La police travaille à Athènes

Publié le par la Rédaction

Arrestation d’un suspect après la vague dattentats en Grèce

Un homme âgé de 26 ans a été arrêté mardi à Athènes pour appartenance présumée à un groupe d’extrême gauche ayant revendiqué une vague d’attentats à la bombe en 2009 en Grèce.

Aux termes de la législation antiterroriste, Nikos Bakopoulos, soupçonné par la justice d’être membre des «Cellules de la conspiration du feu», est passible de la peine de prison à vie s’il est reconnu coupable.

Les policiers l’ont interpellé dans le centre de la capitale après avoir trouvé ses empreintes dans un appartement du quartier d’Halandri, dans le nord d’Athènes, où avaient été découverts une bombe et des matériaux servant à la confection d’engins explosifs.

La Grèce est la cible d’une série d’attentats attribués à la mouvance anarchiste et gauchiste et visant des entreprises et des édifices publics depuis la mort d’un jeune homme abattu par la police en décembre 2008 à Athènes. Son décès a provoqué de graves émeutes de rue, alimentées par le mécontentement social et la crise économique.

Les «Cellules de la conspiration du feu» ont revendiqué un attentat à la bombe qui a dévasté le rez-de-chaussée du bâtiment d’une grande compagnie d’assurance fin décembre dans la capitale.

Leur presse (Reuters), 5 janvier 2010.

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article