Les risques du métier

Publié le par la Rédaction

 

Deux agressions de surveillants pénitentiaires devant la prison de Nancy

 

Deux agressions successives de surveillants de prison se sont déroulées devant le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville, hier, provoquant la colère des syndicats pénitentiaires qui réclament un «renforcement des droits des surveillants», a-t-on appris ce lundi de source syndicale.

 

Trois personnes à bord d’un véhicule ont bloqué la route menant au centre pénitentiaire, dimanche matin, empêchant un surveillant de se rendre à la prison. «Ils sont montés sur la voiture du surveillant et l’ont insulté», a raconté Éric Gemmerlé, secrétaire général de l’Union fédérale de l’administration pénitentiaire (UFAP) du grand Est. Une dizaine de minutes plus tard, les agresseurs «ont roué de coups» un deuxième surveillant, qui circulait à vélo. 

 

Le centre de détention de Nancy-Maxéville, qui compte 690 cellules (actuellement occupées par environ 640 détenus) pour 280 personnels pénitentiaires, avait été présenté comme «moderne, novateur et humain» par la garde des Sceaux, Rachida Dati, lors de son inauguration le 9 juin 2009. 

 

 

Leur presse (Ouest France), 19 juillet 2010.

 


Commenter cet article