Le criminel c'est l'électeur (Votations suisses)

Publié le par la Rédaction

 

Action collective au petit matin du lundi 29 novembre en ville de Genève, à Carouge et au Grand-Saconnex. Plus de 200 affichettes des caissettes à journaux Tribune de Genève ont été remplacées.

 

 

 

 

 

 

Les affiches de la Tribune de Genève piratées

 

Plusieurs fausses affiches ont été placardées ce matin sur les caissettes de la Tribune de Genève.

 

De nombreuses affiches estampillées Tribune de Genève ont été retrouvées ce matin sur les caissettes de votre quotidien. Sur les feuilles blanches, marquées du logo bleu de la Julie, on peut lire : «Le criminel c'est l'électeur».

 

 

Un message clair au lendemain de la votation sur le renvoi des criminels étrangers qui a été acceptée par 52.9% des votants. À Genève, le texte a été rejeté à 55.7%. La forte participation au scrutin (52.6%) témoigne de l'intensité de cette campagne qui a duré plusieurs mois.

 

Qui se cache derrière cette action ? Impossible pour l'heure de le savoir. La Tribune se réserve le droit de poursuivre l'auteur de cette infraction. 

 

Leur presse (AEC), 29 novembre 2010.

 

 

 

 

Des inconnus mettent le feu à une urne électorale à Allschwil

 

Un bureau de vote a été attaqué samedi soir à Allschwil, à Bâle-Campagne.

 

Des inconnus ont emporté une urne électorale et y ont bouté le feu à l’extérieur du local, a indiqué la police cantonale de Bâle-Campagne. L’urne contenait 20 bulletins de vote sur le renvoi des étrangers.

 

Six à sept inconnus masqués par des écharpes et des bonnets ont pénétré dans le bureau installé dans une école. Ils se sont dirigés de manière très déterminée vers l’urne contenant les bulletins de vote sur le renvoi des étrangers et l’ont emportée, a communiqué la police.

 

Une fois dehors, ils se sont rendu derrière le bâtiment, ont forcé l’urne et ont mis le feu au contenu avant de s’enfuir. Les pompiers d’Allschwil appelés sur place ont rapidement maîtrisé les flammes. Vingt bulletins de vote se trouvaient dans l’urne, selon la police, qui suppose un acte à motivation politique.

 

Un important dispositif de recherche a immédiatement été lancé. Dimanche, les auteurs de l’attaque n’avaient pas encore été identifiés. Pour l’instant, l’incident n’a pas de répercussions sur le vote puisque le résultat n’est pas encore connu, a précisé à l’ATS la Chancellerie de Bâle-Campagne. 

 

Leur presse (ATS), 28 novembre.

 

 

 

 

 

Zurich : Votons avec du feu et des pavés

 

«Votons avec du feu et des pavés pour un monde sans frontières» ; «Nos rêves ne s'écrivent pas sur un bulletin de vote» ; «Pour une vie sans papiers ni États». Quelques-uns des nombreux tags, qu'on peut toujours voir, à côté de beaucoup de vitres brisées, le long du parcours de la manif contre les expulsions de hier. Celle-ci a eu lieu en lien avec l'initiative pour les expulsions de l'UDC ayant été acceptée ce jour-même.

 

 

 

Une brève liste des institutions attaquées. Les conclusions par rapport aux motivations sont à vous :

— Banque CIC, près du Löwenplatz, vitre brisée à l'entrée ; 
— Hôtel de luxe, devant la gare de ZH, quelques vitres brisées, du mobilier cassé ; 
— Apple Store, Gare centrale, quelques vitres brisées ; 
— Bancomat peint ; 
— Banque cantonale de Zurich, Limmatquai, beaucoup de vitres brisées ;
— Plusieurs magasins bourgeois de bijoux et de luxe, vitres brisées ; 
— Banque Raiffeisen, Limmatquai, plusieurs vitres brisées ; 
— Maison des corporations, longée deux fois, attaquée deux fois, beaucoup de vitres et de mobilier cassés ; 
— UBS, Bellevue, quelques vitres brisées ; 
— NZZ, Falkenstrasse, quelques vitres brisées ; 
— Mairie, Limmatquai, attaque de peinture
[informations rassemblées des médias et des témoignages personnels, donc tout à fait non exhaustives].

 

 

 

 

 

Lors de la manif, plusieurs lignes de flics de 10-20 unités se sont retirées face à la manif. Au pont Rudolf-Brunn, le cordon a été brisé à l'aide de jets de pierres et de bouteilles, tandis que des fourgons ont été attaqués en passant. Plusieurs voitures de luxe ont été cassées en route. Après le virage derrière Bellevue, une petite partie de la manif s'est scindée lorsque les flics ont commencé à tirer des balles en caoutchouc et à préparer le lance d'eau. La partie séparée a pu se rallier à la manif après un détour à travers le Niederdorf. Arrivée au Paradeplatz, la manif a commencé à se disperser en grande partie. Quelques-uns se sont rassemblés au Helvetiaplatz.

 

Au début, il y a eu entre 600 et 800 personnes, pendant la manif, on pouvait bien en compter jusqu'à 2000.

 

On se réjouit que, selon les médias, seulement une personne ait été arrêtée. On lui souhaite courage et détermination face à la justice étatique.

 

Brisons la paix de campagne !

 

Indymedia Suisse romande, 29 novembre.

 

 

 

 

 Le siège de l’UDC vandalisé à Berne

 

Après l’acceptation de l’initiative sur le renvoi des criminels étrangers, l’UDC à Berne a été la cible d’actes de vandalisme dans la nuit de dimanche à lundi.

 

Plusieurs vitres ont été brisées, des stores endommagés et des murs souillés, a communiqué la police cantonale bernoise. Trois voitures parquées dans les environs ont également été touchées.

 

 

Dérapages à Zurich

 

Répondant à l’appel d’extrémistes de gauche, plusieurs centaines de personnes ont protesté dimanche soir dans les rues de Zurich. Des déprédations ont eu lieu en marge de cette manifestation non autorisée, selon la police municipale zurichoise. Divers objets ont été lancés en direction des forces de l’ordre et des vitrines ont été brisées. La police a fait usage de balles en caoutchouc, de gaz irritant et de lances à eau. Un individu a été arrêté. Les dommages se chiffrent en dizaines de milliers de francs. 

 

Leur presse (20 Minutes), 29 novembre.

 


Publié dans Agitation

Commenter cet article