Liberté pour les prisonniers d'Action directe

Publié le par la Rédaction

Trois manifs pour Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan, et après ?

Le 20 février, des rassemblements et manifestations étaient organisés à Toulouse, à Bordeaux et à Fresnes pour demander la libération immédiate et sans conditions de Georges Cipriani et de Jean-Marc Rouillan. Le point avec Jérôme, l’un des militants des collectifs de soutien aux militants d’Action Directe emprisonnés.

Peux-tu nous dire comment se sont déroulées les trois actions de
samedi ? Qui appelait et d’où venaient les manifestant-e-s ?


Depuis plusieurs années, le 21 février, date de l’arrestation de Joëlle Aubron, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan, militants d’Action directe, est l’occasion de rassemblements de soutien pour exiger la libération des camarades. Ces rassemblements avaient lieu devant les prisons où étaient incarcérés les prisonniers (Bapaume pour Joëlle et Nathalie, Ensisheim pour Georges et Lannemezan pour Jean-Marc). Cette année Georges Cipriani a demandé qu’il n’y ait pas de manifestation à Ensisheim pour briser un effet répétitif. C’est pourquoi les rassemblements ont eu lieu à Fresnes devant le CNO (Centre National d’Observation) où était passé Georges Cipriani il y a quelques mois et où est actuellement Jean-Marc Rouillan, ainsi qu’à Toulouse et à Bordeaux. Ceux qui appelaient et qui sont venus manifester leur solidarité à Bordeaux, Fresnes et Toulouse sont essentiellement des soutiens présents depuis plusieurs années dans la mobilisation pour la libération des camarades. Difficile de citer sans en oublier tous les collectifs, groupes et soutiens qui continuent à se mobiliser (Collectif Libérez les prisonniers Bordeaux, collectifs région toulousaine et Montpellier, Libérez-Les, Solidarité et Liberté, Secours Rouge Belgique, Amis et camarades des prisonniers d’Action directe Francfort-Paris, Ne Laissons Pas Faire, libertaires, NPA, soutiens de longue date…).

On sait que Jean-Marc Rouillan est très malade. Pendant des
mois, entre les Baumettes et le centre de détention de Muret, des soins adaptés lui ont été arbitrairement refusés. Maintenant qu’il est à Fresnes, plus proche donc de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, est-il moins mal traité ?

Il n’est pas moins mal traité. Il ne reçoit aucun soin ! Depuis des mois que sa maladie a été détectée il n’a aucun traitement approprié. Il est possible que l’Administration pénitentiaire décide de profiter de sa présence à Paris pour l’hospitaliser à la Salpêtrière, hôpital où se trouve l’unique spécialiste en France du syndrome de Chester-Erdheim. Mais cette administration pénitentiaire a déjà montré maintes fois qu’elle ne renonçait à aucune violence pour tenter de briser les prisonniers. Lors de son départ des Baumettes, Jean-Marc s’attendait à être hospitalisé, selon la promesse d’un juge, et il s’est retrouvé à la prison de Muret, sans soins. Et rappelons que Joëlle Aubron a été menottée sur son lit d’hôpital et que seule une campagne de mobilisation a permis sa libération en suspension de peine pour raison médicale.

A-t-on une idée de ce qui se trame au Centre national
d’observation de Fresnes pour Jean-Marc ? Avec un peu d’optimisme, on se dit que cela pourrait n’être qu’une «formalité» avant la sortie, mais on sait aussi que le CNO peut avoir des réactions pour le moins déroutantes. On l’a vu notamment avec Georges Cipriani.

Le CNO, et la commission pluridisciplinaire qui émet l’avis sur la «dangerosité» des détenus condamnés à plus de quinze ans de prison demandant à sortir, sont des outils de la nouvelle répression en œuvre en France. «Nouvelle» en ce sens qu’elle s’ajoute à la répression existante et qu’elle l’amplifie. La rétention de sûreté est une arme étatique d’une violence extrême. Elle permet de garder à vie toute personne condamnée, si sa peine dépasse quinze ans de prison, en dehors de tout procès. En ce qui concerne les prisonniers d’Action directe, la commission a donné un avis défavorable pour Georges Cipriani, entre autres parce qu’«il n'a pas évolué dans ses idées sur la légitimité de la lutte contre le capitalisme». Pour Jean-Marc, aucun pronostic. Ce qu’on peut demander c’est que l’avis de la commission pluridisciplinaire ne traîne pas à être rendu. Il est obligatoire pour qu’une décision soit prise pour Jean-Marc. Pour Georges Cipriani, il a fallu plus de 200 jours pour que le rapport sorte.

Comment va Georges Cipriani ? Dans quelques jours, le 24 février, il devrait savoir s’il peut espérer mettre un pied dehors après vingt-trois ans de cabane non stop. Est-il confiant ?


Vu l’acharnement de l’État il ne faut jamais être confiant. Le dossier de Georges Cipriani est bon. Il répond à toutes les exigences demandées (travail, logement…). Le 30 avril 2009, sur un dossier similaire, le même juge qui doit donner son avis le 24 février, accordait la semi-liberté à Georges Cipriani. Si demain il refusait cette semi-liberté, il est clair qu’il aura reçu des instructions politiques pour ne pas libérer Georges. Mais même si la réponse est positive, il y aura sûrement appel du procureur et il nous faudra continuer à nous mobiliser. Par ailleurs depuis quelques années la «justice» fait traîner l’examen des camarades. Il n’est pas impossible que la date du 24 février ne soit pas respectée.

