Le 1er mai, aux côtés des travailleurs !

Publié le par la Rédaction

 

Alors que les grandes centrales syndicales négocient la reddition sous les lambris ministériels, alors que le gouvernement continue en toute impunité sa politique de casse sociale, alors que la police réprime et, parfois, assassine, nous pensons qu’il est de notre devoir de nous préparer à lutter âprement.


À ceux qui prétendent que la lutte de classes n’a pas lieu, que notre salut réside dans les impasses électorales, y compris celles prétendument «de gauche» ou «anticapitalistes», à ceux, parmi les soi-disant «marxistes», qui appellent au pragmatisme et au calcul stratégique et à ceux, parmi nos ennemis, qui prétendent nous faire plier par la répression syndicale et politique, nous disons : contre vous, nous serons toujours debout.

Il n’y a pas de fatalité : la crise n’est pas une catastrophe naturelle, et elle a des responsables. Il est inutile d’attendre sa fin, alors que l’État et les financiers nous préparent à la deuxième vague. Les responsables, ce sont ceux qui, depuis des années, ont prétendu faire rimer «liberté» et «libéralisme», quand la dictature économique broie les travailleurs de ce pays, quand le travail est devenu la seule source de «progrès» dans un monde qui ne croie plus qu’à la croissance du système capitaliste, avec, pour seuls «opposants», les apôtres du capitalisme d’État.

Nous n’avons qu’un seul ennemi, et cet ennemi nous le nommons : la classe dirigeante, dans toutes ses expressions. Les odieuses tentatives de stigmatisation à l’encontre de nos frères immigrés ne doivent pas rester impunies, qu’elles proviennent de l’État et de sa police ou des nazillons de tout poil.

Nous, travailleurs de l’éducation, travailleurs en formation, travailleurs précaires hors de nos heures d’étude, appelons l’ensemble de nos camarades à rejoindre la manifestation du 1er mai, pour faire entendre la voix d’un syndicalisme révolutionnaire, antifasciste et libertaire !

Rendez-vous cours Jean Jaurès, Avignon, à 10h. 
Retrouvons-nous, après la manif, au parc des Libertés (île de la Barthelasse), à partir de 13h : Apéro / Pique-nique tiré du sac / Concert gratuit.


Les syndicats CNT de l’université,
des lycées et de l’école d’art d’Avignon.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article