La solidarité ne se divise pas !

Publié le par la Rédaction

CaveCanem-05.JPGLa police travaille, les staliniens aussi

[Outre leur communiqué reproduit ci-dessous, on lira celui du RESF Paris-Nord-Ouest, ainsi que l’appel à la réunion au CICP. Et aussi les dernières nouvelles des camarades.]


Déclaration

Nous avons pris connaissance des informations concernant l’hypothétique implication de militants dits RESF dans d’improbables sabotages de distributeurs automatiques de billets (DAB). Cette action constituerait une réplique à la dénonciation de sans-papiers pratiquée par certaines banques. Plusieurs personnes auraient été placées en garde à vue selon toutes les règles de l’art (menottes, fouille à nu, placement en cellules bien sales), certaines ayant pour unique tort de figurer dans le répertoire téléphonique d’un mis en cause.


Comme souvent dans ces circonstances, des personnes sont sorties lavées de tout soupçon, mais n’en ont pas moins subi plusieurs heures d’humiliation, de pression psychologique, avec prélèvement ADN injustifié et inscription probablement indélébile sur des fichiers de police. Ces méthodes sont insupportables.


Pour autant, militants du RESF, nous tenons à affirmer :
1) Le sabotage de distributeurs automatiques de billets n’est en aucune façon, à nos yeux, un moyen de défendre la cause des sans-papiers en général ni celle des familles ou des jeunes majeurs sans papiers en particulier. Ceux qui se livreraient à de telles activités ne sauraient le faire au nom du Réseau Éducation sans frontières.
2) Le Réseau et les citoyens qui le composent, attachés à la défense et à l’égalité des droits, soutiennent et défendent par une action publique les jeunes majeurs scolarisés et les familles sans papiers confrontés à des situations inhumaines en organisant la solidarité la plus large, l’interpellation des pouvoirs publics et des élus pour mettre les responsables en face des conséquences concrètes de leurs décisions.
3) Pour autant que les informations parues dans la presse permettent de se faire une opinion, il semble que la police ratisse large, interpellant des gens qui n’ont rien à voir avec «l’affaire» et que les procédures mises en œuvre (garde à vue, perquisitions) aient peu de rapport avec la «gravité» des faits.
4) Le procédé consistant à mêler le nom du RESF à l’enquête en cours n’est peut-être pas innocent. Monsieur Lefèbvre avait cru devoir demander la dissolution du RESF après l’incendie du CRA de Vincennes. Peut-être trouvera-t-il dans «ces lâches agressions de DAB en situation de faiblesse», une occasion de faire diversion au récent festival de bourdes et de bévues de ses amis politiques.

Le 18 février 2010.
Jean-Michel Bavard, Isabelle Benoit, Katia Beudin, Brigitte Cerf, Pierre Cordelier, Jean-Michel Delarbre, Michel Élie, Nathalie Fessol, Armelle Gardien, Florimond Guimard, François Hauchère, Anthony Jahn, Odile Jouanne, Odile Kouteynikoff, Pablo Krasnopolsky, Camille Lacroix, Isabelle Larrouy, Christiane Levilly, Isabelle Mire-Durand, Richard Moyon, Nadia Nguyen, Mireille Peloux, Dominique Perez, Catherine Tourier, Brigitte Wieser.


Commenter cet article

fred 19/02/2010 13:50


"Ceux qui se livreraient à de telles activités ne sauraient le faire au nom du Réseau Éducation sans frontières."...l'on-t-ils fait ?