La lutte monte d'un cran sur Strasbourg

Publié le par la Rédaction

JEUDI 14 OCTOBRE :

 

Tandis qu'au niveau national, le rapport de force se durcit d'heures en heures, tant au niveau des multiplications de piquets de grève que des affrontements avec la police, Strasbourg monte d'un cran dans ses actions communes et convergentes.

 

11h : 200 travailleurs en AG convergente devant le parvis du centre administratif de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS), initiée par les agents de la CUS.

 

Les interventions furent plus vindicatives que hier, notamment des camarades cheminots qui tiennent la grève reconductible mais craignent de rester seuls en fer de lance et de s'épuiser. Quand aux représentants syndicaux de la CUS, ils en appellent à amplifier massivement la grève dans leur secteur.

 

De l'ensemble des travailleurs, un appel reste commun : celui à la jeunesse. Ils en appellent aux lycéens et aux étudiants de se jeter massivement dans le mouvement pour le redynamiser localement, et soutenir les travailleurs en lutte. À nouveau, ils ont fortement apprécié notre présence, et déclarent nous rejoindre à notre AG Interpro à la fac. Barrage filtrant par les agents de la CUS sur la chaussée.

 

11h : AG UFR Arts-Lettres-Philo rassemblant une grosse centaine de personnes qui ont voté à grande majorité L'OCCUPATION du bâtiment universitaire le Portique, comme premier QG de lutte sur la fac.

 

13h : AG de Convergence Interpro à la fac, plusieurs dizaines de camarades cheminots présents. Ils nous prêtent leur camion-sono, du coup on fait l'AG à l'extérieur à la Place Rouge, devant la fac de Droit.

 

Environ 400 personnes en AG, avec des travailleurs de Telecom, des postiers, des cheminots, des profs, des lycéens, etc.

 

Les interventions s'enchaînent rapidement, et les perspectives sont claires et restent les mêmes : élargir, amplifier, durcir le mouvement de grève localement.

 

Sachant que Rennes 2 a bloqué, et que plusieurs autres facs vont suivre le mouvement de blocage et d'occupation dès ce lundi (Lille-3, Toulouse-3, Paris-8, etc.) avec une première Coordination Nationale Étudiante la semaine prochaine ;

Que les lycéens défilent par dizaines de milliers dans tout le pays avec une répression particulièrement féroce (nombreux blessés et arrestations, notamment à Montreuil avec un blessé par flashball), nous décidons de faire une manif-action sauvage l'après-midi également.

 

Nous nous dispersons en plusieurs groupes et partons débrayer plusieurs bâtiments de la fac, puis nous retrouvons place Rouge d'où nous investissons la Comptabilité et Trésorerie de l'université en solidarité avec les étudiants vacataires non payés depuis 3 mois.

 

Puis nous partons en cortège en centre-ville, direction la Chambre des Commerces et de l'Industrie. Les travailleurs nous prêtent leur camion-sono CGT, et viennent manifester avec nous (du coup, les enceintes du célèbre camion CGT se met à scander «Guerre sociale contre le capital», ou «Anticapitalista» ^^).

 

Devant la CCI, sans surprise, un cordon de flics. Les camarades cheminots font des interventions à l'intention de la foule, puis acceptent de nous accompagner jusqu'à la Place Kleber pour continuer la manif.

 

Au plus fort de l'action nous sommes 150-200. De la place Kleber, au moment où le camion met La Rage du Peuple de Keny Arkana, nous partons en courant vers l'axe principal des tramways de Strasbourg, à savoir l'Homme de Fer, que nous investissons et bloquons. Nous bloquons les tramways un quart d'heure-20mn, soutenus par la population, certains nous applaudissent. Les flics laissent faire. Quelques camarades CGT sont toujours avec nous, avant de nous prévenir que les CRS se positionnent non loin et menaceraient de charger dans les 10mn.

 

Erreur de notre part ? Les flics, on le sait, jouent énormément sur l'intimidation, tant qu'ils ne s'alignent pas devant nous en armes, nous n'avons pas à craindre de charges dans l'immédiat. Et nous charger dans le gros carrefour de Strasbourg-Centre devant des centaines de témoins qui nous soutiennent ?

 

Néanmoins, l'info est prise en compte, et étant donné notre nombre, nous continuons la manif sauvage après avoir allumé un petit feu sur l'axe des tramways. Nous continuons la manif sur les rails de trams que nous continuons de bloquer puis l'info tombe que les CRS nous attendent de pied derrière la République, on les prend de court et bifurquons vers la Cathédrale avant de continuer, toujours en cortège et bruyamment, vers le campus où nous traversons plusieurs bâtiments aux cris de GRÈVE GÉNÉRALE et GUERRE SOCIALE.

 

L'action, totalement à l'arrache, pas prévue, est un succès, et nous remettons cela dès demain.

 

Puis réunion du Comité de Mobilisation à la fac.

 

Demain piquet de grève et occupation du Portique dès 8h, action l'aprem.

 

Au niveau Strasbourg et Alsace :

— Les cheminots ont de nouveau reconduit la grève à l'unanimité à leur AG de 14h. 
— La CUS reconduit la grève. 
— La FSU parle de grève reconductible dans toutes les écoles à partir de lundi. 
— 400 lycéens ont défilé à Molsheim. 
— La Raffinerie de Reichstet est en grève reconductible avec blocage dès demain. 
— Piquet de grève demain à la poste. 
— Prochaines AG de convergence lundi et mardi.

 

Ce qui est notable sur Strasbourg, malgré son retard au niveau du mouvement lycéen et même du nombre en action, c'est que la plupart des AG et actions sont réellement communes et convergentes avec une solide union entre travailleurs-étudiants-lycéens-profs.

 

Au niveau national, le gouvernement choisit déjà de jouer le pion de la répression dans le rapport de force, tant par le déblocage forcé des raffineries que des lycées bloqués (les CRS sont intervenus DANS les lycées dans plusieurs villes).

 

Le mouvement étudiant est en retard, étrangement, mais ça commence à prendre, tout doucement. Ce qui est une nécessité politique réelle, car redynamisera en force la grève générale.

 

LUCHA CONTINUA.
Vive la Grève Générale et la Convergence des Luttes.

Viva Insurrection - GUERRE AU CAPITAL.

 

Guitoto, 15 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article