La mission permanente grecque à Genève repeinte - 6 décembre

Publié le par la Rédaction

Flics porcs assassins.

 

Cette nuit, 6 décembre 2010, exactement deux ans après l’assassinat d’Alexis Grigoropoulos par la police, nous avons décidé de faire une petite visite à la mission permanente grecque à Genève, afin de manifester notre soutien aux insurgés, qui au moment où nous écrivons sont aux barricades contre le bras armé du capital.

 

Nous avons gracieusement repeint la façade à la peinture rouge en signe de solidarité.

 

 

Solidarité avec les incarcérés et les autres victimes de la violence de l’État !

 

Que vienne l’Anarchie ! 

 

Commando Alexis Grigoropoulos
Indymedia Suisse romande, 7 décembre 2010.

 

 

 

 

Un pot de peinture rouge sur la mission grecque

 

Un pot de peinture a été jeté contre les murs de la mission permanente grecque aux Pâquis. L'action est revendiquée par un «Commando Alexis Grigoropoulos».

 

Dans la nuit du 6 décembre, un pot de peinture rouge a été envoyé contre les murs de la mission permanente de la Grèce auprès des Nations unies. L'action est revendiquée sur le site indymedia  par un certain «Commando Grigoropoulos». Rappelant que dans la même nuit, deux ans auparavant, le jeune Alexis Grigoropoulos avait été tué au cours de heurts entre des jeunes et les forces de l'ordre vers 21h, à Exarchia, un quartier proche des universités, au centre de la capitale grecque.

 

Selon le communiqué du groupe : «Cette nuit, 6 décembre 2010, exactement deux ans après l'assassinat d'Alexis Grigoropoulos par la police, nous avons décidé de faire une petite visite à la mission permanente grecque à Genève, afin de manifester notre soutien aux insurgés, qui au moment où nous écrivons sont aux barricades contre le bras armé du capital. Nous avons gracieusement repeint la façade à la peinture rouge en signe de solidarité. Solidarité avec les incarcérés et les autres victimes de la violence de l'État !»

 

Le porte parole de la mission grecque à Genève a affirmé qu'une enquête avait été ouverte par la police genevoise. Il n'a pas souhaité s'exprimer davantage à ce sujet.

 

Leur presse (Tribune de Genève), 7 décembre.

 

 

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article

BBec 08/12/2010 12:28



alicya.g


07/12/2010, à 18h38


Acte de vandalisme...
http://www.sudouest.fr/2010/12/07/une-action-d-envergure-menee-dans-la-nuit-260562-2277.php#commentaire_marqueur_position
ces personnes n'ont, d'après votre article rien cassé...

J'ai cherché sur le net :
Le vandalisme désigne tout acte de destruction ou de dégradation gratuite visant des biens publics ou privés.

Le vandalisme vise le plus souvent des édifices et biens mobiliers, des sites naturels, des documents ou œuvres artistiques, et en particulier tout ce qui constitue l'identité d'une culture, son
patrimoine. Dans le langage courant, cependant, le terme s'applique parfois à d'autres types de déprédations volontaires.
.../...

Le terme vandalisme vient des Vandales, horde germanique qui, en 455, avait mis Rome à sac, avant de s'illustrer dans d'autres pillages. Lorsque l'abbé Grégoire forge le terme, il veut dénoncer
les destructions des monuments nationaux effectuées sans discernement par les révolutionnaires.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vandalisme

Quand aux vandales,ce sont soit des personnes qui, délibérément, par plaisir ou par méchanceté, abîment, détruisent des œuvres d'art, des choses belles ou utiles...
soit des personnes qui, par stupidité, ignorance ou manque de goût, défigurent, endommagent un site, un paysage, une œuvre d'art...

Juste une question au journaliste que vous êtes, ne trouvez-vous pas inapproprié l'expression que vous avez placé dans votre article ?

Ne serait-ce pas plutôt un acte de résistance à la dictature publicitaire ?