[Loppsi] Témoignage de fin de manif à Bordeaux : affrontements avec les flics - 15 décembre

Publié le par la Rédaction

Témoignage de fin de manif à Bordeaux : affrontements avec les flics

 

C’est presque par hasard que l’on tombe ce soir sur la fin de la manif anti-Loppsi ; en revenant d’une activité de réappropriation de l’espace urbain qui nous avait semblé plus ludique qu’une manif.

 

Sur le cours Victor Hugo, on s’intègre au cortège sauvage, bruyant et sympathique que SUD, la CNT et d’autres avaient préalablement déserté en laissant seule une grosse centaine de personnes encore motivées et un brin éméchées. Un peu plus loin on bloque l’arrêt de tram du Musée d’Aquitaine. Cela ne suffit pas à quelques unEs qui s’empressent de bloquer également la circulation du carrefour Pasteur/Victor-Hugo/Cursol. Les flics les bousculent pour dégager la route, mais les manifestantEs ne se laissent pas faire. Commencent alors des affrontements au corps à corps, poings contre matraques. Le flashball détonne deux ou trois fois. Presqu’à bout portant. Une fille à terre se fait porter à l’abri à l’arrière. Une hampe de drapeau est judicieusement utilisée comme javelot sur un baqueux. Des bouteilles en verre et des piles fusent sur les porcs. Ils sont un peu surpris d’une telle offensive, et un peu désorganisés apparemment. La gazeuse fait reculer tout le monde, le temps que les robocops se préparent et se mettent en ligne. Au moins une arrestation a eu lieu, peut-être plus. CertainEs foncent toutEs seulEs sur les flics pour récupérer leurs potes. D’autres arrestations ont peut-être suivi. Tout cela se passe sous les regards hagards des passagerEs du tramway bloqué. On dirait des poissons rouges dans leur bocal high-tech. On se replie sur la place de l’hôtel de ville. Nouveau face-à-face tendu. On rejoint la rue sainte-Catherine par la rue du Loup. Tentative de barricades avec des cartons, poubelles et barrières qui trainent là. Mais ce n’est pas bien solide. On file par la rue de la Merci jusqu’à la place Camille Julian. Nous voyant courir et crier, des personnes qui attendent leur séance citoyenne de cinéma Utopia demandent ce qu’il se passe : «les flics font la guerre aux pauvres». Puis la tension baisse, et le rassemblement se délite rapidement tandis que les robocops prennent position sur une place quasiment vide.

 

Il y aurait un rassemblement demain, jeudi 16 décembre, à 15h à l’hôtel de ville.

 

Jeudi 16 décembre 2010.

 

 

Bordeaux : 300 manifestants anti-Loppsi 2 et 4 interpellations

 

Le rassemblement contre la loi Loppsi 2 réunissant 300 personnes mercredi soir s'est terminé par un affrontement avec les forces de l'ordre qui ont dû faire usage de gaz lacrymogène pour disperser quelque 80 manifestants particulièrement hostiles. Le collectif d'associations avait pourtant appelé au calme avant de défiler depuis la place Pey-Berland jusqu'à la Victoire.

 

Mais, dans le cortège, quelques énergumènes ont cru bon prendre à partie les forces de police qui encadraient la manifestation. Quatre personnes ayant proféré des insultes, craché sur les policiers et porté des coups à des fonctionnaires ont été interpellées et placées en garde à vue au commissariat central.

 

Leur presse (Sud-Ouest), 17 décembre.

 


Commenter cet article

C.L.A.P33 17/12/2010 18:03



Quelques précisions.


La manif n'était organisée ni par sud ni par la cnt.


Les organisateurs n'ont pas déserté pour laisser la cinquantaine de manifestants mais après avoir appelé à la fin du rassemblement se sont rendus à l'assemblée popuaire qu'ils organisaient.


Vers 23h, cependant et avertis d'éventuelles arrestations, certains se sont rendus au commissariat central de Mériadeck


Impossible d'y rentrer. On nous a fait état de 3 personnes arrêtées qui devaient être relâchées au matin.


Confirmation de l'usage de flashball.


Nous ne savons pas si ces personnes ont été relâchées.


Solidairement,


Myriam pour le C.L.A.P33


Et pour info :






un-e clown 17/12/2010 11:30



rassemblement à 14h samedi 18 place Pey Berlan, (mairie), sans attendre la FA, la CGA, la CNT pour "réveiller la belle endormie".


juste une précision, la manif de mercredi soir n'était pas à l'appel de Sud et de la CNT, et une seconde précision, je ne suis ni à la CNT, ni à Sud mais j'étais à cette manif jusqu'à la première
consigne de dispersion  (avant les violences).


Question de philosophie post-rassemblement: l'alcoolisation collective est elle un objectif politique ?



Makhnor 16/12/2010 10:48



Mais que font la FA, la CGA, la CNT, Sud et autres? pourquoi ne sont ils pas avec nous? Nous sommes prets a aller dans la rue, a reveiller bordeaux l'endormie, bordeaux la soumise, bordeaux la
perdue! Nous sommes nombreux a ne plus l'accepter! rejoignons nous, révoltés, squatteurs, tactitiens et enragés! il me semble que les étudiants de nombreux pays nous montrent l'exemple!