Poitiers : De la non-information à la désinformation

Publié le par la Rédaction

De la non-information à la désinformation
Réponse aux journaux Dordogne Libre et Sud-Ouest


Nous reproduisons ci-après les mises au point que nous avons adressées aux journaux Dordogne Libre et Sud-Ouest, à propos des articles parus les 13 et 14 octobre sur les émeutes de Poitiers.
Il se trouve que quelques périgourdins ayant fait le déplacement, ces journaux de non-investigation se sont transformés — l’occasion n’est pas rare — en chambre d’écho de la propagande gouvernementale.
Vous trouverez à la suite de notre réponse à la DL (celle au SO est sensiblement la même) la reproduction des articles qui nous ont fait bondir.

De la non-information à la désinformation

Les insinuations, quant aux relations entre notre organisation et les récentes violences, entretenues par l’article «Trois périgourdins impliqués à Poitiers», paru dans votre édition du 13/10/2009, ne peuvent qu’appeler notre réaction.

Le titre, ainsi que l’articulation du texte, présentent faussement ces «trois périgourdins» comme étant des auteurs impunis des troubles du 10 octobre à Poitiers. Cette violation de la présomption d’innocence, l’amalgame entretenu entre ces troubles et le mouvement anarchiste, et la place laissée aux interventions policières, produisent un effet caricatural, digne d’un journalisme bourgeois aussi friand de spectaculaire qu’assujetti à la propagande gouvernementale.

Cet étalage de non-vérités, les collages opérés, et pour tout dire les non-faits, sur fond de violences émeutières, favorisent les raccourcis douteux et alimentent les fantasmes les plus infondés, dont les anarchistes, et plus largement tout mouvement contestataire, sont les cibles.

Soyons concis autant que précis ! Non, le Drapeau Noir Périgord n’est pas «discret», car promouvant une alternative au capitalisme et à l’État, ces idées se veulent être le plus largement diffusées, comme elles le sont régulièrement auprès des sarladais. Non, le DNP n’est pas «prudent», il n’a pas à l’être plus que quiconque, ne se résolvant pas à faire usage de violence, mais inscrivant résolument sa démarche dans un éducationnisme émancipateur.

Si nous ne voulons pas juger le désarroi qui aura poussé certains à se retourner violemment contre les symboles d’un capitalisme de plus en plus oppressant et mortifère, nous ne soutiendrons pas ces actes, mais seulement les individus réprimés par le rouleau-compresseur judiciaire.

Insinuer autre chose, comme notre soit-disant potentiel délictuel intrinsèque, n’est rien d’autre que calomnie ; pire, c’est une attaque, au nom d’une ignorance bien-séante, contre la liberté d’opinion.

Un journalisme au service de la «démocratie» aurait été inspiré de s’intéresser, plutôt qu’à des extravagances sorties de «discrets» cabinets ministériels, au ministre Hortefeux lui-même, et à la manière dont, par son intervention lors du procès en comparution immédiate, il a influencé des peines lourdes contre les prévenus, et ainsi estomper un peu plus la limite voulue par le principe de séparation des pouvoirs. Un tel journalisme se serait intéressé aussi à la manière dont furent écartés les preuves et témoignages sur la non-implication des inculpés dans cette affaire, affaire qui, soit dit en passant, n’a fait aucune victime.

Une fois encore, c’est le mouvement social poitevin qui fût touché, et nos camarades libertaires en particulier, tant par une stratégie dépréciée depuis plus d’un siècle dans nos milieux, que par la réaction répressive autant que prévisible du gouvernement.

Nos pensées vont à toutes les victimes, embastillées ou terrassées, futures ou passées, de la raison d’État.

Drapeau Noir Périgord - Fédération Anarchiste, 14 octobre.


Trois Périgourdins impliqués à Poitiers


Interpellés samedi, ils ont été remis en liberté après leur garde à vue.

Alors que Brice Hortefeux était à Poitiers, hier, pour évaluer l’étendue des dégâts après les violents incidents de samedi (…), neuf des 18 suspects interpellés passaient en comparution immédiate pour «dégradations volontaires, dégradations de biens publics, coups et blessures sur agent de la force publique».

Dans le box des accusés, il n’y avait pas de Périgourdins. Pourtant, trois personnes — au moins — originaires de Saint-Astier, étaient présentes ce jour-là, parmi les quelque 250 militants se réclamant d’un «collectif anticarcéral», qui, masqués et cagoulés, avaient investi le centre-ville et brisé une vingtaine de vitrines, des abribus et des cabines téléphoniques.

C’est ce que les enquêteurs ont confirmé à DL, hier. «Deux hommes de 18 et 28 ans et une femme de 25 ans, demeurant Saint-Astier, ont été interpellés pour violences et outrages sur agents de la force de l’ordre, et pour détention, port et transport d’artifices non-détonnant, en l’occurrence des fusées nautiques», indique le commissaire de police Jean-Yves Goriou, chef de la Sûreté départementale à Poitiers, chargé de l’enquête.


