La CRISE sème la zizanie... au Parc des Expositions de Nancy-Vandœuvre

Publié le par la Rédaction

Aujourd’hui, 15 octobre dès 14h au Parc des Expositions de Nancy-Vandœuvre, la C.R.I.S.E. «grève des chômeurs et précaires pour une grève générale» s’est invitée au «Village de l’Emploi et de la Formation» organisé par le Conseil Régional. Coût de la mascarade confirmé par la Région (nous y reviendrons) : 260'000 Euros rien que pour la location du site.

 

La CGT Pôle Emploi était aussi présente avec tracts et drapeaux. Les militants Pôle Emploi CGT qui pourtant «diffaient» dehors ont été priés par la sécurité de distribuer hors les grilles du Parc des Expositions. Profitant de cette diversion (toutes nos excuses aux militants CGT Pôle Emploi), chômeurs et précaires se sont introduits dans le «Village» avec tracts et mégaphone.

 

C’est face au stand du MEDEF (inoccupé puisque les pontes n’étaient là que pour l’inauguration), lors de la première intervention par mégaphone, que la police (du capital) est intervenue pour nous intimer de sortir et de couper le mégaphone. Face à notre refus, nous avons insisté sur le fait que cet évènement était aussi le nôtre, demandeurs d’emploi, M. et D. se sont vus infligés un contrôle d’identité. Voyant notre détermination, les flics nous ont dit de continuer mais gentiment avec le sourire sans déranger (oui m’sieur, bien m’sieur… pfft !). Nous avons continué, avec un laaaarge sourire à interpeller les chômeuses, chômeurs, précaires.

 

Dans une autre travée, Didier est interpellé par un gros bras, mais petite tête vide, qui lui demande de sortir. Réponse de Didier (avec le sourire) : «Hé ! nous avons l’autorisation de la police du moment que c’est avec le sourire… C’est eux qui l’ont dit, faut leur demander.» Et les tracts se distribuent, des contacts se prennent.

 

Arrêt au Stand Banque : Nous réclamons la part de fric qui nous revient… C’est à peine s’ils pleuraient pas… Les pôvres, surtout le DRH de la BNP qui n’arrive même pas à recruter du personnel à cause de la mauvaise réputation des Banques véhiculée par les médias. Même les jeunes diplômés ne veulent plus intégrer la filière bancaire…

 

Le Stand Pôle Emploi ? Vide ! «Les gens viennent même pas nous voir…» lance un agent Pôle Emploi. On les comprend…

 

Conseil Régional : Sur un nouvel espace, nous sommes interpellés par quatre représentant-e-s de la Région dont trois élu-e-s, accompagné-e-s de trois gorilles. Parmi eux, l’organisatrice de l’évènement pas du tout contente de notre présence et de nos interventions dans l’enceinte. Discussion tendue au départ et plus consensuelle ensuite. ils nous proposent une rencontre avec des élu-e-s. Nous rebondissons et les prenons au mot : «Alors mettez en place rapidement une table ronde à Nancy autour des questions de l’Emploi, des Revenus, des Transports, de la Formation, de l’accueil d’urgence, du logement, de la santé… avec toutes les instances concernées Région, Département, État, Pôle Emploi, la CRISE et toutes les organisations de lutte contre le chômages, les précarités et les exclusions.» Réponse : Nous allons voir… ! En dépit des injonctions, nous poursuivons notre visite du Village.

 

Enfin dernier épisode : Comment la C.R.I.S.E. sème la zizanie entre la Région, organisatrice de l’évènement et les dirigeants du Parc des Expositions.

 

Nous sommes dehors à distribuer les tracts et à interpeller les gens quand arrive un type pas du tout classe populaire. Ils nous demandent si nous sommes de la Région Lorraine. Oui… lui est-il répondu puisque nous sommes là. En fait ils voulaient savoir si nous travaillons pour le Conseil Régional ! Heu… non… pourquoi ? Et vous qui c’est pour poser ces questions ? Lui c’est le Directeur, patron du Parc des Expositions. Si nous ne sommes pas de la Région, alors nous ne pouvons distribuer des tracts de propagandes politiques ou syndicales ?

1° La CRISE n’a pas de couleur politique (beu non…).

2° Ce n’est pas un Syndicat.

3° Nous travaillons pour le Droit et l’information des chômeuses et chômeurs de la Région (na !).

Et nous de lui rappeler que le MEDEF était un syndicat (néfaste) donc qu’il n’avait pas sa place là dans ce lieu. «Oui mais… c’est pas pareil… s’embrouille ce suppôt d’Sarko et pire.» Et nous continuons notre action militante. Et le revoilà qui revient à la charge. Nous lui proposons en fait d’aller se débrouiller avec les élus de la Région. Ce qu’il fait ! Nous les avons vu en grande discussion et les téléphones portables appeler. En fait nous avons provoqué un incident diplomatique qui reste à régler nous dit une élue.

 

Alors, VIVE LA C.R.I.S.E. !

«Grève des chômeurs et des précaires», «Grève générale» !!!!

Tout de suite, maintenant…

 

FSL-Nancy, 15 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article