Manif lycéenne à Châlon - 2 novembre

Publié le par la Rédaction

Contre les retraites : Les lycéens maintiennent la mobilisation 

 

Ce mardi après midi, place de Beaune, à l'initiative du collectif «La retraite une affaire de jeunes», un rassemblement festif s'est déroulé dans le calme.

 

 

«Nous souhaitons maintenir la pression malgré le vote de la loi et malgré la fin des vacances» confie Clémence Gay. Cette lycéenne de Pontus n'a pas ménagé ces effforts, notamment durant ce dernier week end, distribution de tracts, collage d'affiches sans oublier les coups de téléphone pour organiser ce regroupement.

 

«Opposée à la réforme», elle exprime de sérieuses inquiétudes sur la loi. Un constat que partage ses camarades, Marjorie Martin qui reconnaît que «les problèmes du chômage demeureront», cette lycéenne de Hilaire de Chardonnet tout comme Marie Bernard, du même établissement scolaire relèvent «que les seniors occuperont de plus en plus longtemps un emploi… au détriment des jeunes»…

 

SYNDICAT LYCÉEN… UN CERTAIN ENGOUEMENT

 

La toute jeune section chalonnaise de l'Union Nationale des lycéens se renforce. Quasi isolées jusqu'à ces derniers jours, Clotilde Hoppe et Marie Rouaud, reconnaissent que «le syndicalisme lycéen va se développer, s'étoffer et surtout se renforcer»… «Nous ne sommes plus seules, lors des manifs, nos camarades nous interpellent, s'informent et certains adhérent»… Clotilde a participé en qualité de représentante de l'UNL ce mardi à une table ronde aux côtés d'élues, notamment de Nathalie Vermorel De Almeida, conseillère régionale, de Nisrine Zaïbi, vice présidente du Conseil régional ou encore aux côtés de Marc Vessillier, conseiller d'éducation et élu municipal à Tournus.

 

Une table ronde qui s'est déroulée après le concert du groupe «Zone rouge». «N'oubliez pas d'aller vous faire inscrire sur les listes éléctorales, c'est un prolongement naturel de votre engagement» invita Mme Nathalie Vermorel-De Almeida. Alors que sa collègue socialiste, Nisrine Zaïbi relevait «les problèmes de la jeunesse sont ceux de toute la société, nous élues veillont à les faire connaître, là ou nous siégeont»…

 

SOUS LE REGARD DES AÎNÉS

 

Participant au mouvement, Aurélien Jacques, il n'a pas encore trente ans… mais possède un solide bagage militant. Fonctionnaire territorial, il est aussi responsable des jeunes au sein du secretariat fédéral du Parti Communiste Français. Ce fils de militant communiste, semble bien rodé. Il confie «Nous sommes là pour apporter une aide logistique aux lycéens pour le tirage des tracts, pour que le mouvement des lycéens puisse se structurer, s'organiser et poursuivre au delà des vacances son expression».

 

Fabien ne s'est donc pas contenté d'observer le mouvement mais comme d'autres militants communistes, il a soutenu, plutôt très activement, en relayant auprès de ses camarades les difficultés de la jeunesse confrontée à «beaucoup d'incertitudes», auprès des jeunes en effectuant des recommandations propres à l'organisation des manifestations.

 

UN CORTÈGE EN VILLE

 

À l'issue du forum-débat qui a eu lieu place de Beaune, peu après 16 heures, un cortège a défilé en ville. Près de quatre vingt participants ont à nouveau dénoncé la réforme de l'actuel système des retraites et ont invité les Chalonnais à les retrouver dès jeudi après midi, devant le Parc des expositions, lors du forum du Medef 71 ou encore en participant à la manifestation prévue pour samedi matin. Des délégations de la CGT, du Parti Communiste et de Sud étaient présentes dans le cortège qui a défilé sereinement sous surveillance policière. 

 

Leur presse (Daniel Deriot,
Vivre à Châlon), 2 novembre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article