Les raffineries ne redémarreront pas !!!

Publié le par la Rédaction

Nantes, le 25 octobre

 

Quelle surprise d'entendre sur France Inter : «Trois raffineries ont suspendu le mouvement et vont reprendre de l'activité». Alors que la veille lors d'une visite aux grévistes de la raffinerie de Donges la détermination était là, et aussi pour toutes les autres.

 

Renseignement pris auprès d'un délégué CGT de la raffinerie de Donges, il s'avère que ça n'est pas prêt de repartir. Petite explication…

 

Il y en effet trois raffineries qui ont suspendu le mouvement.

 

La raffinerie de Reichstett (Bas-Rhin), de la compagnie helvétique Petroplus, qui venait d’annoncer sa volonté de fermer définitivement le site pour le transformer en simple terminal pétrolier, supprimant au passage 253 emplois sur 255. le mouvement a été suspendu suite à la garantie de la part de la direction de ne plus fermer le site ! La raffinerie est alimentée en pétrole brut par un pipeline qui viens du port pétrolier de Fos-sur-Mer, qui lui est en grève et lâche rien. La raffinerie ne peut donc pas redémarrer !

 

Deux raffineries du groupe Exon, une à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et une à Port-Jérôme (Seine-Maritime). Elles ont toutes les deux suspendu le mouvement après que la direction ait mis le paquet sur la table et leur ait proposé le paiement intégral des jours de grève !! Tout en sachant qu'elles ne pourraient par redémarrer aussi. En effet celle de Fos est alimentée par le même terminal pétrolier de Fos-sur-Mer. Celle de Normandie est alimentée par l'entreprise SIM qui est également en grève et ne lâche rien également !!

 

Les neuf autres raffineries (six du groupe Total, une Petroplus, deux Basell) sont toujours dans le mouvement contre la mise en place de la réforme des retraites !!

 

la pénurie de pétrole ne s'éloigne pas. L'approvisionnement par bateau ne suffira pas à couvrir les besoins quotidiens. Ce n'est pas le moment de se faire duper par une presse mal renseignée et démobilisatrice !! Continuons à généraliser la grève, à durcir le ton et à soutenir les grévistes. Des caisses de solidarité circulent un peu partout, pour celle de Donges on en est à 30'000€.

 

Indymedia Nantes, 26 octobre 2010.

 

 

De plus, il faudrait 15 jours de travail pour que les raffineries puissent produire après redémarrage. Comme dans les ports, et à la Sncf, la grève se fait aussi par rotation, il s’agit de nuire le plus possible à l’économie, en cherchant à perdre le moins de salaire possible.

 

Il semble d’ailleurs que circule le mot d’ordre de prendre des arrêts maladie là où la grève n’est pas possible, là où elle est interrompue. La sécurité sociale, tout comme l’assurance-chômage et le RSA sont alors utilisés comme caisses de grève. C’est l’un des moyens de faire durer le marathon qui est engagé depuis déjà deux mois. Bloquer l’économie c’est libérer les énergies. Et lycée de Versailles (à la lanterne !).

 

Le mouvement étudiant est en train de se constituer. Les blocages se multiplient. Lors de leur rentrée jeudi 4 novembre, les lycéens manifesteront à nouveau, avant la journée d’action syndicale.

 

Pas d’erreur, l’inquiétude est du côté des oligarques et de leurs alliés.

 

CIP-IDF, 26 octobre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article