Massacre à huis clos en Tunisie : Plus de 50 tués dans la nuit samedi à dimanche

Publié le par la Rédaction

Massacres : plus de 50 morts à Kasserine Thala, Feriana, Regueb, Meknassi

 

De violents affrontements se sont poursuivis entre la nuit de samedi et ce dimanche matin ayant entrainé plus de 50 morts dans les villes de Thala (16), Kasserine (22), Meknassi (2), Feriana (1) et Reguab (8). Les forces spéciales et des milices parallèles (escadrons de la mort) ont utilisé des balles réelles pour venir à bout des manifestations qui ont duré jusqu’à l’aube de la matinée d’aujourd’hui. Des témoins sur place ont qualifié ce qui s’est passé de «massacre des civils». Les forces spéciales ont tiré sur les cortèges funèbres et empêché les cérémonies d'ensevelissements.

 

Kalima a appris que la police a tiré à balles réelles sur le cortège funèbre d’un manifestant tué par balles, obligeant à l’abandon du cercueil de ce dernier sur la route menant au cimetière. Des sources ont déclaré que le nombre de morts définitif n’a pas pu être déterminé. Néanmoins vingt deux personnes auraient été tuées par les forces de l'ordre durant les affrontements d’hier à Kasserine. À la cité Ennour dans la ville de Kasserine, cinq manifestants ont été tués. Il s’agit de Raouf Bouzidi, Salah al Fridhi, Mounir Mbarki, Mohammed Lassoudi et Abdelkader Boulaabi. Dans la cité Ezouhour, trois personnes sont mortes. L’identité de seulement l’un d’entre eux a été révélée, il s’agit de Salah El Boughanmi.

 

16 personnes au moins ont été tuées et plusieurs autres grièvement blessées par balles dans des affrontements entre manifestants et forces de sécurité à Thala. Il s’agit de Marwan Jomli, Ahmed Boulaabi, Nouri Boulaabi, Marwane Mbarek, Nouri Boulaabi, Marawne Anemri, Ghassane Ben Taib Cheniti, Mohamed Omri, et un vielliard âgé de 90 ans, de nom de Bechir El Mbarki asphyxié par les gaz lacrymogènes.

 

Les mêmes sources ont fait état de trois cadavres jetés dans l’oued proche de l’hôpital régional de Kasserine.

 

Dans la ville de Feriana, des sources ont fait état d’un bilan provisoire de plusieurs blessés et de la mort d’un jeune de 13 ans dont l’identité n’a pas été encore révélée ; une vingtaine de personnes grièvement blessées ont été transférées vers l’hôpital Habib Bourguiba de Sfax et vers celui de Kasserine.

 

Dans la ville de Meknassi, les affrontements qui se sont poursuivis ont fait deux morts, Chihab Alibi et Youcef Fitouri, et sept blessées graves ont été transférés vers l’hôpital de Gafsa.

 

À Reguab (au centre, 90 km de Sfax), des affrontements ont fait plus de 8 morts et 7 blessés graves dans la nuit du samedi à dimanche.

 

Par ailleurs, le consulat de Tunisie à Pantin, a connu, le dimanche 9 janvier, un explosif qui a causé des dégâts légers sur le portail. Suite à cet incident, l’ambassadeur de Tunisie, Raouf Najar, a déclaré que l’ambassade était victime d’un attentat terroriste qui serait dû à l’amplification des événements de protestation sociale qui secouent le pays.

 

Radio Kalima, 9 janvier 2011.


 

Dans la région de Kasserine, la nuit dernière, ce sont au moins vingt personnes (dont Marwan Jemni, Mohamed Amri, Nouri Boulaabi, Ammar Boulaabi, Ahmed Boulaabi, Heddaoui Chniti, Mounir Mbarki, Salah Lifridhi, Mohamed Assouadi, Raouf Bouzidi) qui ont été massacrées (voir ici et ici). Des snipers armés de Steyr AUG (portée : 300-500 m) ont été déployés et l’on signale également des tirs à Selyana, Jebeniana, Regueb (au moins une femme tuée), Talah (au moins un homme tué).


Soutien aux camarades qui se battent sur le front

du centre-ouest et du nord-ouest tunisien !

 

Dimanche 9 janvier, 15 heures.

