Mobilisation contre la casse des retraites : Le pouvoir sent le vent tourner et rejoue la carte de la répression !

Publié le par la Rédaction

Depuis le 12 octobre, la mobilisation contre la casse des retraites a pris un nouveau tournant. Le nombre de manifestant-e-s a atteint des records rarement égalés. Un mouvement de grève reconductible touche les raffineries, la SNCF… Dans plusieurs secteurs (Éducation, santé…) dans plusieurs villes (Marseille, Toulouse, Le Havre…) le mouvement s'étend et s'enracine. Depuis quelques jours, les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s commencent à rejoindre de façon massive le mouvement.

 

Face à cette mobilisation puissante, le pouvoir a décidé d'utiliser toutes ses cartouches, tant au niveau des médias (mensonges, manipulation de chiffres et arguments fallacieux sur la démographie) que dans la rue. En effet ces derniers jours on a vu le gouvernement faire en sorte que les manifestations, en particuliers les manifestations de lycéen-ne-s, fassent l'objet d'attaques physiques de la part des «forces de l'ordre». Alternative libertaire condamne ces violences policières. Elles sont révélatrices d'une stratégie de la tension visant à intimider une partie de la jeunesse pour éviter que la mobilisation ne continue à prendre de l'ampleur. Ce ne sont pas ces petites manipulations qui vont casser notre motivation ! Bien au contraire, elles renforcent notre détermination à faire jouer la solidarité contre la répression et à amplifier les mobilisations, en montrant un peu plus chaque jour l'illégitimité de ceux qui nous «gouvernent».

 

Ce gouvernement n'est ni sourd ni aveugle. Il sait très bien ce qu'il fait : il défend les intérêts de sa classe tout en menant une véritable politique raciste contre une partie des habitant-e-s de ce pays. Les jours qui viennent seront déterminants, dans les grèves, dans les manifestations des 16 et 19 octobre et bien sûr au-delà. Car ce n'est pas en quelques jours que ce gouvernement cédera.

 

Et au delà de la grève reconductible, c'est la grève générale, c'est-à-dire le blocage de l'économie et la réappropriation des outils de production qu'il faut viser. En nous mettant en position de gagner sur les retraites, nous devons pousser notre avantage pour revenir sur les régressions sociales des quinze dernières années. Et penser à aller plus loin…

 

Alternative libertaire, 14 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article