eu des difficultés sur le terrain à cause des interférences du Secrétariat du Réseau No Vox. Ainsi par exemple le Secrétariat depuis Paris se précipitait sur les informations erronées, et les diffusait tel «un journaliste annonçant un scoop», après quoi, il revenait sur les mêmes infos rectifiant, précisant, et reprécisant une telle partie, ou un tel passage.

 

Mieux dans ces communiqués, et nouvelles pressantes, le Secrétariat n’hésitait pas à rappeler à chaque fois l’appartenance d’un tel militant, ou d’une telle association au Réseau No Vox. Ceux qui sont inscrits sur la liste-mailing du Réseau No Vox peuvent en témoigner. Ce paternalisme involontaire nous agaçait beaucoup, mais on le comprenait également à notre façon, car on s’était dit que peut-être en Europe, les gens ont aussi leur façon de voir, et d’apprécier les choses comme partout ailleurs. Mieux, le MSV trouvait tout cela amusant, et on disait que de toute façon, c’est une manière de manifester leur bonne volonté à notre égard.

 

Au fil du temps, les choses ont beaucoup évolué, et la collaboration entre le MSV, et le Secrétariat du Réseau No Vox basé à Paris a connu plusieurs difficultés aboutissant à la détérioration de nos relations, et le retrait du MSV du Réseau No Vox.

 

 

Les raisons de ce retrait

 

En décembre 2009 le MSV a suspendu son appartenance au Réseau No Vox. Cette décision s’explique par plusieurs raisons : en 2008 quand le MSV s’apprêtait à participer à la 2e édition de l’Étrange Rencontre, le Réseau No Vox avait envoyé 250 euros en soutien conditionné au MSV (le Réseau No Vox avait laissé entendre que le MSV doit faire bon usage de cette somme). Chose somme toute inacceptable par le MSV. En son temps le MSV a réagi par email adressé au Secrétariat du Réseau No Vox soulignant qu’il n’admettait pas que le Réseau No Vox lui donne «des instructions» sur la gestion des fonds reçus dans le cadre de la solidarité pour le développement de nos propres luttes.

 

Cette position du MSV a une explication : il ne s’agit pas d’occulter la gestion des ressources, encore moins d’être réfractaire au contrôle militant, mais tout simplement étant donné que le MSV a comme ligne d’orientation de dénoncer non seulement la mondialisation, mais aussi les ONG, et les organisations qui sont dans le lobbying, la recherche de financement, les projets… ; en ce sens, on s’était dit qu’on n’admettait pas que des solidarités financières autour de nos luttes se transforment en un contrôle, une supervision, et comme si nous devons rendre compte des résultats de nos propres luttes qui n’ont rien de similaire avec les projets de type «lutte contre le paludisme, contre le sida, contre la tuberculose, pour l’accès à l’eau potable…», financés à coups de millions par les ONG du Nord, les fondations, voire même le capitalisme tout court, au compte de certaines des associations du Sud pour le prétendu bénéfice des populations.

 

Lors de la première édition du «Forum des Sans», on pouvait entendre des propos semblables à de la mesquinerie gratuite : «la location des chaises coûte tant… cette nourriture ne coûte pas tant… etc.» tenus par les responsables du Réseau à notre endroit, et qui en même temps, selon leur propre témoignage «sont très satisfaits de la mobilisation, et de la rapidité d’agrandissement du Réseau No Vox au Mali, et ailleurs». Ces propos nous laissèrent perplexes, car ils se résumaient aux mêmes comportements que les institutions financières tannent aux États africains, et que notre organisation dénonce. La différence, est que No Vox le pratique à un niveau très bas.