Une centaine de personnes manifestaient à Fresnes, dont des gens venus de Belgique et d’Allemagne. Des détenus ont répondu à vos slogans en tapant sur des casseroles. Il y avait plus d’une centaine de manifestant-e-s à Toulouse, dont la mère de Jean-Marc Rouillan, et la présence de militant-e-s libertaires, PC, NPA, LO, CGT… Des rues ont été rebaptisées avec les noms des prisonniers. Une délégation a été reçue à la préfecture pendant une heure… C’est assez dynamique dans l’ensemble. D’autres initiatives se préparent ?


L’année 2010 est une année de mobilisation pour la libération des prisonniers d’Action directe. De nombreuses initiatives s’organisent à travers la France (Angers, Bordeaux, Clermont, Dijon, Grenoble, Paris, Saint-Étienne, Strasbourg, Toulouse, Tours, Saint-Denis, Le Havre). Les sites et blogs d’informations donnent le détail de ces initiatives. Il y aura notamment plusieurs projections du film Joëlle Aubron – Retour sur mon parcours militant. Pour beaucoup d’entre nous, Joëlle est toujours au cœur de notre mobilisation, elle qui jusqu’au bout s’est battue pour la libération des militants d’Action directe et pour la libération de Georges Abdallah, lui aussi prisonnier politique enfermé depuis 26 ans. C’est pourquoi une partie de la campagne s’appuie sur du matériel en lien avec Joëlle (film de témoignage, cartes postales réalisées à partir des collages de Joëlle, une des affiches de la campagne 2010).

Il est toujours possible de signer la pétition pour la libération de Georges Cipriani et de Jean-Marc Rouillan en envoyant tout simplement un mail en indiquant votre nom, vos qualités et votre ville.
Pour noter les initiatives en cours, consultez l’agenda sur ce site de soutien.

Paco - Le Post, 22 février 2010.


Adresses des prisonniers
Georges Cipriani
5250 / 2108
MC Ensisheim
49 rue de la 1ère Armée, 68190 Ensisheim

Jean-Marc Rouillan
# 947 912
Maison d’arrêt – CNO 404
Allée des Thuyas, 94261 Fresnes Cedex




Fresnes 2010 - Libération des militants d’Action Directe – Libérez Cipriani, Libérez Rouillan !

Ce samedi 20 février avaient lieu à Bordeaux, Fresnes et Toulouse des rassemblements pour exiger la libération des camarades d’Action Directe toujours emprisonnés.

À Fresnes une centaine de personnes, venues d’Allemagne, de Belgique, du Nord de la France, de Clermont-Ferrand, de Béziers, de Périgueux, de Paris, de la région parisienne et d’ailleurs, se sont rassemblées devant la prison où est enfermé Jean-Marc Rouillan. Étaient représentés les collectifs Libérez-Les, Solidarité et Liberté, Secours Rouge Belgique, Amis et camarades des prisonniers d’Action directe Francfort-Paris, NLPF, NPA, des militants libertaires, des soutiens de longues dates et tant de camarades venus exprimer leur solidarité.

Le rassemblement est parti en cortège autour de la prison pour derrière être à la hauteur des fenêtres des prisonniers. Les slogans «Libération des militants d’Action directe !», «23 ans de prison, 23 ans de résistance ! Halte au chantage au reniement. Libération sans condition !», «Libérez Rouillan, Libérez Cipriani !», «Et mur par mur, et pierre par pierre nous détruirons toutes les prisons !» ont pu être entendus par les taulards qui en retour ont crié leur révolte.

La campagne pour la libération des militants d’Action Directe continue avec de nombreux concerts, projections, rassemblements, … organisés à travers la France (voir le programme dans  l’agenda du site www.action-directe.net).

 





Toulouse 2010 - Rassemblement du 20 février en soutien aux prisonniers d’Action Directe

Samedi 20 février, de 11 à 13 heures, plus de  cent personnes de la région toulousaine et de Montpellier se sont rassemblées à Toulouse devant la préfecture. À l’occasion des 23 ans d’incarcération de Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani, ils réclamaient leur libération et des soins immédiats pour Jean-Marc. Outre les membres du collectif de soutien, militants de diverses tendances libertaires, PC, NPA, LO, CGT entre autres étaient représentés.

Banderoles, table de presse, chants révolutionnaires et «rebaptisage» des rues avoisinantes aux noms de J.-M. et Georges (version française et occitane) ont animé le rassemblement. Une délégation (soutien, famille, avocat, société civile) a été reçue à la préfecture pendant une heure environ par un responsable qui devait faire remonter nos exigences. La pétition avec liste des signataires au 20 février, lui a été remise.

Le combat pour leur libération se poursuivra jusqu’à ce qu’elle soit effective !

Collectif région toulousaine

 




Bordeaux 2010 - Rassemblement de soutien aux prisonniers d’Action directe

Ce samedi 20 février, dans le cadre de la campagne 2010 pour la libération des militants d’Action directe, a eu lieu à Bordeaux un rassemblement de soutien. Sous la pluie battante, une trentaine de militantEs ont distribué des tracts sur la situation des camarades emprisonnés et exigé leur libération aux cris de «Libération de Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan» et de «La prison tue !»


Des textes de Jean-Marc Rouillan ont été lus au mégaphone. Une longue banderole rouge «Libérez les révolutionnaires d’Action directe – Ne les laissons pas mourir en prison» a été accrochée devant le cinéma l’Utopia.

Le soir, dans le cadre de la manifestation «La classe ouvrière, c’est pas du cinéma» la projection dans une salle pleine du film Salvador sur Puig Antich (dernier garotté sous Franco) du réalisateur Manuel Huerga a été suivie d’un débat autour de la situation des prisonniers d’Action directe.

Blog d’information sur les militants d’Action directe emprisonnés et de mobilisation pour leur libération, 22 février.

Commenter cet article