La justice travaille à Castres

Publié le par la Rédaction

Castres : La furie du Pôle Emploi part en prison

 

La prévenue avait fait un scandale le 4 décembre au Pôle Emploi de Castres.

 

Cette Castraise de 50 ans va devoir apprendre à gérer ses nerfs et surtout son impatience. La prison devrait l’aider. Elle a en effet été condamnée hier par le tribunal correctionnel de Castres à trois mois de prison ferme pour sen être pris à des employés du Pôle Emploi de Castres.

 

Une condamnation qui peut paraître sévère au premier abord. Mais il faut dire que la prévenue était déjà connue des tribunaux pour des escroqueries, vols, violences et autres outrages.

 

Elle quitte le palais de justice avant son procès

 

Et pour arranger les choses, après sêtre présentée au palais de justice hier, elle a décidé de repartir estimant quelle navait pas à attendre sa comparution. Cest donc sans elle que les magistrats ont étudié son cas.

 

Cest le 4 décembre dernier que cette quinquagénaire crée un véritable esclandre à la maison de lEmploi de Castres. «Déjà dans la salle dattente, elle bouillait dimpatience», rappelle lun des avocats des cinq fonctionnaires agressés. Et une fois face à lemployé chargé de son dossier, elle a carrément disjoncté. Après avoir insulté des agents, elle en a frappé une autre avec son parapluie puis a renversé tout sur son passage. Un ordinateur, un panneau doffres demploi et des chaises ont volé. Une véritable «furie» dira lavocat dun des agents qui a réclamé 1000 € de dommages et intérêts pour chacun dentre eux. Des fonctionnaires «humiliés en public, qui ont pour consigne de ne pas riposter et qui ont tout fait pour calmer les choses». «Cest un comportement inadmissible face à des gens qui sont là pour laider dautant quelle fréquente les tribunaux depuis longtemps, a lâché le procureur qui a requis 3 mois de prison à cause de ses antécédents. On ne peut plus empiler les sursis.»

 

Leur presse (La Dépêche), 13 mai 2010.

 


Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article