 

À la restitution du Forum, le MSV a laissé les choses comme telles espérant que le Réseau No Vox en saura tirer les enseignements. Sur le fond, le MSV est pour la justification de toutes les sommes au centime près qu’il reçoit, mais refuse catégoriquement que le Réseau No Vox le traite de telle façon au seul motif qu’il subit les pressions, et des contrôles de la part de l’État français, et autres organismes donateurs. En octobre 2009, le MSV a organisé un colloque avec le soutien du Réseau No Vox. Ce colloque a été révélateur. Une fois rentré en France après le colloque, le Réseau No Vox a envoyé un email au Secrétaire général, au Secrétaire à l’organisation, et au Secrétaire aux finances du MSV.

 

Dans cet email on pouvait deviner des menaces de type institutions financières : «les amis nous ont promis de nous envoyer les justificatifs des dépenses du colloque, et jusqu’à présent ils n’ont pas tenu promesse, si les sommes reçues ne sont pas justifiées, le Réseau No Vox en tirera toutes les conséquences politiques». S’ajoute à cela, que le MSV avait fait le rapport du colloque qui s’est tenu au mois d’octobre 2009, dans lequel il critiquait les comportements et les agissements du Réseau No Vox. Nonobstant ce rapport, le Réseau No Vox a fait fi de tout ce que le MSV lui avait fait parvenir dans ce rapport, et a fourni dans la foulée d’autres versions qui ne collent pas aux réalités, et aux décisions du MSV.

 

Au vu de tout ce qui s’est passé, et pour nous donner un temps de réflexion sur notre avenir au sein du Réseau No Vox, le MSV a estimé que le principe d’autonomie sur lequel le Réseau No Vox prétend fonctionner a été violé, et en conséquence le MSV a jugé nécessaire qu’il serait mieux de suspendre son appartenance au Réseau No Vox.

 

Quand le MSV a suspendu son appartenance au Réseau No Vox, ce dernier s’est lancé entre les associations membres du Réseau au Mali, les a incités à se désolidariser du MSV qui les soutient sur le terrain depuis des années. Pour préparer la chute du MSV, le Réseau No Vox a conditionné l’opinion nationale et internationale. Depuis Paris, il a encouragé des rencontres parallèles avec les associations au Mali promettant aux uns soutien financier, et aux autres soutien matériel si elles abandonnent le MSV, et s’organisent directement avec le Secrétariat du Réseau.

 

Dans sa lutte contre le MSV, le Réseau No Vox n’a pas hésité à calomnier, et spéculer sur «la question de l’argent» comme seul moyen de salir le nom du MSV, et de le discréditer tant au niveau national qu’international. Mieux il a malgré nos tentatives de conciliation exigé que MSV présente «des excuses» au Secrétariat du Réseau comme condition sine qua non de toute reprise de collaboration.

 

En réaction à cette politique de subjuguer, d’isoler, et d’humilier le MSV sur le plan local, le MSV s’est retiré définitivement du Réseau No Vox. En ce sens, le MSV a publié le communiqué suivant :

