La police fiche, la justice enferme

Publié le par la Rédaction

Refus d’un prélèvement biologique en prison : trois mois ferme

Un détenu de la prison de Longuenesse a écopé de trois mois ferme … pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement biologique.

Ferdinand Shpata conteste les déclarations d
un policier, confirmées par des témoins, lors dun passage en prison le 10 juillet. Le fonctionnaire de police dit avoir entendu le détenu lancer : «Jem… la police et Sarkozy».

Pour le prévenu, la venue des policiers navait pas été annoncée. Et quand il les a vus dans la pièce à côté du parloir, il a tourné les talons. Daprès lui, les policiers lont rejoint dans le couloir alors quils nen avaient pas le droit. Finalement, dans laprès-midi, les policiers sont venus dans sa cellule et en sont repartis avec une brosse à dents qui a permis le prélèvement.

«Les policiers ont été agonis d
injures. Vous devez savoir que la loi ne prévoit pas de convocation pour un prélèvement et que la présence dun avocat nest pas nécessaire. Vous vous opposez à lenrichissement dune banque de données performante», lance le vice-procureur qui requiert trois mois ferme.

«Il estimait qu
il navait pas à donner une nouvelle fois son ADN. Il na pas été suffisamment informé sur ses droits», estime son avocat qui réclame la relaxe et, sil devait être condamné, le maintien de ses remises de peine. Cest la voie retenue par le tribunal avec une peine de deux mois ferme et 100 € de dommages et intérêts à verser au policier.

Leur presse (La Voix du Nord), 9 octobre 2009.

Publié dans Fichages et flicages

Commenter cet article