Les blocages provoquent des centaines de millions d’euro de perte pour le MEDEF, continuons !

Publié le par la Rédaction

On comprend pourquoi Nicolas Sarkozy hausse le ton depuis aujourd’hui… les blocages divers et variés commencent à peser lourd financièrement pour ces amis du MEDEF. Bien sûr, en bon démagogue populiste, Sarkozy affirme défendre la majorité des Français contre une petite minorité qui bloque le pays et le «prend en otage». 64 millions d’otages, Carrément ! Ça fera plaisir aux familles des différents otages français de savoir qu’en fin de compte, leurs proches connaissent la même situation au Niger, en Afghanistan qu’à Brest, Douai, Toulouse, Lyon…

 

Mais au-delà de cette infâme comparaison, le Président des riches contre les autres est très soucieux de défendre les intérêts de ses amis et de sa famille (son frère est l’actuel délégué général du groupe de retraite complémentaire Malakoff-Médéric…). Du côté du Medef et de la CGPME ça commence à grogner… L’Union des industries chimiques annonce une perte de chiffre d’affaires de 100 millions d’euros par jour, pour Air France la mobilisation contre le projet de retraites représenterait chaque jour 5 millions d’euro (Lionel Guérin, le président de la Fédération nationale de l’aviation marchande (FNAM) allant jusqu’à affirmer que les pertes seraient déjà supérieures à celles induites par la volcan islandais). D’autres chiffres spectaculaires sortiront sans aucun doute très prochainement et avec eux un florilège de scenarii catastrophiques : perte de croissance, licenciements massifs, délocalisations…

 

Mais en fait, la réalité c’est que les actions de blocage qu’il s’agisse des raffineries ou des dépôts de carburants, des plateformes logistiques ou des centres commerciaux commencent à porter leur fruit à savoir toucher le portefeuille des actionnaires et des grands groupes. Il est donc impératif de poursuivre ce mouvement.

 

PIQUETS MOBILES, BLOQUONS LA VILLE !

PIQUETS VOLANTS, BLOQUONS L’ARGENT !

 

Ludo - HNS-info, 21 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article