Nous accusons bonne réception de votre correspondance en date du 15 février 2010, adressée au MSV à travers la boîte électronique du camarade Fassery Traoré Secrétaire à l’Organisation du Mouvement des Sans Voix.
En effet, cette lettre qui prête à confusion pointe un doigt accusateur, et tente vainement de plonger le MSV dans le discrédit total par des insinuations fallacieuses, et des propos paternalistes qui sont à la limite teintés de néocolonialisme. Ce qui est naturellement inacceptable de la part d’un Mouvement comme le MSV qui a décidé en toute souveraineté de lutter contre l’injustice sous toutes ses formes, et venant de qui que ce soit. Après donc une analyse détaillée, et conséquente de la fameuse lettre, nous avons décidé de répondre point par point tout simplement en apportant le plus de clarté sans aucune pression.
C’est ainsi que :
1. Le rapport d’activités 2009 du MSV s’est voulu critique, et pour cause, nous avons fait des remarques sur la gestion, le fonctionnement, et la façon d’agir du Réseau No Vox qui de notre avis doit connaître des changements profonds. Nous pensons à juste titre que le Réseau ne fonctionne pas démocratiquement, et pour preuve, il est allergique à toute critique, et dans ces conditions, nous ne savons pas quel type de relation (horizontale ou verticale) le Réseau compte tisser avec les organisations membres. Notre rapport d’activité n’est pas fait pour faire plaisir au Réseau No Vox, loin s’en faut, il rentre aussi dans le cadre de nos activités, nous sommes tenus de le faire sans qu’il ne soit soumis à approbation ou désapprobation des personnes ou des structures extérieures au mouvement.
2. En ce qui concerne la non-présentation du rapport financier, c’est à cause en grande partie du comportement de la Présidente du Réseau envers notre organisation. Nous estimons qu’elle ne nous traite pas avec égard, comme une organisation à part entière, membre du Réseau, et qui doit de ce fait être respectée et considérée. Le Réseau lui-même n’a jamais produit un rapport financier même à titre d’information à l’endroit des associations membres, donc il est important qu’il joue à la transparence en son sein d’abord pour ensuite vouloir l’imposer aux autres.
3. Nous ne pouvons pas certifier les dépenses énumérées dans la lettre que nous contestons, donc nous ne saurons approuver quelque chose dont nous doutons de sa fiabilité. Quand vous affirmez que plus de 25% du budget (à vérifier) est affecté au Mali, il n’y a rien de mal en cela puisque les différentes activités menées sur le terrain, et les résultats obtenus dépassent largement vos frics qui vous sont si chers.
4. Nous avouons notre grande surprise puisque nous ne savions pas que le Réseau No Vox était sous tutelle à cause des fonds qu’il reçoit de la part de l’État, et d’autres institutions françaises. La Présidente déteste qu’on la contrarie sinon elle pense que cela est une insulte alors qu’elle n’hésite pas à qualifier les autres de menteurs, n’est-ce pas là une insulte entre camarades ?
5. Nous maintenons l’affirmation qui consiste à dire que le Réseau No Vox se comporte comme une banque, et pas n’importe laquelle, il se comporte comme les institutions de Bretton Woods, c’est une critique que nous formulons à l’égard du Réseau. Nous sommes taxés à tort bien sûr comme des gens n’ayant de considération que pour le fric, refusant de donner la parole aux sans-voix. Nous ne savons pas à quoi vous faites allusion ici car dans toutes nos rencontres, la parole a tout le temps été libre. Le MSV est l’une des organisations au Mali qui donne véritablement la voix aux sans-voix, informez-vous au Mali.
6. En ce qui concerne la construction d’un Réseau international des sans, sur ce point, les efforts déployés par le MSV ne sont plus à démontrer objectivement. Au Mali, nous avons déployé d’énormes efforts pour ouvrir les portes à d’autres associations au Réseau, ce qui lui permet aujourd’hui de vouloir nous mettre à l’écart, mais ce serait peine perdue. Nous rappelons à tous que nous sommes dans cette lutte par conviction, et non pour des motifs d’une valeur très basse comme tente vainement de le démontrer No Vox. Pour nous, la question de la lutte ne saurait se limiter à une simple question de fric comme vous l’affirmez, c’est plus important, nous menons ces combats souvent au risque de nos vies.
7. À propos de notre suspension du Réseau, il faut savoir qu’à la lumière des différentes discussions au sein du Bureau National, cette position a évolué et nous tirerons les conséquences qui s’imposent. Décidément, le Réseau continuera à se comporter comme une institution financière, il ne parle que de finances : financer des forums, et de faire parvenir des fonds à telle ou telle association, pour notre part, cela ne nous concerne nullement, que le Réseau se porte bien ou mal, cela n’aura aucune incidence sur la marche du MSV plus que jamais déterminé à jouer tout son rôle dans sa lutte permanente contre l’injustice sous toutes ses formes au Mali, et dans le monde. Nous ne faisons pas que des forums. La confiance de notre organisation à l’égard du Réseau étant remise en cause, il est clair que la question du maintien du MSV au réseau se pose.
8. La préparation de forums No Vox à Bamako, et la mise en place d’un secrétariat au Mali ne nous concerne pas non plus, nous considérons que cela relève d’une question interne au réseau et à ses membres. Nous vous encourageons davantage.
9. Le secrétariat montre son caractère antidémocratique en qualifiant les critiques comme étant des insultes, de l’acharnement ou même du mépris à son encontre. Ainsi donc, il s’attend à des excuses de notre part, condition préalable, et nécessaire au rétablissement de nos relations de confiance et de travail. Naturellement, cela est tout simplement un rêve, une vue de l’esprit qui ne se réalisera jamais. Pour faire son mea culpa, il faut d’abord reconnaître sa faute, or ici c’est le réseau qui est en faute, pas le MSV, s’il y a donc excuses à présenter, le réseau doit présenter au MSV des excuses en bonne et due forme, pour maladresse, manque de considération, tentative d’embrigadement. Nous considérons que le réseau tente d’instaurer entre nous une relation de dominants-dominés ce qui est inacceptable, raison pour laquelle nous décrions, et fustigeons avec force ce comportement.
10. Une précision, le MSV n’a pas de conseil d’administration en son sein, nous avons un Bureau National qui est l’organe dirigeant du mouvement. Pour être définitivement clair avec vous Madame, sachez bien qu’aucun membre du MSV, encore moins les membres du Bureau National ne présenteront d’excuses à qui que ce soit. Votre demande est catégoriquement rejetée, elle est non-sens.
En raison de tout ce qui précède, la question du maintien du MSV au sein du Réseau  No Vox se pose avec acuité, et a fait l’objet d’une discussion au sein du Mouvement des Sans Voix. À la lumière des différentes discussions, et réflexions, il est ressorti que la collaboration entre le Réseau No Vox, et notre organisation a atteint ses limites car, la confiance est rompue.
Pour ces différentes raisons ci-dessus évoquées, le Mouvement des Sans Voix (MSV) proclame officiellement son retrait pur et simple du Réseau No Vox.
Notez bien que cette décision prend effet à partir de sa date de signature.
Bamako, le 5 mars 2010
Pour le Bureau National
Le Président
Mamadou Konaté