 

 

 

Mohamed Amin Mbarky, tué à Kasserine

 

 

 

À l’hôpital de Kasserine

 

 

Une victime mortellement blessée à la tête cette nuit à Thala

 

Balles de 5.56 mm utilisées par l’armée à Talah

 

Marwen Jemali

 

Une des victimes de la nuit à Talah

 

 

Le lacrymogène PLMP 7B utilisé à Maknassy 

(made in France)

 

Une des victimes de Thala

 

 

 

 

 

Témoignage poignant d’un habitant de Thala, en Tunisie

 

Témoignage enregistré aujourd’hui, 9 janvier, d’un habitant de Thala, pas très loin de Sidi Bouzid. Ci-après trans­crip­tion et mise en forme des propos enre­gis­trés.

 

Ce que j’ai vu ça res­sem­ble à Stalingrad ; les incen­dies sont par­tout, les rues jon­chées de pier­res ; les mai­sons endeuillées avec leurs cris de dou­leur ; les portes des bou­ti­ques éventrées non pas par les jeunes révol­tés mais par la police qui défonce les portes et met le feu aux bou­ti­ques, comme cela a pu être filmé la semaine der­nière à Thala même.

 

On compte 7 morts trans­por­tés à l’Hôpital ; mais ce matin on a repê­ché 4 cada­vres de la rivière proche de l’Hôpital ; hier on en a repê­ché deux ; [le témoin semble signi­fier que ces cada­vres vien­nent de l’Hôpital].

 

Lors des affron­te­ments, les bles­sés ont été traî­nés par terre par la police anti-émeutes (Brigade d’Ordre Public, B.O.P.) en leur disant : «Meurs ! comme ça on ne te soi­gnera pas !»

 

L’armée s’est conten­tée de défen­dre le siège de la Sous-Préfecture et des Impôts et n’est pas inter­ve­nue dans la répres­sion.

 

Seuls les bâti­ments de la Mairie et du siège du parti au pou­voir ont été incen­diés. Toutes les caté­go­ries de la popu­la­tion ont été tou­chées [par ce mas­sa­cre] ; elles sont sans secours et ne peu­vent se défen­dre face à des forces armées [qui conti­nuent à les mena­cer].

 

Rebellyon, 10 janvier.

 

 

Tunisie - affrontement jusqu a la date du 09/01/2011

 

Combiens de morts nous en faut il pour que tout le monde sorte dans la rue ? combien de morts nous en faut il pour que ces gouvernements occidentaux hypocrites prennent position contre ce qui se passe en tunisie ? c est vrai que ca les arrangent qu on soit ligotes pour des raisons diverses mais reste toujours cette obsession qu ils ne cachent pas pour la defense de la democratie et les libertes dans le monde.. nous au moins tunisiens aujourd hui on sait tres bien ce que cela veut dire..defendre les droits minimaux d une population..

 

notre resistance continuera, on compte aujourd hui 20 morts au moins (avec des noms et des ages ) , ceux ci sont morts par des tirs a balles reelles souvent a la tete ou a la poitrine.. le but est desormais clair.. j ai pas compte les cas de comas, les cas des disparus par la guestapo des mauves et les cas de suicides..

 

hier et aujourd hui des gens de kasserine ont recupere des corps (au moins 6), morts par balles, depuis la riviere qui passe derriere l hopital de la ville.. ces morts ne figure pas dans les listes officielles de l etat..

 

aujourd hui la communaute internationale nous a prouve sa participation, meme passive, a la repression du peuple tunisien..

 

les infos ne s arretent pas a longueur de la journee et surtout le soir sur facebook..on se parle on s echange les video et on s apprete a la journee suivante.. je vous donne juste une derniere info, elle se rapporte sur les milices du partie au pouvoir qui ont eu l ordre d attaquer des gens, de commettre des crimes pour justifier les balles reeles contre les manifestants.. on est non pas uniquement face a un regime faciste mais aussi mafieu, on est pas a l abris

 

aujourd hui (et vous avez biensur les moyens de verifier), ben ali a licencie le chef de l etat major rachid ammar ne serait ce que parce qu il a refuse de donner l ordre de tir sur les manifestants, juste a rappeler qu il gouverne l armee de terre et que ceux qui tirent sont plutot des agens de la garde natinale, personne n est a l abris..

 

y a toujours de bonnes nouvelles, les revoltes continuent ce soir et eclatent sur de nouvelles regions et on s attends a ce que demain ca eclate dans le centre ville de tunis..

