Marseille : Le doux parfum de la grève générale

Publié le par la Rédaction

Ça branle dans le manche ?

 

Pendant que Nabot 1er montre ses dents, dans la rue ça se durcit. Le vote du projet de loi sur les retraites va être reporté. Mais on s’en fout. On commence à lire sur les trognes cet air hilare des rares moments où la normalité est bousculée, et où on commence à croire qu’on pourrait si on voulait…

 

 

Youhou, cette nuit, occupation/blocage nocturne d’un dépot de carburant de l’OTAN quelque part dans les collines vers Port de Bouc. Une fois les salariés du dépot maîtrisés à coup de café chaud et de croissants, cégétistes des secteurs pétroliers, enseignants, précaires se sont rencontrés et ont trouvé ça gai et chouette. En rentrant au petit matin, on s’est arrêtés au port maritime dire bonjour aux cousins en chasubles jaunes qui faisaient brûler des palettes. Je monte boire un café à la casa, en redescendant, je tombe direct sur S. sur son vélo. Il s’arrête avec un sourire immense et me dit qu’on vit des moments sympathiques. «Y’a plus d’essence, et plus de train. Ça va me niquer mes vacances mais c’est mieux que de se faire niquer de deux ans de turbin en plus, non ?»

 

 

 

 

Une rue plus loin, je croise F. qui me dit que les tunnels sont bloqués, et aussi le dépôt de bus de saintPierre, qu’il a appelé son patron pour dire qu’il irait pas bosser, vais pas y aller à pied quand même. Il a la main sur l’épaule de sa chérie qui a les yeux qui pétillent, et le même sourire rigolard que lui.

 

Je remonte vers la Plaine, me retrouve derrière un gars qui tient la main de sa petite fille à gauche, un grand drapeau noir avec marqué «grève générale» dessus à droite. On papote. On va à l’AG des éducs qu’il me dit, ma fille a pas école alors je l’emmène, ça sera sympa.

 

Sur les trottoirs les poubelles dégueulent, pas ramassées depuis 15 jours. Des gens les ont fait crâmer cette nuit. Ça pue, man, mais pas tant que les sales gueules du Nain et de son Fion premier qu’on peut plus voir.

 

Hey people, si au lieu de manifester du Vieux Port à Castellane, on s’asseyait sur les trottoirs de la Canebière, on bloque tout, avec un coup à boire, un p’tit feu quand le soir tombe, et puis on attend là à inventer des trucs jusqu’à ce qu’ils se cassent tous ?

 

Allez, encore un effort, par exemple :

 

Ce soir mercredi :

— 18H au local CNT (12 rue de l’Évêché - 13002), AG de lutte CNT 13 & sympathisant-e-s (Flyer en PJ). 
— Rdv à 2h45 devant la fac saintCharles ou à 3h30 à la Maison des syndicats de Martigues pour une action de soutien à la grève dans le secteur (2e rdv à 5h).

 

JEUDI :

— AIX : 9h Rassemblement Éduc devant le Rectorat puis 10h rdv interpro à la Rotonde. 
— GARDANNE : 9h30 Rassemblement Éduc devant le lycée Fourcade puis 10h rdv interpro devant la mairie. 
— MARSEILLE : 9h30 Rassemblement Éduc devant l’IA puis 10h30 convergence interpro sur le Vieux-Port. Pique nique de grève.

 

On verra ensuite.

 

Primitivi, 20 octobre 2010.

 

 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article