 

En 2010, le MSV initiateur du «Forum des Sans» a voulu continuer l’organisation de cet espace pour la première fois en toute autonomie des «financements» du Réseau No Vox. Apprenant cette nouvelle, le Réseau No Vox furieux contre une organisation aussi autonome a publié un communiqué mensonger intitulé «Mise au point» dans lequel on pouvait entendre «le Forum des Sans est une initiative du Réseau No Vox international. Le MSV veut récupérer le Forum des Sans en son seul compte pour des considérations politiciennes. Toutes les associations membres du Réseau No Vox au Mali, au Burkina, au Bénin, au Togo se désolidarisent du MSV…» Un peu plus loin dans ce communiqué, on pouvait encore une fois de plus entendre «suite à un détournement d’argent effectué par les responsables du MSV, ceux-ci ont quitté le Réseau No Vox»

 

Ce communiqué a fait objet de débats en notre sein, et tous les membres ont décidé alors de répondre à ce communiqué, et après se concentrer sur l’organisation de notre Forum, et continuer notre lutte au Mali pour la justice sociale.

 

Dans le communiqué du Réseau No Vox, on pouvait facilement deviner le mensonge. Le Réseau No Vox se dit propriétaire privé d’un espace de lutte, alors que les espaces de luttes appartiennent à toutes celles, et ceux qui sont épris de justice : le clientélisme se dégageait derrière ce communiqué. Mieux le «Forum des Sans» est né à Bamako, sur proposition, analyse, et réflexion du MSV qui voyait dans les «autres forums» un espace trop académique, et ne donnant pas suffisamment la parole aux «sans-voix».

 

C’est après tant de critiques écrites, et verbales adressées aux responsables des différents forums locaux au Mali, que nous avons décidé de rompre avec le cycle classique des «forums», et organiser un forum propre aux «sans». Cette initiative a été encouragée par le Réseau No Vox, et qui s’en est inspiré tenant «un autre Forum des Sans» au Japon après celui de Bamako.

