La CNT au cœur des luttes

Publié le par la Rédaction


La CNT apporte son soutien plein et entier à ses syndicats et sections d’entreprise, ainsi qu’aux syndicats et sections de base des autres confédérations, qui combattent au plus près, sur le terrain économique et social, le capitalisme et son cortège de misère et d’injustice.

Plus particulièrement, au syndicat Interco 76 et sa section d’entreprise du fabriquant de meuble Interior’s, où nos camarades luttent contre un plan de destruction de l’emploi. Licenciements très ciblés, car ceux-ci visent principalement les ateliers, cœur historique de la présence de la CNT dans l’entreprise.

Notre confédération apporte son soutien fraternel aux salariés et camarades de Wolters Kluwer France (Lamy, Liaisons, etc.), eux aussi victimes de la gestion destructrice du patronat de cet éditeur de droit social qui n’a de social que le nom. La section locale du syndicat de la presse et des médias récemment créée et déjà représentative y lutte avec détermination dans le cadre d’une intersyndicale contre des licenciements boursiers et la vision financière à court terme de la direction : «la régulation et la moralisation du capitalisme financier» tant invoquée par nos gouvernants ne sont bien encore une fois qu’un leurre.

La CNT salue également le courage des travailleurs sans-papiers, dont nos compagnons du syndicat CNT nettoyage de la région parisienne, qui sont entrés dans leur deuxième semaine de grève et d’occupations pour obtenir leur régularisation et des conditions de travail dignes pour toutes et tous.

La CNT condamne aussi au quotidien le harcèlement moral érigé en modèle de gestion des entreprises et dont l’extrême violence peut mener à la mort : chez Thales, à Châteaubourg, un de nos camarades tirait la sonnette d’alarme sans relâche au sein du CHSCT quant à l’augmentation des risques psychosociaux. Vendredi 23 octobre, Michèle, mise au placard depuis des mois après avoir été mise en avant comme exemple de réussite d’une femme, s’est donné la mort. Dans le privé, chez France Télécom et partout, la souffrance au travail est intolérable. Et le gouvernement tergiverse encore, «menaçant» les entreprises qui ne négocieraient pas un accord sur le stress au travail de … donner leur nom. Encore une fois une non-mesure qui vise à exonérer le patronat de ses responsabilités.

De plus, la CNT dénonce vivement la stratégie de la tension orchestrée par le gouvernement ainsi que la répression d’État qui s’abat contre certains manifestants. Nous pensons à nos camarades de l’Union locale des syndicats CNT de Poitiers, victimes de la parodie de justice que sont les comparutions immédiates et autres tribunaux d’exception.

Notre organisation appelle ses adhérents à faire preuve de la plus grande solidarité envers tous ces camarades. Un coup porté contre l’un d’entre nous est un coup porté contre nous tous !

La CNT dénonce de même la mise en scène médiatique et le populisme du gouvernement autour d’évènements répressifs plus ou moins orchestrés avec les forces de police en vue de légitimer sans cesse de nouvelles dispositions législatives toujours plus liberticides pour la population et les militants : création des fichiers de police du 16/10/09 par décret, interdiction des fumigènes, de la cagoule, etc.

Que ce soit dans les entreprises, publiques comme privées, ou les quartiers, la CNT œuvre et milite pour en finir avec ce système économique inégalitaire et l’ordre social en place. La CNT répondra à l’indécence capitaliste par la lutte !

Pour la fin de la course au profit sur le dos des travailleurs, pour la redistribution des richesses, la CNT travaille à la construction d’un syndicalisme anticapitaliste et anti-autoritaire, pour la transformation révolutionnaire de cette société. Si nous ne détruisons pas le capitalisme, c’est lui qui nous détruira !

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article