Le RAS, squat à Saint-Nazaire

Publié le par la Rédaction

Saint-Naz : Le Radeau Aux Sorcières passe en procès !

Le squat RAS (Radeau Aux Sorcières) passe en procès lundi en référé «heure par heure» (la procédure d’urgence, la plus rapide) contre la Mairie.

Deux avocats locaux les défendront. Un maximum de personnes en soutien serait très apprécié. L’audience aura lieu à 10 heures au Palais de Justice de Saint-Nazaire (rue Albert de Mun). D’ici là, tou-te-s les activités, ateliers, festivités… initialement prévu-e-s sont maintenu-e-s. Vous pouvez nous contacter. Viendez quand vous voulez ! On en a besoin !


Indymedia Nantes, 12 décembre 2009.


Saint-Naz : Des nouvelles du Radeau Aux Sorcières


Loin de se laisser démonter par les diverses infiltrations médiatiques et tentatives de passage en force des flics, le squat RAS (Radeau Aux Sorcières) résiste.

Le programme des jours à venir…

Vendredi 11 à 18h : Soirée de lancement d’un projet Théâtre avec projection d’un film entre autre.
Samedi 12 à 20h : Soirée crêpes à prix libre avec peut-être une représentation du projet Théâtre.
Dimanche 13 à 12h : Bouffe de rue dans le quartier avec les voisins.
Mardi 15 à 20h : Réunion du comité d’activité du squat (ouverte à tou-te-s).

Rappel : Le RAS est situé place de la Rampe
au Petit Maroc à Saint-Nazaire.

Indymedia Nantes, 10 décembre.



Squat du Petit-Maroc à Saint-Nazaire :
Pas d’expulsion avant la semaine prochaine


Le groupe d’une dizaine de jeunes établi dans l’ancien hôtel du Pilotage, à Saint-Nazaire, pourra passer un deuxième week-end dans le bâtiment dont ils veulent faire «un espace libre, lieu festif, d’échange et d’ouverture».

L’avocat de la Ville a déposé aujourd’hui une assignation en référé sollicitant l’expulsion des squatteurs. Un groupe d’une dizaine de jeunes occupe le bâtiment désaffecté dans le quartier du Petit-Maroc depuis plus d’une semaine. La procédure en référé, établie par la Ville, pour des raisons de sécurité, sera examinée lundi par un juge du tribunal d’instance, probablement à 9h30.


Leur presse (Ouest-France), 10 décembre.



Squatters en sursis à Saint-Nazaire
La police est intervenue dans un squat du Petit-Maroc vendredi.

Une dizaine de personnes occupent l’ancien hôtel du Pilotage. La Ville veut les faire partir.

Comme si de rien n
était. Hier, aucune agitation particulière autour de lancien hôtel du Pilotage, dans le quartier du Petit-Maroc.

Une quiétude de façade. Surtout chez les occupants de cet ancien établissement, transformé depuis le début de la semaine dernière en squat.

Vendredi soir, l
ambiance était tout autre, bien moins sereine. Vers 21 heures, alertée par des voisins, la police débarque sur les lieux. «Nous avons constaté la présence de personnes qui navaient rien à faire à cet endroit.» La première intervention est «rapide. Aucune interpellation.» La police met alors en place «un système de patrouille». Pour quel résultat ? Les services de police ne souhaitent pas «communiquer sur la fin de soirée».

Gardes à vue

Les occupants de l
hôtel du Pilotage sont beaucoup plus loquaces sur les évènements. Leur version diffère de celle des forces de lordre. «Ils nous ont gazés, tout simplement. Mais ils nont pas réussi à nous déloger.» Pour preuve, cette soirée qui devait marquer lofficialisation de loccupation de lancien hôtel sachèvera tard dans la nuit. Trois personnes auraient tout de même fini la nuit en garde à vue.

Plus difficile en revanche de connaître les véritables motivations des squatters. Tout juste concèdent-ils une «organisation collégiale» pour un lieu «qui doit avoir une vraie vocation». Mais laquelle ? Aucune réponse «pour le moment». Le site squat.net, qui recense l
actualité nationale des squats, parle dun «lieu de passage, de partage déchanges. Un QG des luttes actuelles et passées, un lieu où chacun peut apporter sa pierre à lédifice, organiser débats, projections, jeux et soirées…»

Référé

Mais en auront-ils le temps ? L
ancien hôtel du Pilotage appartient depuis une dizaine dannées à la Ville. Dans le cadre de laménagement du Petit-Maroc, il est voué à une destruction prochaine. Ce week-end, tenue informée des évènements, la Ville na pas souhaité «prendre un arrêté dexpulsion. Nous pensions quils allaient juste occuper les lieux ce week-end et partir», précise Charles Nicoll, directeur de communication de la Mairie.

Mais hier, une dizaine de personnes occupaient toujours les lieux. «Nous avons lancé une procédure en référé pour faire respecter la non-occupation des lieux. Parce que ces gens n
ont pas à être là et par mesure de sécurité. Sil se passe quelque chose, nous sommes responsables.»

Si les occupants ne quittent pas les lieux d
ici demain, les forces de lordre pourraient de nouveau intervenir.

Leur presse (Nicolas Aufauvre, Presse-Océan), 8 décembre.



Ouverture d’un grand squat à Saint-Nazaire

Vendredi soir, une soixantaine de personnes ont officialisé (le lieu était discrètement occupé depuis trois jours) l’occupation de l’ancien Hôtel (appartenant à la Mairie) situé place de la Rampe dans le quartier du Petit Maroc à Saint-Nazaire.

La réponse policière fut immédiate et violente. Mais malgré les gaz lacrymogènes et les tentatives, plus ou moins virulentes, d’entrer dans divers endroits, la quinzaine de poulets et bacceux présents a du repartir bredouille. La soirée d’ouverture a pu battre son plein grâce à un super groupe de noise qui a joué jusque tard dans la nuit.

La Police, dépitée de n’avoir pas pu virer les occupant-e-s qu’elle provoquait et menaçait encore quelques heures plus tôt par la fenêtre, a tout de même réussi à coffrer trois personnes qui rentraient chez eux dans la nuit et à leur faire passer 8 heures en garde à vue (a priori sans poursuite, leur implication dans les dégradations et leur intention de squatter le lieu n’ayant pas pu être déterminées).

L’ancien Hôtel est un lieu d’habitation, de passage, de partage, d’échange. Un QG des luttes actuelles et passées, un lieu où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice, organiser débats, projections, jeux et soirées…

Un apéro est d’ailleurs organisé ce soir (dimanche 6) à 18 heures avec les voisin-e-s et ami-e-s et tou-te personne souhaitant soutenir les occupant-e-s. La Police tourne encore beaucoup et nous recommandons à chacun-e d’être prudent-e.

D’autres évènements seront prochainement organisés (peut-être par vous), tenez-vous au courant !

Indymedia Nantes, 6 décembre.

Commenter cet article

thierry kruger 21/06/2010 14:23



Salut à vous. Des nouvelles par les occupants eux-mêmes (photos de l'expulsion sur leur site) et avec quelques images tremblantes ... Mais filmer n'empêche rien de toute manière c'est le petit
côté décourageant du truc. A plus le Jura


 


http://www.dailymotion.com/video/xd5iyz_saint-nazaire-vie-et-mort-du-squat_news