 

Le Réseau a mobilisé les ressources financières (2000 euros pour trois jours de forum, qui a mobilisé trois cents personnes environ) pour la tenue dudit «Forum des Sans» première édition au Mali. C’est pourquoi, il n’est pas anodin de lire sur le propre site du Réseau No Vox : «À l’initiative du Mouvement des Sans Voix a eu lieu le premier Forum des Sans» (première déclaration de la première édition du Forum des Sans en avril 2009). Autre fait marquant de ce communiqué dit «Mise au point» du Réseau No Vox : «suite à un détournement d’argent effectué par les responsables du MSV, ceux-ci ont quitté le Réseau No Vox».

 

Aujourd’hui, le MSV est en droit de se poser la question suivante : on quitte quelle organisation, ou quel réseau, après détournement d’argent ? La réponse pour tout honnête Homme est la suivante : on ne quitte pas une organisation après détournement d’argent, on en est purement et simplement exclu. Sous d’autres cieux, on est assigné en justice. Que le Réseau No Vox publie un communiqué, ou une déclaration d’exclusion du MSV de ses rangs datant de cette époque !

 

Le MSV est parti du Réseau No Vox suite aux divergences politiques énormes avec le Secrétariat du Réseau No Vox, et pour ne pas perdre notre énergie dans des considérations de réseaux, de représentativité, nous avons décidé de nous retirer du Réseau No Vox plus précisément le 5 mars 2010.

 

 

Conclusion

 

Il est très important d’analyser «l’après-départ» du MSV du Réseau No Vox. Car beaucoup d’événements se sont passés, et qui ont eu des conséquences néfastes sur les luttes de base au Mali à cause de «cette relation Nord-Sud» que nous avons entretenue cinq ans durant avec le Réseau No Vox.

 

Aucun besoin de revenir en détail sur le rôle que le MSV a joué dans le développement des luttes des travailleurs, des déguerpis, et les couches laissées pour compte que certaines associations du mouvement social malien au Mali, considèrent déjà moribondes, et perdues d’avance. L’histoire le dira un jour, et les archives (site Internet, documents, livres, photos, films…) témoignent aujourd’hui du rôle que le MSV a joué n’en déplaise au Réseau No Vox, à certaines associations, et à certains partis politiques au Mali.

 

Mais il est important quand même de souligner sans excès que le MSV a donné un écho, et a aidé plus d’une victime, plus d’une association à s’organiser, et à lutter pour la revendication de leurs propres droits combien piétinés. Le MSV continue malgré les coups bas, les complots de basse lâcheté…

 

Depuis le départ du MSV du Réseau No Vox, ce dernier a commencé à diviser nos propres luttes au Mali pour son avantage, et considération de réseau. Pour y parvenir, il s’est servi des plus «manipulables» d’entre nous au Mali.

 

Durant cinq ans (2006 date de notre adhésion au Réseau No Vox à 2010 date de notre départ) le Réseau No Vox, nous a donné en soutien solidaire environ 5 à 6000 euros (Forum des Sans en 2009 : 2000 euros, colloque de Bamako en 2009 : 2000 euros, le Forum des peuples en 2009 : 1000 euros, le reste ayant servi à l’organisation des conférences de presse, et autres activités).

 

Quand le MSV a quitté le Réseau, ce dernier dans le but de nous liquider, a fourni aux associations que nous avons amenées à adhérer au Réseau des caméras, des ordinateurs, et plus de 4000 euros en moins d’une année pour l’organisation d’un crypto-forum dit «des déguerpis» à Bamako en septembre 2010.

