La police éborgne aux Mureaux

Publié le par la Rédaction

Tir de Flash-Ball : Six mois de prison avec sursis pour un policier

 

Le fonctionnaire avait éborgné un jeune homme lors d'une intervention pour cambriolage.

 

Un policier dont le tir de Flash-Ball avait éborgné un jeune homme en 2005 aux Mureaux (Yvelines) a été condamné, mardi, à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Versailles. Lors de l'audience, le jeune fonctionnaire, âgé de 26 ans au moment des faits, avait notamment reconnu «ne pas avoir respecté les consignes de sécurité», car le cran d'arrêt de l'arme avait été désactivé et qu'il avait laissé son doigt sur la gâchette. Le procureur avait requis une peine de cinq mois de prison à l'encontre du policier.

 

La décision n'empêche toutefois pas le fonctionnaire de rester dans la police, le tribunal s'étant opposé à une inscription de la peine au casier judiciaire. Il devra toutefois verser à la victime un total de 186.000 euros de dommages et intérêts. Présent, le policier, qui n'a pas souhaité s'exprimer, ne fera pas appel, car, selon son avocat, Me Frédéric Champagne, la peine est «adaptée à la faute du fonctionnaire, qui était une faute d'inattention et d'inexpérience». «Aujourd'hui, son avenir est toujours dans la police, mais il a fait le choix d'une autre affectation que la voie publique, parce que cette affaire l'a bouleversé», a également dit l'avocat.

 

Le 6 juillet 2005, une patrouille du commissariat des Mureaux était appelée pour un cambriolage dans le quartier sensible de la Vigne Blanche. À l'arrivée de la police, les individus qui se trouvaient dans un appartement inoccupé ont pris la fuite. L'un d'eux, âgé de 14 ans, a sauté d'un balcon et été atteint par un tir de Flash-Ball au visage, qui entraînera la perte de son œil gauche. «Si ça avait été une balle réelle, je serais où à cette heure-là ?» avait lancé au tribunal le jeune garçon lors de l'audience en décembre.


Leur presse (Le Point), 25 janvier 2011.

 


Commenter cet article