Lycées : Échauffourées à Enghien – 15 octobre 2010

Publié le par la Rédaction

Nouveaux incidents en marge du blocus du lycée d’Enghien

 

Les lycéens du Val-d’Oise ne relâchent pas la pression contre la réforme des retraites. Des blocus ont été organisés ce vendredi notamment à Enghien, Garges ou encore Argenteuil. De nouveaux incidents sont à déplorer en marge de ces manifestations notamment devant le lycée Gustave Monod à Enghien-les-Bains (vidéo) où les forces de l’ordre ont procédé à 34 interpellations. Sur place les lycéens parlent de casseurs venus en découdre avec les forces de police.

 

 

 

Le maire UMP de Saint-Gratien, dont la ville jouxte le lycée d’Enghien, appelle au calme (voir l’interview). Jacqueline Eustache-Brinio demande aux syndicats et responsables politiques de ne pas encourager les lycéens à descendre dans la rue contre la réforme des retraites.

 

Sur l’ensemble du département, la préfecture dénombre 63 interpellations qui se sont soldées par 38 gardes à vue. 

 

Leur presse (vonews.fr), 15 octobre 2010. 

 

 

Blocus du lycée Gustave Monod à Enghiens-Les-Bains a mal tourné

 

Le jeudi 15 octobre 2010 le blocus du lycée Gustave Monod a dégénéré. Ce qui devait être une manifestation pacifique est devenue un affrontement entre les forces de l’ordre et les casseurs.

 

À 8h30, un blocus du lycée s’est mis en place et se déroule sans trop de débordements. C’est vers 11h30 avec l’arrivée de nombreux casseurs que la manifestation est devenue un affrontement entre les lycéens mêlés aux casseurs et les forces de l’ordre, au point que celles-ci ont décidé de placer un cordon de sécurité autour du lycée. Durant l’affrontement les lycéens étant mélangés aux casseurs, les CRS ont tiré des flash-balls dans la masse au point qu’un élève a été blessé aux genoux. Et c’est pendant ces affrontements que des lycéens se sont fait racketter pendant que d’autres essuyaient les tirs de flash-ball. Ne disposant pas d’informations supplémentaires, je ne peux pas vous informer sur la situation du lycée.

 

Leur presse (you.leparisien.fr), 15 octobre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article