 

Tout ça dans le but de permettre aux «opportunistes» d’envoyer des images, des photos pour son besoin de réseau dont il est le seul à connaître le secret. Mieux, le Réseau No Vox passait par les «leaders» de ces associations pour isoler le MSV des travailleurs licenciés, des déguerpis… C’est ainsi que la 2e édition du «Forum des Sans» a été boycottée par certains de ces «leaders», et porte-parole qui voyaient l’horizon ouvert devant eux, et songeaient déjà à leur propre avenir, plutôt que de se soucier des luttes, et sur le comment les gagner. Ainsi la théorie de la lutte permanente s’imposait sur eux, et sur les victimes sans victoire digne de ce nom au grand bonheur du Réseau No Vox, et de certains partis politiques au Mali qui orientaient «les victimes» dans ce sens pour toujours rebondir.

 

Ces quelques pages ne reflètent pas tout ce qui s’est passé durant cinq ans entre nous et le Réseau No Vox, mais elles sont révélatrices, et montrent à quel point les relations Nord-Sud se posent de plus en plus avec acuité, et surtout à la veille du FSM de Dakar dont les réseaux clientélistes, néocolonialistes s’apprêtent à leur grande exhibition folklorique.

 

Le MSV ne joue pas à la victime, ni encore moins ne cherche à fuir «sa part de responsabilité», car nous n’avons de compte à rendre à personne sauf à notre peuple au nom duquel nous luttons.

 

Avec le recul, le MSV n’avait pas comme objectif principal d’être membre d’un réseau pour lutter. Les circonstances l’ont imposé sur nous. Si le Réseau No Vox a été à un moment donné un soutien pour nous, il est devenu aujourd’hui un «diviseur», et un fossoyeur de nos luttes au Mali. Ce qui reste regrettable dans cette relation, c’est le comportement de ceux que nous avons soutenus, et organisés pour qu’ils soient en mesure de se défendre eux-mêmes.

 

Sur le plan local, certains partis politiques qui se disent de «gauche» en complicité avec les leaders de ces associations de «sans» ayant vu les résultats spectaculaires de nos luttes de terrain s’en sont mêlés pour piocher les militants à leur solde, et récupérer ces luttes.

 

L’objet de cette analyse n’entre pas pour le moment dans ce cadre, nous nous réservons là-dessus. L’analyse de ces comportements locaux, fera l’objet de la suite de ce document que nous publierons au bon moment. Mieux encore, le MSV publiera le bilan détaillé de toutes les sommes reçues de la part de No Vox dont le montant global est selon nos estimations entre 5 et 6000 euros en cinq ans de collaboration, et dont 4000 euros ont été dépensés dans l’organisation du premier Forum des Sans en avril 2009, et le colloque du MSV dans la même année en octobre.

 

Aujourd’hui, pour davantage nous discréditer, les uns nous qualifient de «nationalistes», les autres «d’anarchistes, de rastas», et le pouvoir en place à Bamako «de jeunes haineux, et aigris». Notre position historique, et la justesse de notre cause, ne seront jamais intactes. Le MSV, continuera sa «petite» contribution dans la lutte des peuples avec courage, et détermination, ainsi que dans la voie tracée par les héros africains : Samory Touré, Chaka Zoulou, Tiemoko Garan Kouyaté, Thomas Sankara, en attendant l’éveil définitif de la conscience de notre peuple africain pour la liberté, l’indépendance, et la justice…

 

Nous lançons un défi à quiconque de contredire ce document y compris le Réseau No Vox (il est à souligner que le Réseau No Vox théoriquement est l’ensemble des organisations qui adhèrent à sa charte issue du Forum Social Européen de 2003, mais dans les faits, un Secrétariat basé à Paris sous le nom d’«Association des Amis de No Vox» tire les ficelles, s’occupe de recherche de financement pour soutenir les associations membres du Réseau No Vox, a créé au MSV les problèmes ci-dessus mentionnés, et répond au nom du Réseau, fait des déclarations au nom du Réseau, agit au nom du Réseau), et de publier sa part de vérité, après quoi les uns et les autres seront en droit : soit de soutenir la vérité, soit de la nier.

 

«Chaque génération doit découvrir sa mission, la trahir, ou la remplir…» (Franz Fanon)

 

Fait à Bamako le 17 janvier
Le MSV (Mouvement des Sans Voix).

 


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article