Bien implantés en Dordogne

Les manifestants entendaient protester contre un transfèrement de détenus, prévu dimanche, entre l’ancienne et la nouvelle prison de la ville.

Au cours de leur garde à vue, les trois jeunes Astériens ont nié les faits. «Ils étaient bien sur les lieux, parmi les manifestants et se réclament de la mouvance politique proche de l’anarchie. Mais nous avons dû les remettre en liberté au bout des 24 heures de garde à vue car nous n’avions pas assez d’éléments concrets à charge», précise le commissaire.

Difficile, maintenant, de savoir à quel mouvement précis appartiennent ces trois Astériens. Car la discrétion — et la prudence — est de mise dans le département pour les «anars», même s’ils s’affichent volontiers sur internet, via des blogs, à l’instar du Collectif libertaire Marius Jacob, ou de l’organisation Drapeau Noir Périgord, qui appartiennent tous deux à la Fédération anarchiste.


Les autorités vigilantes

Peut-être font-ils partie de ce nouveau collectif «anti-répression» (Antirep24), créé cette année à Périgueux, proche du collectif anticarcéral qui a sévi à Poitiers.

Fin septembre, ses militants s’étaient fait remarquer, on s’en souvient, lors de l’inauguration de l’esplanade Robert Badinter à Périgueux. Ils avaient déployé une banderole (…), vite confisquée par les policiers.

Toujours est-il que le mouvement anarchiste est encore discret sur le département, même si le directeur de la sécurité publique, André Friconnet, a noté qu’ils étaient «toujours plus nombreux lors des manifestations», comme celles du début de l’année. «Si nous n’avons pas eu de souci avec eux jusque-là, nous gardons l’œil ouvert, surtout au regard des incidents de Poitiers, qui ont prouvé qu’ils étaient capables de se mobiliser.»

Ainsi, le collectif Antirep24 a d’ores et déjà appelé à la mobilisation pour le mois de novembre «contre les prisons et centres de rétention»

Leur presse (Thomas Brunet, Dordogne libre), 13 octobre 2009.



Trois Astériens arrêtés à Poitiers

Saint-Astier a beau être à environ trois heures de route de Poitiers, cela n’a pas dissuadé trois jeunes Astériens de participer à la manifestation «anticarcérale» organisée à Poitiers samedi et qui sest terminée dans une flambée de violences avec la destruction dune vingtaine de vitrines de boutiques et dagences bancaires du centre-ville.

«Ils ont été arrêtés en compagnie de personnes qui ont été jugées en comparution immédiate lundi», détaille Jean-Yves Goriou, commissaire en charge de l
enquête et chef de la sûreté départementale à Poitiers.

Ce groupe de trois personnes, deux hommes de 18 et 28 ans et une femme de 26 ans, a déclaré être «venu participer à la manifestation en étant au total cinq, tous originaires de Saint-Astier».

«Dans le groupe de six personnes qui ont été arrêtés par la brigade anticriminalité, l
un avait des fusées nautiques dalarme et un masque », détaille Jean-Yves Goriou.


Internet

«Ils ont expliqué qu
ils avaient appris lexistence de la manifestation sur Internet et quils étaient venus aussi pour assister au concert», précise le commissaire.

«C
est une nébuleuse où il y a soit des gens très jeunes soit des personnes dune cinquantaine dannées», souligne-t-on à la gendarmerie. «On les voit régulièrement sur les manifestations», affirme André Friconnet, directeur départemental de la sécurité publique.

À Périgueux, le collectif libertaire Marius-Jacob organise régulièrement des manifestations sans que cela n
ait jamais dégénéré. On trouve aussi sur la toile le Drapeau Périgord Noir (DPN), dont le siège est à Saint-Amand-de-Coly. «Ils se revendiquent dune philosophie libertaire et anarchiste», conclut Jean-Yves Goriou.

Faute d
élément contre les trois Astériens, ils ont été remis en liberté après 24 heures de garde à vue.

Leur presse (Sud Ouest), 14 octobre.

Commenter cet article

adna 20/10/2009 15:27


qui sont les informateurs?


breboir 14/10/2009 17:16


avant de fantasmer c est pas parcequ il y a un centre d entrainement de gendarmeries
qu il n y a pas pour autant des militant anarchistes
connaissant ceux areter  il n ont rien de flic ou je n sais pas quoi et on eu beaucoup de chance de ne pas finir en taule


Ferlinpimpim 14/10/2009 07:46


Tiens, Saint Astier...

C'est pas là où s'entraînent les forces de sécurité européennes pour contrer les manifestations?...