Les déboîtés

Publié le par la Rédaction


Je suis de ceux qui boîtent et qui claudiquent,
Les à-côtés.
Ceux qui crèveront en s’abrégeant.
De ceux qui fardent par fierté.
Et pleurent doucement, sans résonner,
En étouffant.
Des demis-là, un peu ailleurs,
Les à-la-fois.
Qui ne comprennent pas, et lèvent les yeux.
De ceux blindés.
Qui tournent en rond.

Prêts à cogner.
Ceux qui haïssent et empoisonnent,
Et qui faillissent.
Les échappés, à coup de cuter.

Ceux qui ne savent pas,
Et qui entrouvent, et prêtent l’oreille,
À lire en braille, et décrypter.
Ceux qui se sont réveillés là,
Qui toquent doucement,
Et qui sourient.
Les sur-la-ligne, qui ont mordu,
Aux corps doublés, qui se méprisent,
Les interdits.
De ceux qui freinent sur une pente d’huile,
Un-peu-plus-loin, un cran ailleurs.
Ceux qui ne coïncident,
Et ne correspondent,
Pas.
Les déboîtés.

Courriel, 26 janvier 2010.

Publié dans Agitation

Commenter cet article