La justice travaille à Poitiers

Publié le par la Rédaction

Le tag anar occupe beaucoup la justice

 

C’est un A entouré dun cercle, symbole de lanarchie. Il avait été peinturluré sur une porte de Poitiers un soir, et effacé le lendemain.
Il avait valu une peine de deux mois demprisonnement avec sursis prononcée en janvier dernier à lencontre dun jeune étudiant, Guillaume.

 

Et il a bien occupé policiers et magistrats hier après-midi, où le jeune homme comparaissait en appel. À lheure de sa convocation, une quinzaine de policiers faisaient bonne garde dans le palais de justice. Tout ça parce que le comité poitevin antirépression avait appelé à un rassemblement de soutien. Dans un premier temps, les forces de lordre étaient plus nombreuses que les militants. Dans un second temps, après avoir jaugé la menace, elles ont réduit la voilure.

 

Dans la salle daudience, lavocate de Guillaume a demandé quon requalifie linfraction du jeune homme : «Habituellement, un tag est considéré comme une dégradation légère et nest jamais puni par de la prison.»

 

La cour est allée dans son sens. Les faits ont été requalifiés et la peine de prison a laissé place à 40 heures de travaux dintérêt général.

 

Leur presse (La Nouvelle République), 4 juin 2010.

 


Publié dans Expression

Commenter cet article