Lettre de démission de Mustapha Khayati

Publié le par la Rédaction


Camarades,

Une crise révolutionnaire est en train de se développer dans la Zone Arabe et où les éléments radicaux arabes doivent se trouver. Je me sens dans l’obligation d’en être. Étant moi-même — comme l’I.S. — hostile à toute forme de double appartenance ou de noyautage (pour l’I.S. comme pour tout le mouvement révolutionnaire), je présente ma démission.

À partir de cette date tout ce que je ferai n’engage que ma seule personne.

Toutefois je tiens à affirmer que je suis absolument solidaire de tout ce qu’a fait l’I.S. jusqu’à ce jour et n’ai rien à lui reprocher. Si j’ai joué un rôle dans le développement de l’I.S. et un rôle plus modeste dans la diffusion de la théorie révolutionnaire moderne, je dois beaucoup à l’I.S. et espère être en mesure d’utiliser tout ce que j’y ai appris.

Si je m’aperçois que j’ai eu tort de faire ce choix ou si le mouvement dans lequel je m’engage échoue — et si je n’ai rien fait qu’on puisse me reprocher selon nos valeurs communes — je pense un jour reposer ma candidature. Alors l’I.S. pourra se prononcer en toute connaissance de cause.

Vive l’I.S.

Vive le pouvoir international des Conseils Ouvriers.

À Venise, le 1er octobre 1969.
Mustapha Khayati

Publié dans Debordiana

Commenter cet article