Lille, 30 novembre : Procès pour un A cerclé et refus d'ADN

Publié le par la Rédaction

Le président de la fac de Lille 3 n’aime pas l’alphabet !

 

Un jour d’octobre, un camarade a tagué sur un mur amenant à Lille 3, une expression simple, non insultante envers quiconque, mais à caractère philosophique, à savoir la première de l’alphabet…

 

Manque de bol, les caméras de vidéo-surveillance lui ont mitraillé la tronche en gros plan et la plaque d’immatriculation de sa voiture ! Ne souhaitant pas en rester là, le dit Président a porté plainte, il ne doit pas être adepte de l’expression libre et murale. S’ensuit donc une convocation au cours de laquelle il reconnaît les faits ! Puis la police demande au pote convoqué de se faire tirer le portrait, poser ses doigts encrés sur un bout de papier et ouvrir grand la bouche pour y insérer un coton tige. La dernière demande est de trop, il refuse. Autre chose étonnante, au début il n’était question que d’une simple contravention de 5e classe. Mais transformé en délit et donc permettre le prélèvement ADN…

 

Il va donc comparaître le 30 novembre 2010 au TGI de Lille pour «délit de dégradation de biens d’utilité publique (tags)» qu’il reconnaît (300 euros d’amende sont demandés en timbres fiscaux) et pour «refus de se soumettre au prélèvement biologique destiné à l’identification de son empreinte génétique par personne soupçonnée de crime ou délit».

 

Indymedia Lille, 8 novembre 2010.

 


Commenter cet article