Les vaches maigres

Publié le par la Rédaction

 

 

Les vaches maigres


T’es trop pleutre pour braquer le proxi, trop pauvre pour acheter de quoi dealer ensuite, trop inapte pour trouver un «vrai emploi», et de toutes façons y’en a pas, ça servirait à rien de te tuer dangoisse en allant à Pôle Emploi. Tes trop con ou trop honnête pour frauder. Tes pauvre, tes con, et on est bien contents.

 

Ya rien.

Ya rien que la misère qui sétend, tes copains dans la merde et toi aussi, le système D, les ponctions permanentes sur le peu de sous que tu as. Si ten as pas on fait en sorte de taxer ton bocal de pièces jaunes. Pour fumer, par exemple, parce quarrêter de fumer quand ça va mal, cest pas imaginable. Parce que les pauvres, ya que comme ça quon peut piquer la thune quils nont pas : laddiction  ou le rêve de lendemains meilleurs, le tabac, lalcool et le loto. On réduit les remboursements de la sécu, comme ça le pauvre ne va plus soigner son cancer ni même le faire dépister. De toutes façons il va pas voir le médecin, le pauvre na pas les moyens de soffrir une mutuelle et il va falloir quil tente de mettre de côté des sous pour la retraite quon lui a volée. Et puis de toutes façons, bientôt yaura plus dhôpitaux publics, quest-ce quon en a à foutre, on va se soigner dans des cliniques privées grand luxe, la bouffe dans le public est exécrable.

 

Comme ça, ça fait des pauvres qui crèvent vite, cest pratique. Le ménage par le vide. Ça ne nous coûte rien.

 

De toutes façons la sécu, dans pas longtemps, ça ne sera plus quun beau souvenir. Comme tous tes droits, tous tes sacro saints acquis, tas même oublié que des gens se sont battus pour les obtenir, cest bien, ça nous facilite la tâche pour les détruire, un par un, jusquau dernier.

Si les pauvres crèvent pas de cancer, du tabac, de lalcool, du travail, ou du stress, on les relègue le plus loin des villes, à grand coups de réhabilitation des quartiers populaires.

Les pauvres, cest moche et ça nirait pas avec les nouveaux bancs en tôle frappée ou en béton ciré quon a prévu. Alors quand ils ne sont pas déjà morts, on les déporte. Plus loin en banlieue quand ils ont leurs papiers, aux frontières quand ça nest pas le cas. On veut la libre circulation, mais des capitaux, tas pas bien compris ce que cest que lEurope quon vous a vendue. Alors ferme ta gueule et trime, tu déranges avec tes geignements.

Laisse léconomie aux spécialistes, ils savent mieux que toi ce qui est bon pour les riches.

 

On le sait, quon te met à la rue, on sest même arrangé pour que tu ne puisses pas ty construire un toit de fortune, pour voir combien de temps tu tiens. Un petit jeu amusant, dans notre morne existence de riche.

 

Tu vas payer de ta santé, de ta vie amoureuse, de ta santé mentale, de ton existence toute entière pour que je puisse continuer à rouler en 4×4 en baffrant du thon blanc par quintaux, tu vas payer de ta vie pour que je puisse loger dans mes 280 mètres carrés avec 5 chiottes alors quon est que deux à vivre dans cet appart bourgeois mouluré du sol au plafond, tu vas payer de ta vie mes pur-sangs, seuls arabes tolérés dans mon entourage, et je les ferai abattre quand ils ne rapporteront plus la thune des paris que tu fais au PMU entre deux ballons de piquette. Tu es né pauvre, tu vivras pauvre, tu crèveras pauvre.

 

Cest le prix à payer pour mon confort, je naurai aucune espèce de pitié, je ne ferai preuve daucune empathie. Dailleurs, je ne sais même pas que tu existes, je me sers, je mange et je chie le fruit de ton travail, cest tout.

 

Crève.

 

Dahlia - La Soupe à l’herbe, 5 février 2011.

 


Commenter cet article