La police travaille à saintDenis : Expulsion du camp rrom du Hanul

Publié le par la Rédaction

 

 

Le Hanul rrom de St-Denis est tombé

 

Ce matin, les hommes en uniforme ont expulsé de force les habitants du Hanul et leurs soutiens. Cette expulsion est parfaitement illégale, dans la mesure où aucune décision de justice n’a été notifiée aux personnes concernées. Une ultime fois, les Rroms ont demandé à voir la décision d’expulsion, mais les hommes en uniforme ont répondu que c’était dans les films que ça se passait comme ça. Nous croyons pourtant que c’est plutôt dans un état de droit que la justice décide d’abord, notifie ensuite et enfin la police l’exécute. L’huissier de justice a juste montré furtivement un papier sans en-tête, de sorte que nous n’ayons pas pu en identifier l’auteur, mais nous avons eu le temps de lire le mot «ordonnance» et de voir un tampon bleu en bas de la page.

Le Hanul était le plus ancien campement de Rroms en France. Il était là depuis 10 ans. Il y a 7 ans, en 2003, le maire d’alors, M. Patrick Braouezec avait signé une convention d’occupation en grande pompe, avec une fête garnie de spécialités rroms. Cette convention n’a jamais été dénoncée. Aujourd’hui cependant, les cocontractants de la ville se sont fait jeter dehors sans qu’aucun élu dyonisien ne soit présent.

 

Par conséquent, les Rroms et leurs soutiens se trouvent actuellement devant la mairie de St-Denis, où ils demandent à être reçus pour :

— Trouver une solution d’hébergement d’urgence dans un des locaux de la ville ; 
— Conclure à nouveau un accord qui leur permettra de s’installer quelque part dans la ville où ils vivent depuis 10 ans, où nombre de leurs enfants sont nés, et où tous ces derniers vont à l’école.

 

La Voix des Rroms, 6 juillet 2010.

 


 

 

 

 

 

 

Les Rroms trahis par la mairie de Saint-Denis

 

Après l’expulsion violente hier matin, les Rroms du Hanul se sont dirigés vers la mairie de Saint-Denis. Suivis à chaque pas par la police, ils y sont arrivés quelques minutes avant l’heure d’ouverture. Cependant, les portes de la mairie sont restées fermées. Un messager a indiqué aux expulsés que le directeur du cabinet du maire recevrait une délégation. Renata et Denisa, deux fillettes nées au Hanul et enregistrées à l’état civil de St-Denis, faisaient partie de la délégation.

 

Après un exposé d’environ 20 minutes où Mme. Haye, adjointe au maire, a mis en valeur l’engagement politique de la ville en faveur des Rroms, Denisa a pu poser la première question : «où allons-nous dormir ce soir ?» En guise de réponse, la petite fille de 9 ans a pu apprécier un second exposé sur le même thème, cette fois-ci par M. Proult, lui-aussi adjoint au maire.

 

Les deux élus ont maintenu tout au long de l’entretien que la ville n’avait pas de locaux pour un hébergement d’urgence, mais qu’elle faisait beaucoup d’efforts pour les Rroms, notamment avec un «village d’insertion» et avec un discours en faveur de l’ouverture du marché de l’emploi aux Roumains. En effet, M. Braouezec, anciennement député-maire et actuellement président de la Communauté d’agglomération Plaine Commune a posé une question au gouvernement en ce sens il y a quelques jours. Toujours est-il que la ville est contre la pérennisation des bidonvilles et qu’elle a refusé d’ouvrir un gymnase ou un autre local pour héberger en urgence les familles expulsées. Elle se congratule cependant de l’obtention d’une table ronde régionale au mois de septembre au sujet des Rroms qui vivent dans des campements.

 

En ce qui concerne l’urgence pour ces familles, la seule proposition de la ville était de se joindre à une demande d’entretien avec la préfecture de la région. Or, comme les solutions éventuellement envisagées dans ce cadre correspondent à quelques nuitées d’hôtel, la proposition n’a pas été jugée sérieuse par les expulsés, et même contradictoire avec les objectifs à long terme affichés, notamment celui de l’ouverture du marché de travail, qui reste de la compétence de l’État. Aussi, un membre de la délégation a jugé l’attitude de la ville comme une trahison : «votre soutien n’a été qu’une mise en scène politique, pour faire semblant d’aider les pauvres en bons communistes, mais finalement vous nous jetez dans la rue comme des chiens, comme pendant la seconde guerre mondiale», — a dit M. Boti, ancien habitant du Hanul. Des employés de la Plaine Commune, dirigée par M. Braouezec, accompagnaient les CRS pendant l’expulsion.

 

Une fois de plus, comme souvent dans leur histoire européenne de 600 ans, les Rroms ont du se débrouiller par eux-mêmes, aidés par quelques dyonisiens, notamment des artistes, qui détenteurs de l’esprit de solidarité de leur ville.

 

La Voix des Rroms, 7 juillet.

 

 

Commenter cet article