 

on a pas l habitude de voir des morts par balles en tunisie, et les gens sont extremement en colere et ne veulent plus rien entendre que le depart de ce faciste..coute que coute.. il pourra pas tuer 12 millions d habitants..

 

Indymedia Paris, 10 janvier.

 

 

Tunisie : 20 morts dans le centre, selon un dirigeant de l'opposition

 

Un dirigeant de l'opposition a fait état dimanche d'au moins 20 personnes tuées par balles à Thala et Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie, et a appelé le président Zine El Abidine Ben Ali à «faire cesser le feu».

 

«Les informations qui nous proviennent de Kasserine et Thala font état d'au moins vingt morts tombés sous les balles depuis samedi dans des affrontements qui se poursuivaient ce matin même», a déclaré à l'AFP Ahmed Nejib Chebbi, chef historique du Parti démocratique progressiste (PDP, opposition légale).

 

«On a tiré sur les cortèges funèbres», a-t-il affirmé, expliquant tenir ses informations des relais de son parti dans les deux villes.

 

Affirmant vouloir attirer l'attention du chef de l'État sur «la gravité de la situation», M. Chebbi l'a appelé à «faire cesser le feu immédiatement».

 

«J'adresse un appel urgent au président de la République pour lui demander de faire cesser le feu immédiatement afin d'épargner la vie des citoyens innocents et de respecter leur droit à manifester», a-t-il déclaré.

 

Selon des témoignages concordants recoupés par l'AFP, au moins quatre personnes ont été tuées dimanche et plusieurs blessées par balles à Kasserine, à 290 km au sud de Tunis. Ces sources avaient affirmé que le bilan devrait s'alourdir dans les heures à venir en raison d'un «grand nombre de blessés graves».

 

Sur les quatre tués dans des affrontements avec la police, trois ont été tués par balles et identifiés. Il s'agit de Raouf Bouzid, Mohamed Amine Mbarki et Rabah Nasri, a indiqué Sadok Mahmoudi, membre du bureau exécutif du syndicat régional de Kasserine. Ce syndicaliste a fait état d'un quatrième tué sans précision d'identité.

 

Samedi soir, des affrontements à Thala, localité situé à 50 km de Kasserine, avaient fait au moins quatre morts et six blessés graves, selon des sources syndicales.

 

Le gouvernement a fait état dimanche de deux morts samedi à Thala affirmant que la police avait été attaquée par des individus avant d'ouvrir le feu dans un acte de «légitime défense».

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 9 janvier.

 

 

Tunisie : deux à cinq morts dans les affrontements à Thala

 

De violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité tunisiennes ont fait au moins deux morts et huit blessés parmi les protestataires samedi soir à Thala, dans l'ouest du pays, selon un bilan communiqué dimanche par le ministère tunisien de l'Intérieur. Un syndicaliste a de son côté fait état d'au moins cinq personnes tuées par balles dans la commune, tandis que des violences étaient rapportées de sources syndicales dans deux autres villes, Kasserine et Regueb.

 

Le ministère de l'Intérieur ajoute dans un communiqué que les heurts à Thala, ville située à 240km à l'ouest de Tunis, dans la région de Kasserine frontalière de l'Algérie, ont également fait de nombreux blessés dans les rangs des forces de l'ordre, dont trois qui se trouvent dans un état grave. Les heurts ont fait deux morts et huit blessés parmi ce qu'il considère comme des «assaillants», selon le ministère.

 

Un syndicaliste enseignant sur place a déclaré pour sa part à l'Associated Press que cinq personnes avaient été tuées par balles dans les accrochages.

 

Selon Belgacem Saïhi, les victimes se nommaient Marouane Jomni, 20 ans, Mohamed Omri, 17 ans, Ahmed Boulâbi, 30 ans, et Nouri Boulâbi, 30 ans. D'après lui, ce dernier a été mortellement atteint lorsqu'il transportait avec d'autres personnes le corps inerte de son proche. La cinquième victime est un jeune de 17 ans, Ghassan Chéniti, qui a succombé à ses blessures à l'hôpital régional de Kasserine.

 

Des unités de l'armée se sont déployées dans la nuit et ont pris position autour des bâtiments publics et des banques, selon la même source syndicale.

