Manifs lycéennes à la Réunion - 26 octobre

Publié le par la Rédaction

Réforme des retraites : Les lycéens plus que jamais mobilisés

 

Ce mardi 26 octobre 2010, plusieurs milliers de jeunes sont descendus dans la rue, à l’appel des syndicats lycéens et étudiants. Tandis que le Parlement procède au vote de la réforme des retraites, la contestation sociale s’amplifie en métropole et à la Réunion. Ce matin, les élèves de plusieurs établissements du secondaire ont battu le pavé afin de faire entendre leurs voix. Dans le sud de l’île, ce sont les lycéens de Bois d’Olive, de Saint-Louis et du Tampon qui se sont mobilisés contre la réforme des retraites.

 

 

À la veille de la concrétisation du projet de réforme des retraites, la mobilisation lycéenne et estudiantine reste forte à la Réunion.

 

À Saint Pierre, une centaine d’élèves scolarisés au lycée de Bois d’Olive ont défilé dans les rues. Le Rectorat qui a enregistré d’importantes perturbations dans les établissements du secondaire tablait aujourd’hui sur près de 600 absences, en cumulant les grévistes du lycée Antoine Roussin et du lycée Professionnel Roches Maigres.

 

Au Tampon, les élèves du lycée Roland Garros et ceux de Bois Joly Potier se sont unis avant de converger vers l’université où les attendaient les étudiants eux-aussi contre la réforme. Au nombre de 400, les lycéens tamponnais ont protesté toute la matinée de mardi contre le projet phare du gouvernement Sarkozy. Ils entendent poursuivre leurs actions tout au long de cette semaine, avec la conviction que la rue réussira à faire plier la majorité.

 

 

Outre quelques feux de poubelles déclenchés sur la route, les automobilistes ont dû composer avec la présence de détritus sur les voies. À Saint-Louis, quelques lycéens se sont même allongés sur le rond point menant au centre-ville. La circulation perturbée a été rétablie quelques instants après, avec l’intervention des gendarmes.

 

Comme dans le nord, les jeunes qui ont défilé ce mardi à Saint-Pierre, au Tampon et à Saint-Louis se sont réunis pour décider de la suite à donner à leur mouvement. Les différentes assemblées générales qui se sont tenues ce jour ont notamment conduit à la formation d’un collectif st-louisien inter-lycées, regroupant les établissements Antoine Roussin, Roches Maigres et Victor Schoelcher.

 

Concernant les différents débordements enregistrés lors de cette nouvelle journée de manifestation lycéenne, les syndicats ont tenu à rappeler la nécessité de s’exprimer de façon pacifique, «dans le respect des mobiliers urbains et des personnes».

 

Dans le Nord, l’Ouest et l’Est, les lycéens ont répondu massivement à l’appel à la mobilisation. Une délégation a été reçue en milieu de journée par Huguette Vidot, vice-présidente chargée de l’éducation mais cet échange n’a pas satisfait les lycéens qui entendent durcir le mouvement. 

 

Leur presse (Linfo.re), 26 octobre 2010.

 

 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article