Le drapeau rouge flotte sur la raffinerie de Donges

Publié le par la Rédaction

[Dimanche 24 octobre, 14h41]

Le tanker de gasoil contraint de faire demi-tour à Donges

 

Par solidarité avec le mouvement des ouvriers de la raffinerie de Donges contre la réforme des retraites, 300 personnes se sont mobilisées ce midi sur le port de Saint-Nazaire pour empêcher l'arrivée d'un tanker pétrolier. Chargé de 10'000 litres de gasoil, ce dernier devait ravitailler en carburant le dépôt de la SFDM de Donges, réquisitionné par les forces de l'ordre.

 

Les actions conjointes de l'Interprofessionnelle syndicale en divers lieux, principalement l'occupation à quai des remorqueurs par les manifestants, ont forcé le navire à faire demi-tour dans sa zone de mouillage à 12h45. La surprise a joué en leur faveur car les policiers n'ont pu empêcher cette action.

 

Leur presse (Presse Océan), 24 octobre 2010.

 

 

[16h50] Donges/réquisitions : Recours en référé

 

L'avocate de salariés du dépôt de carburant de Donges a déposé cet après-midi un recours au tribunal administratif de Nantes après deux nouvelles réquisitions de personnels par le préfet, et devait en déposer un autre dans la soirée, a-t-on appris de source syndicale.

 

Dix salariés du dépôt SFDM (Société française Donges Metz) ont été réquisitionnés hier matin jusqu'à lundi matin 04H00 par un arrêté préfectoral affirmant que la fermeture du dépôt «concourt à la rupture d'approvisionnement de nombreux transporteurs et distributeurs en Loire-Atlantique».

 

Le préfet a par ailleurs réquisitionné quatre autre salariés dès ce matin 10H00 et jusqu'à lundi 05H00 pour «assurer les opérations de dépotage» d'un pétrolier «pour la reconstitution partielle des stocks» du dépôt.

 

«L'ensemble du personnel» du dépôt est ainsi réquisitionné, a relevé un représentant CFDT de la raffinerie de Donges, Dimitri Guiller.

 

En fin de matinée, une centaine de personnes ont bloqué le départ de quatre remorqueurs qui devaient amener le pétrolier, transportant des produits raffinés, au port de Nantes-Saint-Nazaire, a-t-on appris de sources syndicales et policières.

 

«Le pétrolier a fait demi-tour, il se trouve en mer, au large», a expliqué dimanche après-midi un représentant CFDT de la raffinerie de Donges, Dimitri Guiller, en précisant qu'il devait tenter d'appareiller à nouveau en début de soirée.

 

Douze cars de CRS sont sur les lieux, selon lui. La police a confirmé qu'une cinquantaine de CRS étaient présents sur le site, en renfort.

 

Le tribunal administratif de Nantes avait rejeté vendredi soir un précédent recours en référé déposé par quatre salariés du dépôt de carburant de Donges contestant leur réquisition par le préfet qui, selon eux, portait atteinte au droit de grève.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 24 octobre.

 

 

Des manifestants ont bloqué des remorqueurs sur le port de Saint-Nazaire ce matin

 

Plus de 200 manifestants se sont regroupés en fin de matinée près de la base sous-marine de Saint-Nazaire, sous des banderoles de la CGT, de la CFDT et de la FSU notamment. Ils se sont rendus au quai des Marées, sur la jetée Est de l’avant-port, pour y bloquer le départ de quatre remorqueurs. Ils les ont empêchés de se rendre au-devant d’un pétrolier qui attendait, au large, de pouvoir livrer sa cargaison au port de Donges.

 

Leur presse (Ouest-France), 24 octobre.

 

 

Coup de force de l'État et grève des salariés de Donges

 

Alors que de plus en plus de salariés soutiennent et participent à la lutte contre la réforme des retraites, l’État français réquisitionne les grévistes des dépôts de pétrole et des raffineries en envoyant l’armée (gardes mobiles) sur les entreprises occupées. L’État français bafoue le droit de grève et le code du travail.

 

L’attitude du gouvernement n’endigue cependant pas la colère sociale, les salariés de la raffinerie de Donges viennent de reconduire la grève jusqu’au vendredi prochain. Nous appelons à amplifier le mouvement et à participer aux actions de blocages économiques, dans la perspective des mobilisations unitaires de la semaine prochaine.

 

Voir la vidéo

 

De même l’ensemble des salariés et précaires sont appelés à la solidarité ces prochains jours, d’une part avec les salariés en grève, mais aussi en soutenant les travailleurs poursuivis par la justice comme le 27 octobre prochain à Rennes. 

 

Breizhistance, 22 octobre.

 

 

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

fritz 24/10/2010 16:20



plutôt que juste bloquer les raffineries, pourquoi ne pas bloquer et redistribuer le gazole et l'essence?


même principe que ceux qui bloquent les caisses de supermarché et qui ensuite redistribuent la bouffe...