 

Un communiqué du ministère de l'Intérieur diffusé par l'agence gouvernementale TAP attribue les «actes de violence et de troubles» à «des groupes d'individus qui ont attaqué à l'aide de cocktails molotov et de pierres, une station d'essence, le siège local de l'administration de l'équipement, de l'habitat et de l'aménagement du territoire et un poste de police».

 

«Ils se sont dirigés par la suite au siège de la délégation (sous-préfecture) qui était sous la protection des forces de ordre, procédant à son encerclement et l'ont attaqué au moyen de bouteilles incendiaires, de pierres et de bâtons», relate le communiqué des autorités.

 

Après de «vains» tirs de sommation, les forces de l'ordre ont été «contraintes d'utiliser les armes, en position de légitime défense», ajoute la même source.

 

Un responsable gouvernemental qui a requis l'anonymat a avancé lors d'un entretien avec l'AP, qu'il s'agit de «groupes de semeurs de troubles qui agissent dans la nuit pour s'attaquer à des bâtiments publics». Déplorant ces «incidents regrettables», il a justifié la réaction des forces de l'ordre pour «protéger les personnes et les biens».

 

Les accrochages ont repris dimanche à Thala, la police usant de bombes lacrymogènes pour disperser la foule, selon le syndicaliste qui a dit avoir entendu des coups de feu et des sirènes d'ambulances.

 

À Kasserine, chef-lieu de la région, on signalait de source syndicale au moins trois morts par balles et de nombreux blessés grièvement atteints dans la commune lors d'affrontements dans la nuit de samedi à dimanche entre forces de l'ordre et manifestants. Ces derniers auraient attaqué des bâtiments publics et des locaux du parti au pouvoir et mis le feu à des voitures et à des pneumatiques dans plusieurs quartiers.

 

Selon le syndicaliste Amor Mhamdi, les accrochages se poursuivaient dimanche matin dans cette ville proche de la frontière algérienne où l'armée a aussi été déployée.

 

Des affrontements violents ont également eu lieu dimanche dans la localité de Regueb, située à environ 40km de Sidi Bouzid d'où sont partis les troubles sociaux la mi-décembre sur fond de chômage et de précarité des conditions de vie, selon un syndicaliste.

 

La police a ouvert le feu sur les manifestants, tuant trois personnes, Raouf Kaddoussi, 32 ans, Mohamed Jaballi, 23 ans, et une fille Manel Bent Brahim Layouni, âgée d'une vingtaine d'années, la première femme victime des troubles depuis le déclenchement du mouvement de protestation sociale en Tunisie, a rapporté le syndicaliste Kamel Laâbidi, joint au téléphone par l'Associated Press. Ce bilan a été confirmé par un témoin oculaire, Khéreddine Zini, un chômeur ayant un diplôme de maîtrise présent sur les lieux. Tous deux ont recensé plus de 10 blessés graves transférés dans des hôpitaux de régions limitrophes.

 

«Une grande foule est descendue dans les rues, hommes et femmes jeunes et vieux. Des commerces on été incendiés, des motos et des pneumatiques sont en feu», a décrit le syndicaliste qui suivait sur place les événements.

 

Leur presse (AP), 9 janvier.

 

 

Publié dans Internationalisme

Commenter cet article

Anarchia 10/01/2011 12:39



Solidarité internationale au peuple Tunisien qui lutte pour sa liberté et sa dignitée.


                    Anarchistes du sud


 


La triste réalitée de la répression,ci joint une vidéo(a faire circuler) mortes et blessés a l'hopital de Thala.


http://24sur24.posterous.com/sidibouzid-des-mots-et-blesses-dans-un-hopita


 



Hammadi 09/01/2011 23:15



Merci de dévoiler, par un moyen ou un autre, la main cachée de Sarkozy via son dictateur dans les crimes commis contre un peuple sans armes dans des petites bourgades faibles en Tunsie ( Théla,
pleure ses enfants ce soir,  est une petite ville en montagne, oubliée par le régime depuis des décennies ).


La question que pose actuellment le peuple tunsien est : "Sarkozy veut combien de morts pour le prix de la liberté de ce peuple  ? "


http://tnkhanouff.hautetfort.com/archive/2011/01/09/combien-de-morts-il-vous-faudrait-messieurs-les-donneurs-de.html


A bas Sarkozy, vive le peuple français victime de Sarkozy comme il l'est le peuple tunisien aujourd'hui


Un tunisien à Paris