Les artificiers travaillent en Grèce

Publié le par la Rédaction

La Conspiration suspectée d’être coupable de lexplosion du 15 mai

 

Alors que la police medico-légale, ainsi que la police anti-terroriste examinaient les restes de deux bombes qui ont chacune respectivement ciblé à 24 heures dintervalle la prison de lAttique Korydallos ainsi que le tribunal de Thessalonique, des sources policières ont déclaré estimer que les membres de la Conspiration des cellules de feu se trouvaient derrière ces deux attaques.

 

Lexplosion dhier est survenue peu avant 13 heures 30. La puissante bombe avait été placée dans les toilettes pour hommes du tribunal de Thessalonique, blessant un employé à la jambe. Un appel anonyme avait averti le journal  Eleftherotypia, 20 minutes plus tôt, de limminence de lexplosion. Selon certaines sources, lappelant avait demandé que le tribunal soit immédiatement évacué insistant sur le fait que ce nétait pas un canular. La police a alors commencé lévacuation, mais la bombe a explosé alors quil restait encore des personnes à lintérieur.

 

La police na fait aucune déclaration officielle sur les auteurs présumés de lattentat en fin de la journée dhier, mais des sources ont dit estimer — en incluant lexplosion de jeudi soir à lextérieur de la prison de Korydallos — que cette explosion avait été lœuvre de la Conspiration des cellules de feu et avait été destinée à rappeler à la police que le groupe de guérilla urbaine est toujours actif. Dix membres présumés du groupe ont été arrêtés au cours de lannée écoulée. De ce nombre, trois sont toujours en garde à vue.

 

Selon certaines sources, le mode opératoire des auteurs de lattentat à lintérieur du tribunal et lexplosion à lextérieur de la prison ressemble à celui de la Conspiration des cellules de feu, dont les récents succès comprennent un attentat au siège dun groupe néo-nazi, le domicile dun responsable pakistanais et un centre de la police des étrangers.

 

La bombe utilisée au tribunal semble être composée de 10 kilogrammes dun explosif très puissant, selon des sources policières. La bombe utilisée pour la prison était également très puissante, le bruit de lexplosion ayant été senti jusquau centre dAthènes, mais aucun détail sur sa composition na été révélé. Elle a causé des dommages importants et des blessures mineures à une personne de 22 ans résidant dun immeuble adjacent.

 

Tard hier soir, il ny avait pas encore eu de revendication concernant ces attaques.

 

Traduit de l’anglais ( Act For Freedom) pour le JL, 15 mai 2010.



*


 

Athènes - explosion contre la prison de Korydallos

 

Une explosion dune très forte puissance sest produite à lextérieur de la prison de sécurité maximale à Korydallos, à louest dAthènes.

 

Selon les premières vérifications, il ny aurait aucune victime, mais une femme a été bléssée par des éclats dus à lexplosion. La police a précisé que lexplosion sest produite hier soir (jeudi) à lextérieur des murs de la prison après un coup de téléphone anonyme passé au quotidien Eleftherotypia et à la chaîne de télé Alter. Un inconnu aurait appelé pour avertir de limminence de lexplosion dun engin placé dans un sac de voyage et déposé dans un conteneur à ordures, juste à côté de la prison, dans une zone inhabitée. Un policier a raconté que lexplosion a été si forte quelle a été entendue à des kilomètres à la ronde.

  

 

La prison de Korydallos et la plus grande et la plus connue des prisons grecques. Y sont détenus entre autres des membres de lorganisation subversive 17 novembre, née durant la dictature des colonels et démantelée en 2002. Korydallos est souvent pointée du doigt par des organisations de défense des droits de l’Homme, qui y dénoncent des conditions de détention insupportables et des traitements inhumains.

 

Récemment, six personnes accusées d’être liées au grouppe Lutte Révolutionnaire, ont été arrêtées et incarcérées à Korydallos.

 

Traduit de l’italien (Informa-Azione)
par Pagherete tutto, 14 mai 2010.

 

 

*

 

 

Explosion d’une bombe dans un tribunal de Thessalonique : un blessé

 

Une bombe de forte puissance a explosé vendredi dans l’enceinte dun tribunal de Thessalonique, dans le nord de la Grèce. Au moins une personne a été blessée.

 

La déflagration sest produite environ une demi-heure après un appel anonyme à un journal grec avertissant quun engin explosif avait été posé dans des toilettes situées au sous-sol du bâtiment.

 

La police, qui avait évacué la quasi-totalité des lieux, a précisé que des murs sétaient effondrés lors de lexplosion, suivie dun dégagement de fumées.

 

Un homme a été légèrement blessé aux jambes, daprès lavocat Babis Apostolides, qui a expliqué lavoir transporté dans un hôpital situé à proximité.

 

 

 

 

Cet attentat survient après lexplosion dun engin jeudi soir devant la plus grande prison de Grèce à Athènes. Une femme a été légèrement blessée et plusieurs habitations ont été endommagées. Cette attaque qui na pas été revendiquée avait elle aussi été précédée dun appel téléphonique anonyme à un journal dAthènes.

 

Les militants dextrême-gauche ont perpétré plusieurs attaques à la bombe contre des symboles de l’État et du capitalisme ces dernières années.

 

Le mois dernier, les autorités ont arrêté et inculpé six personnes pour appartenance à lorganisation Lutte révolutionnaire, un groupe dextrême-gauche, qui avait lancé en 2007 une grenade contre lambassade des États-Unis à Athènes sans faire de blessés.

 

Plusieurs membres présumés de ce groupe sont actuellement détenus à Korydallos dans lattente dêtre jugés.

 

Leur presse (AP), 14 mai.

 


Publié dans Grèce générale

Commenter cet article