Mercredi 14 juillet, centres de rétention de Turin et de Trapani en Italie

Publié le par la Rédaction

 

 

Ce soir, une partie du centre d’identification et dexpulsion de Turin est inutilisable suite à  la révolte menée depuis ce matin par les prisonniers sans-papiers.

 

Cette révolte a commencé lorsquun groupe de détenus tunisiens qui arrivaient à la fin de leurs 6 mois de rétention ont appris quau lieu dêtre libérés ils allaient être expulsés. En effet, la semaine dernière lItalie a signé des accords avec la Tunisie et lAlgérie et des déportations massives des ressortissants de ces deux pays sont programmées.

 

Ainsi, à Turin, les prisonniers tunisiens se sont révoltés et leur rage sest propagée à leurs compagnons dinfortune.

 

Après avoir mis le feu à diverses parties de la structure, ils sont montés sur les toits du centre. très vite, un rassemblement solidaire  a eu lieu sous les murs du centre. Fumigènes, pétards, blocages de rue avec des banderoles et  pendant deux heures une quarantaine de personnes qui ont crié et fait du bruit, tapant sur les poteaux et tout ce qui résonne pour être entendues des prisonniers.

 

À lintérieur il y a bien sûr eu une répression sévère, et ce soir deux retenus sont à lhôpital et un troisième réclame en vain dêtre soigné.

 

Suite aux dégâts causés dans lune des sections masculines, les retenus ont été transportés dans la section féminine, on ne sait pas si les femmes ont été libérées ou transférées dans une autre prison.

 

À Trapani, au centre didentification et dexpulsion «Serraino Vulpitta» les protestations ont commencé en début de semaine et ont également fait suite à lannonce de procédures dexpulsions massives pour les Algériens et les Tunisiens.

 

Les retenus ont tout dabord refusé de salimenter et les matons et autres sbires sont entrés dans les cages pour les obliger à manger, nhésitant pas pour cela à user de la matraque.

 

Cette nuit par contre, les prisonniers ont organisé une évasion massive. On ne sait pas encore combien de personnes ont réussi à se faire la belle, les autorités annonçant que tous les évadés ont été bloqués mais dautres sources parlant dune quarantaine de personnes qui auraient réussi. Ce qui est sûr cest quil y a eu des affrontements avec les flics et les gardiens et que la presse annonce que quatre personnes ont été arrêtées et sont accusées de violences contre les forces de lordre et de dégradations.

 

Pour finir, dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juillet, une embarcation transportant 236 personnes, pour la plupart érythréennes a réussi à accoster sur les côtes de Sicile. Quand les autorités sont intervenues, la majorité de ces personnes avaient disparu dans la nature. Dimanche et lundi une cinquantaine de personnes ont été retrouvées, en majorité des femmes et des enfants qui étaient dans un grand état de faiblesse suite au voyage. Elles ont été placées dans un centre de premier accueil, à Trapani,  et ont  pu déposer une demande dasile en Italie. Ces réfugiés ont raconté être restés longtemps en Lybie avant davoir pu tenter la traversée.

 

À eux tous, celles et ceux qui ont été retrouvés, et aux autres qui sont dans la nature, comme à celles et ceux qui se battent et sévadent à Turin, Trapani et ailleurs, bienvenue parmi nous et bonne chance.

 

Traduction libre inspirée de Macerie et de Fortress Europe
Liste Migreurop, 15 juillet 2010.

 


Commenter cet article